7 janvier Les troupes d'Erdogan en Libye et l'envoi d'une mission de l'UE: sommes-nous en retard? La Libye pour le monopole de l'énergie en Europe

Vues

(par Massimiliano D'Elia) Le ministre de l'Intérieur libyen Fathi Bashagha a déclaré que son gouvernement enverra à la Turquie une demande officielle de soutien militaire pour combattre les mercenaires aux côtés de Khalifa Haftar. 

Erdogan a répondu que le 7, le parlement turc (certainement de la majorité) approuverait l'envoi de troupes pour soutenir Tripoli. Le 8 janvier aura lieu une rencontre entre Erdogan et Poutine pour parler de la Libye (partage des intérêts) et des dangers découlant de l'initiative de certains pays dans le domaine de l'approvisionnement énergétique qui pourraient saper les objectifs du gazoduc russo-turc. Turkstream.

Le danger numéro un pour Poutine et Erdogan est appelé Eastmed, le gazoduc contrôlé par les grecs Depa et Edison (du groupe français Edf). Il s'agit d'un réseau fondamental pour l'Italie qui, grâce à un accord avec Athènes et le gazoduc Poséidon, peut devenir le pays central d'Eastmed en s'établissant comme le premier fournisseur de gaz, avec Eni, ainsi que le premier acheteur. Israël, la Grèce et Chypre signeront un accord le 2 janvier à Athènes Pipeline EastMed. Selon le plan, Eastmed devrait aller jusqu'au sud de l'Italie et d'ici à l'Europe. 

EastMed

"Ce que nous faisons n'est une réaction à personne - dit Nikos Dendias, Ministre grec des Affaires étrangères - C'est un effort pour améliorer la qualité de vie de nos citoyens, pour améliorer nos économies, pour apporter des solutions. EastMed est un grand coup de pouce pour le bilan énergétique de l'Union européenne" .

"Je pense que la bonne infrastructure a été créée pour neutraliser toute initiative de ceux qui souhaitent déstabiliser la Méditerranée orientale en violant le droit international"Dit Nikos Christodoulides, Ministre des affaires étrangères de la République de Chypre.

Christodoulides fait évidemment référence au président turc Erdogan, qui a récemment conclu un accord avec la Libye, qui reconnaît la juridiction sur une étendue des eaux nord-africaines, indépendamment des revendications de la Grèce.

Le gazoduc EastMed aura une capacité comprise entre 9 et 12 milliards de mètres cubes par an et sera alimenté par des réserves au large des côtes des trois pays signataires. Il s'enroulera sur 2 mille kilomètres d'Israël et, à travers Chypre et la Crète, il atteindra la Grèce continentale.

Rivalité de l'Italie et de la France en Libye

Les intérêts de leurs deux géants de l'or noir, l'italien Eni et le français Total, sont en désaccord en Libye, écrit La Verità. Il faut noter trois attitudes françaises et faire une observation. La première attitude à noter concerne Wagner: la présence de ces mercenaires russes en Libye mais aussi en Centrafrique n'a jamais été condamnée par l'Elysée. Le second fait référence aux pressions de Paris qui, ces derniers mois d'offensive, ont tenté et réussi à empêcher l'Union européenne de condamner le général Haftar dans des communiqués officiels. Le troisième et dernier concerne les derniers mouvements français: compte tenu des difficultés européennes, il a préféré faire avancer l'Italie avec une tentative diplomatique quasi impossible. Le constat concerne les cibles des raids de l'homme fort de Cyrénaïque, soutenus par Moscou: l'aviation de Haftar n'a jamais ciblé les usines Total, contrairement à ce qui s'est passé avec celles gérées par Eni.

La hâte de la Turquie d'intervenir en Libye

 Apparemment, on assiste à une accélération de l'accord bilatéral libyen-turc alors que les pays occidentaux, calmement, se retrouveront à Berlin les 14 et 15 janvier, après les vacances de Noël. Haftar, en revanche, avec l'aide de 5 soudanais, 200-1000 entrepreneurs russes (société Wagner), des Émirats arabes unis, de l'Égypte et d'un petit nombre de mercenaires français, continue de bombarder Misrata en plaçant un autre ultimatum à Tripoli qui expire mercredi prochain.

L'Europe tardive envoie une délégation de l'UE à Tripoli 

L'Europe fait ses premiers pas faibles, désormais tardifs, et décide de partir en mission à Tripoli le 7 janvier sur une impulsion italienne, avec la coordination du Haut Représentant de l'UE Josep Borrell, qui a informé hier le ministre libyen des Affaires étrangères, et la poussée de Berlin qui prépare la conférence de janvier sur la Libye en Allemagne. Tout cela pour empêcher les troupes du général Haftar de Benghazi (soutenues par l'Égypte, la Russie et les Émirats arabes unis) de s'enfoncer à Tripoli et le déploiement de troupes turques en appui au fragile gouvernement de concorde nationale d'Al Sarraj. Borrell a précisé à son interlocuteur que les détenteurs étrangers d'Italie, d'Allemagne, de France et du Royaume-Uni participeraient à la mission. Une tentative extrême de stabilisation, alors que les armes tonnent et l'Armée de libération libyenne autoproclamée de Haftar annonce qu'elle a pris le contrôle de la base de Nagliya et de l'aéroport au sud de Tripoli, prêt à entrer avec les forces d'élite dans les quartiers résidentiels de au sud de la capitale. Sur la page Facebook des forces de Haftar, on lit qu'elles avancent vers le centre de Tripoli "après de violents affrontements" avec les milices d'Al Sarraj qui auraient "reculé, laissant des cadavres sur le chemin de l'aéroport".

La grande moquerie contre l'Italie

Une fois que les accords bilatéraux avec la Libye ont été resserrés par nos soins, l'Italie a été le partenaire privilégié d'Eni qui a collaboré de manière importante avec les autorités pétrolières libyennes avec des bénéfices mutuels pour les deux pays. En 2011, la France a décidé que le «jouet» devait être cassé, a attaqué la Libye en premier et a favorisé la chute de Kadhafi.

Avec Kadhafi, l'Italie avait atteint un équilibre parfait également en ce qui concerne la gestion des flux migratoires. Après 2011, la Libye a plongé dans le «chaos», terre de conquête pour tous ceux qui ont des visées hégémoniques, la France principalement avec sa société Total. Les Etats-Unis ont toujours traité le dossier libyen avec un désintérêt évident, à tel point qu'aujourd'hui la Russie et la Turquie veulent poser leurs drapeaux sur un territoire tourmenté par des milliers de micro conflits, mais sans doute très riche en ressources énergétiques et très attractif pour sa position géographique stratégique.

Celui qui contrôle la Libye contrôle la Méditerranée, l'énergie et les flux de migrants.

L'Italie, de son côté, a tenu bon en organisant le sommet de Palerme (un échec flagrant), à la recherche du côté américain, ce qu'elle n'a jamais eu, et maintenant l'aide de la France, de l'Allemagne et de l'Angleterre elle-même avec le sommet de Berlin.

Le plus grand danger qui se profile est la présence turque en Libye, une présence inconfortable car Erdogan pourrait utiliser le levier des flux migratoires pour menacer l'Europe tant de l'est (frontière des Balkans) que du sud (avec la Libye). N'oublions pas que pour contenir les migrants entassés sur ses territoires, la Turquie reçoit chaque année plusieurs milliards d'euros de l'Union européenne, récemment l'UE a émis un chèque de 5 milliards. Ensuite, il y a la question du pipeline Turkstream de préserver.

En Italie, on joue avec le nombre d'arrivées de migrants

L'Italie en perpétuelle campagne électorale joue toujours avec le nombre d'arrivées sur le territoire national. Les dernières données du ministère de l'Intérieur confirment que cette année les arrivées se sont effondrées, divisées par deux, une sorte de "spot" pour le gouvernement jaune-rouge. Il y a deux jours, en effet, les données relatives à l'arrivée de migrants dans notre pays du 1er janvier au 24 décembre 2019 ont été divulguées par le ministère de l'Intérieur: ces chiffres indiquent que cette année les débarquements ont diminué de moitié par rapport à l'année précédente (11.439 contre 23.210 en 2018) et a diminué de 90% par rapport à 2017 (où il y en avait 118.914). L'amiral Nicola De felice a précisé à TG4 qu'avec Salvini la moyenne des arrivées était de 22 par jour, avec Lamorgese, cependant, elle est de 54 par jour.

À première vue, tout le monde penserait que la contraction s'est produite grâce à l'actuelle ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese. Données en main, le mérite revient, au contraire, à l'ancien ministre Matteo Salvini qui en 2019 a occupé le ministère de l'Intérieur pendant les huit premiers mois. Comme l'écrit le Giornale, il faut aussi noter que si cet exécutif ne peut pas ouvrir les ports et favoriser un accueil sans discernement, comme il le voudrait, c'est précisément à cause des décrets d'immigration voulus par Salvini qui ont mis un frein à l'arrivée des ONG. , rétabli le contrôle de nos eaux territoriales et rendu moins attractif le débarquement en Italie, supprimant l'octroi du permis pour des raisons humanitaires. Si nous voulons revenir en arrière, un certain crédit pourrait également être attribué à l'ancien ministre de l'Intérieur Minniti qui a signé un accord avec la Libye pour tenter d'arrêter le flux migratoire hors de la boîte.

Les migrants débarqués en Italie en 2019 étaient de 11.439, 50,72% de moins que l'an dernier, lorsqu'ils étaient 23.210. Ceci est révélé par les données du ministère de l'Intérieur mises à jour au 24 décembre. La différence augmente encore plus si l'on regarde 2017, où 118.914 migrants sont arrivés par voie maritime, 90,38% de plus que cette année. Concernant les nationalités déclarées au moment du débarquement. selon les données du ministère de l'Intérieur, sur les 11.439 2.654 migrants arrivés cette année, 23 1.180 viennent de Tunisie (10%). Les arrivées du Pakistan suivent (1.135. Ou 10%). Côte d'Ivoire (1.005, 9%), Algérie (972%). Irak (9% du total). Bangladesh (581, 5%) et Iran (481, 4%).

 

7 janvier Les troupes d'Erdogan en Libye et l'envoi d'une mission de l'UE: sommes-nous en retard? La Libye pour le monopole de l'énergie en Europe