L'échec afghan du renseignement occidental : les talibans se sont organisés pendant des années pour prendre le pays

Vues

Selon un rapport, publié dimanche dernier par le Wall Street Journal, les talibans ont réussi à s'emparer du pouvoir en très peu de temps l'été dernier, selon un plan bien étudié qui impliquait l'utilisation d'un vaste réseau d'agents de renseignement et d'agents dormants localisés dans les principales villes afghanes. Ce personnel, fidèle aux talibans, avait été judicieusement infiltré pendant de nombreuses années dans les institutions (ministères, organes militaires et de sécurité) et les organisations de la société civile dans tout l'Afghanistan. 

Sur ordre des talibans, ils parviennent à neutraliser rapidement, depuis l'intérieur de l'appareil d'État, tous les opposants au nouveau régime. Selon le Wall Street Journal, de nombreux agents talibans étaient également présents dans les universités et même au sein d'organisations humanitaires financées par l'Occident, notamment celles basées dans la capitale afghane Kaboul.

Les deux auteurs du rapport, Yaroslav Trofimov et Margherita Stancati, ont parlé de ce réseau d'espionnage directement avec  Mawlawi Mohammad Salim Saad, l'un des commandants les plus influents de la tristement célèbre Réseau Haqqani. Le réseau Haqqani est un groupe paramilitaire sunnite qui travaille aux côtés des talibans dans le secteur de la sécurité. Saad a déclaré au Wall Street Journal que les espions talibans avaient assumé l'identité de citoyens afghans ordinaires. La plupart d'entre eux avaient reçu l'ordre des talibans d'adopter des coutumes occidentales typiques, comme porter des jeans et se raser la barbe..

Le 15 août, ces agents dormants ont reçu l'ordre d'atteindre les dépôts d'armes disséminés dans tout le pays et de neutraliser le personnel gouvernemental qui s'y trouve. Parmi les ordres opérationnels reçus, il y avait aussi celui d'empêcher le personnel gouvernemental de détruire des documents confidentiels, notamment ceux contenant les informations des partisans des pays occidentaux présents sur le territoire.

Ce qui est certain, c'est que la prise de contrôle rapide du pays par les talibans a déplacé tous les services de renseignement modernes de la coalition internationale car ils n'ont pas pu lire la situation réelle du contexte opérationnel. Un « échec du renseignement » prouvé par la révélation explosive du rapport publié par le Wall Street Journal. 

L'échec afghan du renseignement occidental : les talibans se sont organisés pendant des années pour prendre le pays