Agrifish, Bellanova: «plan de relance pour les secteurs en souffrance. Pac est au centre de l'attention "

Vues

Un plan de relance concret, doté de ressources financières adéquates, pour soutenir les entreprises agricoles, "en particulier celles des secteurs les plus touchés": telle est la sollicitation que la ministre Teresa Bellanova a portée à l'attention des ministres de l'agriculture et de la pêche de la L'UE lors de la réunion d'aujourd'hui du Conseil Agrifish, convoquée par visioconférence par la présidence croate pour faire le point sur les mesures adoptées jusqu'à présent en relation avec Covid-19 visant à limiter l'impact négatif de la pandémie sur ces secteurs.

«Le secteur agricole a joué un rôle fondamental dans cette phase, garantissant aux citoyens européens un approvisionnement alimentaire constant, durable et de qualité. Pour cette raison - a souligné Bellanova - nous devons déployer tous les efforts possibles pour soutenir les entreprises agricoles, en particulier celles qui opèrent dans les secteurs les plus touchés. Et j'espère que cela sera dûment pris en compte, également avec la stratégie «de la ferme à l'assiette», que la Commission a annoncée pour la fin de ce mois ».

En ce qui concerne les points individuels, "certaines mesures adoptées", a déclaré Bellanova, "en particulier le stockage privé, vont certainement dans la direction souhaitée même s'il s'agit de mesures caractérisées par une portée très limitée ou inadéquate, très coûteuse et obsolète, ou malheureusement incomplète. Et sur ce point, je demande à la Commission une action décisive "

Pour le secteur du vin, Bellanova a jugé insuffisant "seulement une plus grande flexibilité" et urgent "un plan de relance concret, doté de ressources financières adéquates, notamment pour investir dans la promotion".

Ainsi pour le secteur des fruits et légumes: "le taux de cofinancement communautaire doit être augmenté dans les fonds opérationnels des programmes opérationnels, une opération à coût nul pour le budget de l'Union".

Et pour la pépinière, où, a souligné le ministre, "la planification de la production dans le secteur des fleurs coupées est de peu d'utilité, si l'on considère que la totalité de la production des mois de mars et avril a été détruite ou destinée à la mise en pâte".

Et si sur le développement rural "la proposition de la Commission est très intéressante" la portée "est trop limitée". «La gravité de la situation nécessite une plus grande ouverture. Nous demandons que la limite de 1% soit portée à 5% ", a exhorté le ministre.

En ce qui concerne la pêche, «une flexibilité maximale dans la modification des programmes opérationnels du FEAMP sera importante, en particulier en ce qui concerne la refonte et le transfert des fonds nécessaires à l'urgence. Les délais pour les obligations de l'UE doivent également pouvoir être suspendus ou reportés.

Et pour la campagne de pêche au thon rouge, il sera très important de pouvoir donner de la flexibilité, en prévoyant les ajustements aux règles nécessaires pour faire face à une réalité qui a beaucoup changé en raison de la force majeure ».

"La politique agricole commune", a conclu Bellanova, doit être portée à l'attention politique de la future Union et la Commission doit se faire entendre. Il est impensable, entre autres au milieu d'une urgence COVID, d'attribuer au blâme PAC qu'il n'a pas et qui pourrait être facilement traité en garantissant une traçabilité et une transparence plus efficaces dans la chaîne alimentaire, rendant obligatoire l'indication de l'origine des matières premières sur l'étiquette ".

Agrifish, Bellanova: «plan de relance pour les secteurs en souffrance. Pac est au centre de l'attention "

| ÉCONOMIE, PREUVE 2 |