Al Serraj à la mission de l'UE: "ne venez pas en Libye, c'est dangereux ici"

Vues

Al Serraj, la veille de la visite de la délégation de l'UE (prévue le 7 janvier), dirigée par le haut représentant Borrel, a averti: "Ne venez pas en Libye, pour des raisons de sécurité, c'est dangereux ici" .

Comme le souligne Semprini à La Stampa, en réalité, Fayez al Sarraj ne veut aucune ingérence, il veut continuer avec l'accord signé avec la Turquie d'Erdogan. Trop tard pour les Européens qui ont préféré attendre la fin des vacances de Noël avant de courir en Libye pour définir la voie politique. Dommage qu'entre-temps Erdogan, avec le soutien du Parlement du 2 janvier dernier, envoie déjà ses troupes à Tripoli pour défendre le GNA de Fayez al Serraj.

La mission européenne a été faible dès le début parce que la France, au fil des jours, s'est échappée parce que, on le sait, elle a toujours été proche du seigneur de Cyrénaïque, le général Khalifa Haftar. La Stampa rapporte également que Paris aurait empêché Di Maio de divulguer une déclaration commune condamnant l'attaque de samedi contre l'académie de Tripoli en démantelant l'architecture européenne déjà fragile mise en place en décembre. Hier, Luigi Di Maio a tenté de contacter al Serraj, sans recevoir de réponse. Les loyalistes du gouvernement de Tripoli ont déclaré: "L'Italie et l'Europe sont d'abord allées à Haftar pour le convaincre de prendre sa retraite avant de venir ici" .

Le malheur pour le dossier libyen est que la crise américano-iranienne a éteint les projecteurs sur le pays nord-africain, laissant le champ libre à la Turquie pour pouvoir commencer à envoyer ses troupes avec le consentement tacite de la Russie de Poutine.

Haftar a appelé le peuple libyen au djihad contre l'envahisseur turc, tandis que l'histoire de l'attaque contre le collège militaire de Hadaba qui, samedi soir, a tué au moins 28 personnes et blessé 18 autres est toujours en discussion. Al Serraj ha ont accusé les milices de Haftar de demander une réunion urgente du Conseil de sécurité de l'ONU, tandis qu'au milieu de voix contradictoires et de faibles confirmations, beaucoup affirment qu'il s'agissait d'une attaque par des terroristes d'Isis ou d'Al-Qaïda.

Le porte-parole du général Haftar, Ahmed Al Mismari, a nié que "l'explosion a eu lieu de l'intérieur et non de l'extérieurEt que tous les éléments nous amènent à penser à une attaque terroriste contre les cadets de l'académie militaire de Tripoli comme cela s'est produit pour celle de Benghazi.

 

Al Serraj à la mission de l'UE: "ne venez pas en Libye, c'est dangereux ici"