La défense commune de l'UE est en marche : en 2022 déjà la « boussole stratégique »

Vues

En Slovénie, lors d'une réunion informelle, les dirigeants de l'UE parlent de défense commune, autonomie stratégique et dossier eénergétique. Aucune décision concrète n'est ressortie de la réunion mais un calendrier qui, en mars 2022, pourrait aboutir à l'approbation d'un plan de défense commun.

"Il y a des scénarios dans lesquels on ne voit pas l'OTAN" et "l'UE devra peut-être être en mesure agir », ont été les mots du président de la Commission Ursula von der Leyen.

En Slovénie, sur diverses questions et sur la défense commune, l'harmonie particulière entre Mario Draghi ed Emmanuel Macron. Les deux se sont rencontrés lors d'une rencontre bilatérale bilatérale au cours de laquelle ils ont réaffirmé la pleine communion d'intention dans les principaux dossiers internationaux.

Au cours du dîner, le Premier ministre italien avait prévenu ses collègues que, le défense commune»tempo non c'e 'piu' da perdere" .

Argument celui de la défense commune de l'UE qui n'aime pourtant pas au sommet de l'OTAN : "Une organisation de défense mutuelle exclusivement européenne risque de diviser et d'affaiblir l'Alliance atlantique", le secrétaire général a prévenu Jens Stoltenberg. La Maison Blanche lui a fait écho directement : « Une meilleure capacité de défense européenne est dans l'intérêt des États-Unis mais devrait être complémentaire de l'OTAN ». C'est aussi la ligne du secrétaire d'État américain Anthony Blinken, qui a vu le ministre des Affaires étrangères à Paris Luigi Di Maio, avec qui il a évoqué les nombreuses questions cruciales sur lesquelles il existe une synergie entre Rome et Washington. Ils n'ont pas abordé le sujet de la défense commune de l'UE.

Mais pour compliquer le chemin de la défense européenne commune, il y a la relation au quotidien avec l'OTAN. Par exemple, l'OTAN pour les pays baltes est la défense naturelle de la Russie et ce n'est pas un hasard s'ils figurent parmi les plus sceptiques de l'ambitieux projet.

Les derniers événements internationaux, de la crise afghane au pacte d'Aukus (Australie, Angleterre, États-Unis), ont suscité une sérieuse réflexion sur les membres de l'UE. Donc plus de bavardage. D'ici décembre, l'UE est appelée à l'élaborer Boussole stratégique, le plan qui sera la base réglementaire et politique de la défense commune. Et que le Conseil de l'UE, selon le calendrier bruxellois, devrait approuver en mars 2022.

Dragons sur la défense commune de l'UE

"Si l'Europe n'a pas de politique étrangère commune, il lui est très difficile d'avoir une défense commune", il a expliqué par exemple Dragons soulignant comment une union militaire peut être atteinte au sein de l'Europe ou avec des alliances intergouvernementales entre les pays membres. "La première voie est de loin la préférable, car on garderait un schéma supranational», a fait remarquer le Premier ministre italien en annonçant qu'il demandera à la commission une analyse ad hoc sur les options sur le terrain.

Tandis que sur le nœud du relations avec l'OTAN Dragons c'était clair: "Je ne crois pas que quoi que ce soit né en dehors de l'OTAN affaiblisse l'OTAN et affaiblisse l'Europe". Draghi a également déploré la marginalité des pays de l'UE au sein de l'Alliance, espérant une coordination plus efficace pour des décisions et des objectifs communs.

La défense commune de l'UE est en marche : en 2022 déjà la « boussole stratégique »