Cyberattaque en Ukraine, la Russie prête à l'invasion ?

Vues

(par Andrea Pinto) Un message est apparu sur la plupart des ordinateurs institutionnels ukrainiens : « Ukrainiens, toutes vos données personnelles ont été supprimées et il ne sera pas possible de les récupérer. Ayez peur et attendez-vous au pire". 

Ainsi les serveurs de ministères importants comme celui du ministère des Affaires étrangères et de l'Education ont été violés. Hier, tard dans la soirée, le service a été rétabli mais les signes d'une attaque demeurent qui ne mènent à rien de bon. Ce n'est pas un hasard si l'attaque a commencé à la suite des incompréhensions continuelles entre La Russie, OCDENato e Utiliser, après les sommets de la faillite de ces jours. Les accusations sont réciproques entre les blocs : la Russie accuse l'Otan de vouloir s'étendre plus à l'est, voire d'incorporer l'Ukraine dans le parapluie protecteur visé à l'art. 5 du Traité de l'Atlantique Nord, tandis que l'OTAN, États-Unis en tête, accuse Moscou d'avoir mené, au cours des dix dernières années, une politique étrangère agressive qui ne respecte pas le droit international, tendant à assujettir les pays voisins, une fois incorporés dans ex-Union soviétique. 

Un autre nœud est le problème énergétique où la Russie, par l'intermédiaire de la société privée Gazprom, gère, à sa guise, le flux de gaz vers l'Europe en représailles au monde occidental. Le Kremlin, en effet, utilise aussi le levier des flux de gaz pour débloquer le projet Baltique Nord Stream 2 qui transporte le gaz naturel des gisements russes vers la côte allemande. L'ambitieux pipeline s'étend sur 1230 km sous la mer Baltique et est le plus long du monde. Il a été conçu pour valoriser le gaz déjà fourni par la Russie à l'Europe, doublant ainsi le parcours du Nord Stream existant qui est parallèle au nouveau projet.

Moscou veut donc des assurances écrites sur l'exclusion définitive de l'Ukraine de l'OTAN, et sur le retrait des positions défensives alliées situées en Pologne et dans les pays baltes. Les États-Unis et l'OTAN, en revanche, répètent que ce ne sera pas la Russie qui changera la politique d'élargissement à de nouveaux membres qui caractérise le traité, et demandent plutôt une désescalade immédiate à la frontière avec l'Ukraine. 

Cependant, la cyberattaque pourrait aussi être le prélude à une attaque au sol en Ukraine, soutenue par l'ambassadeur d'Ukraine à Washington. Oksana Markova: "si la Russie décide d'attaquer notre pays, l'offensive militaire sera précédée d'une cyberattaque ». 

Alors que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov il a déclaré dans une interview télévisée que son gouvernement est prêt à prendre des mesures"militaire à caractère technique”, Envoi de troupes à Cuba et au Venezuela.

II Département d'État américain, en réponse, il a déclaré que la contre-offensive sera déterminée et proportionnée à la menace d'un éventuel déplacement de soldats russes dans la région des Caraïbes. 

Les services de renseignement américains affirment cependant que La Russie a déjà infiltré des agents provinciaux ukrainiensocatori prêt à mener une attaque très médiatisée contre une cible russe, comme un bureau consulaire. L'attaque deviendrait le prétexte à l'entrée des troupes russes et de ses alliés qui pressent depuis un mois sur toute la frontière nord et est du pays, une photocopie de ce qui s'est passé il y a huit ans en Crimée.

Il semble être revenu au guerre froide d'un temps. Pour l'instant, au-delà de l'attaque hacker en Ukraine, seule la rhétorique entre les différents blocs opposés tient une interdiction. Pourtant, la prochaine rencontre entre Poutine et Xi Jinping sera importante, où pourrait naître un bloc eurasien puissant et menaçant difficile à contrer.

Cyberattaque en Ukraine, la Russie prête à l'invasion ?

| PREUVE 4, MONDE |