ūüé•Instant √† Kaboul, des centaines de morts et de bless√©s: les √©lections politiques de plus en plus lointaines d'octobre

   

Un kamikaze s'est fait exploser d'un centre d'inscription des électeurs de la capitale afghane, Kaboul, tuant au moins 57 personnes et en blessant plus de 100 lors de l'attaque la plus grave qui tend à menacer les élections d'octobre.

L'√Čtat islamique a revendiqu√© la responsabilit√© de l'attaque contre un projet d'une importance fondamentale pour la cr√©dibilit√© du gouvernement du pr√©sident Ashraf Ghani, qui a subi des pressions internationales pour garantir que des √©lections longtemps retard√©es aient lieu cette ann√©e.

Le porte-parole du minist√®re de l'Int√©rieur, Najib Danesh, a d√©clar√© qu'un kamikaze s'√©tait approch√© du centre o√Ļ des responsables d√©livraient des cartes d'identit√© dans le cadre du processus d'enregistrement de quelque 10 millions d'√©lecteurs √† travers l'Afghanistan. L'inscription a commenc√© ce mois-ci.

Le président Ghani a publié une déclaration condamnant l'attaque et a déclaré qu'il "ne peut pas nous détourner de nos objectifs ou saper ce processus démocratique national".

Un porte-parole du ministère de la Santé publique a déclaré qu'au moins 57 personnes, y compris huit enfants, ont été confirmés morts et 119 blessures, mais le total pourrait encore augmenter.

L'explosion a d√©truit des voitures et des fen√™tres dans des b√Ętiments voisins, laissant des gravats √©parpill√©s dans la rue, tach√©s de sang.

Il s’agit de l’explosion la plus meurtrière à Kaboul depuis qu’une centaine de personnes ont été tuées en janvier par une bombe cachée dans une ambulance et sont intervenues après des avertissements répétés selon lesquels des militants pourraient essayer de perturber le processus électoral.

Tadamichi Yamamoto, le haut responsable des Nations Unies en Afghanistan, a publié une déclaration condamnant l'attaque.

"S'ajoutant au mépris inébranlable pour la perte de vies civiles, le meurtre semble faire partie d'un effort totalement inacceptable des extrémistes pour décourager les citoyens afghans de remplir leur droit constitutionnel de participer aux élections", a-t-il déclaré. .

Apr√®s des semaines de calme relatif, l'explosion s'est produite √† Dasht-e Barchi, une zone de l'ouest de Kaboul habit√©e par de nombreux membres de la minorit√© majoritairement chiite Hazara, qui a √©t√© frapp√©e √† plusieurs reprises par les attaques revendiqu√©es par l'√Čtat islamique.

¬ęIl y avait des femmes, des enfants. Tout le monde √©tait venu chercher sa carte d'identit√© ¬Ľ, a d√©clar√© Bashir Ahmad, qui avait √©t√© proche de l'explosion, qui s'est produite malgr√© une s√©curit√© accrue, apr√®s l'attaque de janvier.

Selon les données de l'ONU, plus de 750 ont été tués ou mutilés dans des attentats-suicides et des attentats à la bombe par des groupes militants au cours des trois mois allant jusqu'à mars en vue d'un début attendu de l'offensive des talibans.

Les partenaires internationaux de l'Afghanistan ont insisté sur le fait que des élections devraient avoir lieu cette année avant le scrutin présidentiel prévu pour 2019, bien que le scepticisme soit répandu quant à leur avance.

Plus de 7.000 10 centres d'inscription des électeurs ont été créés à travers l'Afghanistan pour traiter environ XNUMX millions d'inscriptions dans un processus qui a été à plusieurs reprises perturbé par des problèmes techniques et organisationnels.

Les autorités se sont engagées à assurer une sécurité stricte pour sécuriser le processus, ce qui serait essentiel pour garantir un vote suffisamment large pour être accepté comme légitime.

¬ęIls devraient assurer la s√©curit√© du pays, s'ils ne peuvent pas le faire, quelqu'un d'autre devrait le faire pour eux¬Ľ, a d√©clar√© Sajeda, qui a √©t√© bless√©e dans l'explosion avec trois autres membres de sa famille alors qu'ils faisaient la queue pour leurs papiers.

Le processus d'inscription des électeurs, conçu pour réduire la fraude électorale, a débuté ce mois-ci, mais plusieurs incidents ont déjà révélé un cadre de sécurité inapproprié.

Dimanche, une bombe en bordure de route près d'un centre d'enregistrement dans la ville de Pul-i Khumri, dans le nord du pays, a tué six membres de la famille et en a blessé trois, bien que rien n'indique que l'incident était direct. lié à l’attaque de Kaboul.

La semaine dernière, deux policiers de la ville de Jalalabad, dans l'est du pays, ont été tués devant un centre d'inscription, tandis qu'un centre électoral dans la province centrale de Ghor a été incendié la semaine dernière et des responsables électoraux ont été enlevés.

Le vote pourrait être reporté à l'année prochaine si l'inscription des électeurs, dont beaucoup n'ont pas de carte d'identité nationale, n'est pas terminée avant septembre 2018.

Le Parlement est toujours en fonction trois ans après son échéance officielle et de nouveaux retards affaibliraient sérieusement la confiance déjà fragile dans le système politique.

Il y a eu une autre peur dimanche lorsqu'un convoi militaire de l'OTAN √† Kaboul a accidentellement frapp√© et bless√© un enfant et d√©clench√© une manifestation que la police a dispers√©e en tirant en l'air. Un porte-parole de l'OTAN a d√©clar√© que le b√©b√© avait √©t√© transport√© √† l'h√īpital et √©tait dans un √©tat stable.

Catégorie: MONDE, PRP canal
Mots clés: , ,