Bonus : il en reste une quarantaine et coûtera à l'État au moins 113 milliards

Vues

Les principaux et toujours en vigueur sont un peu plus de quarante et sur ces trois dernières années (2020-2022) on estime qu'ils coûteront à l'État au moins 113 milliards d'euros (pour être précis 112,7). On parle des primes introduites en grande partie par les deux derniers cadres pour faire face aux effets économiques négatifs causés par la pandémie et la guerre en Ukraine sur certains secteurs de production, les familles, les salariés et les indépendants. L'analyse a été réalisée par le Bureau d'Etudes du CGIA.

Les dépenses doivent être rationalisées

Il serait peu généreux de prétendre qu'une grande partie de cet argent a été et est toujours jeté au vent, contribuant à augmenter considérablement la dette publique qui, par rapport à l'avènement du Covid (2019), a augmenté de plus de 21 points de pourcentage de PIB. Bien sûr, de nombreuses subventions ont également été accordées à ceux qui n'en avaient pas besoin, d'autres encore n'ont été introduites que pour "récolter" un consensus politique immédiat. Tout à fait vrai : même s'il faut souligner que nombre de ces anomalies ont également touché d'autres pays européens. Cependant, nous croyons que le moment est venu de rationaliser les dépenses. Le scénario économique et social qui se dessine est de plus en plus sombre, sans compter que d'ici la fin de cette année, les mesures d'achat d'obligations d'État par la Banque centrale européenne seront épuisées et que de même, suite à la flambée de l'inflation, seront très probablement obligés d'augmenter les taux d'intérêt. Des mesures qui pourraient aggraver la stabilité de nos comptes publics. Dès lors, étant donné que le gouvernement Draghi ne semble pas disposé, du moins pour l'instant, à recourir à la variance budgétaire pour récupérer les ressources nécessaires pour redonner de l'oxygène à notre économie, il ne reste plus qu'à réduire les dépenses courantes pour récupérer au moins une grande partie des ressources nécessaires pour faire face aux urgences économiques de ces derniers mois. En fait, d'autres routes sont difficiles à suivre ; de la lutte contre l'évasion fiscale, les recettes les plus importantes que nous parvenons à récupérer chaque année sont très limitées et une éventuelle augmentation des recettes par un ajustement à la hausse des impôts ne serait pas envisageable. Le public des bonus doit donc être le plus attentif pour atteindre l'objectif mentionné ci-dessus. En d'autres termes, ce n'est qu'à partir d'un « découpage » des dépenses de primes que l'on pourrait trouver la couverture nécessaire pour alimenter de nouvelles politiques économiques à caractère expansif pour contrer, par exemple, les factures élevées et la poussée de l'inflation.

Le plus cher est l'ancien Renzi

Le plus cher pour les caisses publiques est l'ancien bonus Renzi : sur la période triennale 2020-2022, le montant dépensé s'élèvera à 28,3 milliards d'euros. Instaurée en 2014, à partir de 2020 le gouvernement Conte II a relevé cette mesure à 100 euros. Rémunération versée mensuellement sur les chèques de paie des employés dont le niveau de revenu a fluctué au fil des ans autour de 28 2020 euros. Depuis mars de cette année, le montant de la mesure versée aux salariés a drastiquement baissé, même si cela est compensé par les mécanismes de révision introduits avec la réforme de l'IRPEF qui ne pénalisent pourtant pas économiquement les salariés. Un bonus, celui de Renzi, qui a servi à alourdir la paie des Italiens, dans le but de relancer la consommation des ménages. Tout aussi chers étaient aussi les bonus de construction ; selon l'Agence du revenu, entre début 2021 et fin 25, ils ont coûté aux caisses de l'État un peu moins de 22 milliards d'euros. Bien que compensé au moins en partie par l'augmentation de la fiscalité sur les surprofits accumulés par les entreprises du secteur de l'énergie, le coût total de la prime sociale s'élève à 2021 milliards d'euros qui, introduit au second semestre 2022 et prolongé/renforcé à plusieurs reprises également en cette première partie de 110, il sert à calmer les hausses des factures d'électricité et de gaz, notamment pour les familles à faibles revenus et les entreprises énergivores. Tout aussi onéreux était le coût pour la communauté du super éco-bonus de 2020 % ; entrée en vigueur en juillet 31 pour inciter à la requalification énergétique de notre parc immobilier, au 21,1 mars de cette année elle a coûté au budget public, selon l'ENEA, XNUMX milliards d'euros.

Il faut accélérer le "décalage" des bonus de construction et pour certains arriver à l'arrêt

Sur les quelque 113 milliards d'euros de charges à l'Etat estimées par la CGIA, 46 milliards sont imputables aux primes qui gravitent autour du secteur de la construction. Selon l'Agence du revenu, en effet, au cours de la période de deux ans 2020-2021, le montant des virements et des remises sur la facture s'élevait à :

  • 13,6 milliards d'euros pour la prime de façade ;
  • 5,5 milliards d'euros pour l'éco-bonus ;
  • 4,9 milliards d'euros pour la restructuration ;
  • 0,9 milliard d'euros pour le seismbonus ;
  • 0,01 milliard d'euros pour les bornes de recharge.

A ces montants qui, au total, s'élèvent à 24,9 milliards, il faut également ajouter les déductions dues pour les travaux de construction achevés qui ont fait usage du super éco-bonus de 110 %. Selon les données de l'ENEA, au 30 avril 2022, la charge de l'État s'élevait à 21,1 milliards d'euros. Soyons clairs, personne n'ignore le rôle que les primes ont eu ces dernières années dans la relance de la construction, dans la mise en valeur du sous-sol et dans l'amélioration de l'efficacité énergétique de nos logements ; Dieu pardonne. Pourtant, la conviction d'avoir dépensé à outrance et d'avoir "drogué" le marché du bâtiment/équipement est très répandue.

Considérons, par exemple, que la prime de restructuration - initialement avec un taux fiscal de déduction des dépenses engagées égal à 41 % - a été introduite il y a 24 ans, c'est-à-dire en 1998. Du fait que notre pays a absolument besoin de ressources publiques pour faire face avec les urgences du moment - telles que le prix des factures énergétiques, la flambée de l'inflation et la hausse du prix des matières premières - l'argent ne peut être récupéré qu'en réduisant les dépenses publiques, ou en commençant à limiter progressivement la saison des primes et les subventions donné à la pluie, souvent même à ceux qui n'en auraient pas besoin.

Dans le secteur de la construction, en vérité, le décalage a déjà été programmé par le législateur, mais encore trop lent. Au lieu de cela, nous devons accélérer la réduction des avantages fiscaux et, au moins pour certains, arriver à leur zéro, mettant ainsi fin à la distorsion distributive soulevée par de nombreux experts : le super éco-bonus de 110 % et de nombreuses autres incitations ont fait leurs preuves être régressif, c'est-à-dire avoir bénéficié, en particulier, aux tranches supérieures de revenu qui, plus que les autres, ont bénéficié de ces "remises".

Bonus : il en reste une quarantaine et coûtera à l'État au moins 113 milliards