Candidats à l'adhésion à l'UE : l'Ukraine, la Moldavie et la Macédoine ont surmonté le premier obstacle, maintenant la route est tout en montée

(par Andrea Pinto) Hier à Bruxelles, s'écrivait peut-être une page importante pour l'Europe qui, la guerre à ses portes, d'un coup dans le dos, a décidé d'accepter le statut de candidat pour devenir membre de l'Union a Ukraine, Moldova e Macédoine. La seule réserve était laissée au Macédoine à laquelle il a été demandé de lancer d'abord ses propres grandes réformes internes. Les 27 ont aussi dit oui à "point de vue européen" le Géorgie.

Slovénie, Croatie et Autriche ont demandé d'accorder le statut de pays candidat également à Bosnie-Herzégovine qui, cependant, devra d'abord mettre en œuvre de toute urgence la réforme de la Constitution et des procédures électorales. Michel a tenu à préciser, à cet égard, que le Conseil n'est prêt à examiner le statut qu'après que la Commission aura présenté un rapport.

Revenant sur les trois pays qui ont surmonté le premier obstacle du processus d'adhésion à la Communauté, le président du Conseil de l'UE Michel évoqué un moment historique, tandis que pour le président de la Commission von der Leyen ce fut un moment déterminant et très satisfaisant, affirmant qu'il ne peut y avoir de meilleur signe d'espoir pour le peuple ukrainien.

La satisfaction manifeste de Volodymyr Zelensky et le président moldave Mala Sandu qui a réitéré à distance : "Notre avenir est dans l'Ue" .

Dans un tweet, Zelensky a en outre écrit : "Félicitations sincères pour la décision des dirigeants de l'UE d'accorder à l'Ukraine le statut de candidat à l'UE. C'est un moment unique et historique dans les relations entre l'Ukraine et l'Union européenne. Je remercie Charles Michel et Ursula von der Leyen pour leur soutien. L'avenir de l'Ukraine se trouve dans l'UE "

"La véritable adhésion est subordonnée au fait que les trois pays doivent faire leurs devoirs avant de passer à la phase suivante ", il a voulu clarifier von der Leyen. "Je suis sûr, il ajouta, que les trois pays, dans l'intérêt de leurs citoyens, feront tout leur possible pour mettre en œuvre les réformes nécessaires à l'adhésion future ".

Le président français Emmanuel Macron lors de la conférence de presse à l'issue du Conseil a parlé d'un message politique à la Russie d'unité et de force de l'Union européenne.

Le Hongrois Orban il a commenté le jour comme suit: "Nous disons oui à l'adhésion de l'Ukraine à l'UE, nous disons oui à la paix et nous disons non à de nouvelles sanctions". L'Europe, selon Orban, souffre "de l'inflation de guerre, de la crise économique de la guerre. Maintenant, nous n'avons pas besoin de nouvelles sanctions, mais de la paix » car c'est « le seul antidote à l'inflation de guerre ». 

D'autre part, la question de la Balkans occidentaux où il y a un fort veto du Bulgarie à l'adhésion de Albanie e Nord de la macédoine. Les raisons culturelles historiques invoquées par Sofia pourraient tomber d'ici quelques jours et laisser le processus d'adhésion aux deux pays balkaniques aujourd'hui laissé à « l'enjeu ».

Le Conseil de l'UE a été précédé d'un sommet fluvial informel où l'opposition des représentants de l'Albanie, de la Macédoine du Nord, de la Serbie, de la Bosnie-Herzégovine, du Monténégro et du Kosovo a fortement émergé. D'autres pays qui aspirent à entamer le processus d'adhésion à l'UE.

Le premier ministre albanais, Edi Rama, le macédonien Dimitar Kovacevski et le président serbe Aleksandar Vucic, lors d'une conférence de presse, ils ont exprimé leur total mécontentement vis-à-vis des travaux du Conseil.

Branche: "aujourd'hui je suis en deuil pour l'UE, je suis vraiment désolé pour eux. Nous sommes toujours invités. Nous sommes une famille dans la même maison mais à des étages différents". L'entrée aura peut-être lieu au siècle prochain".

Kovacevsky: “c'est un problème grave et un coup dur porté à la crédibilité de l'UE. Nous perdons un temps précieux que nous n'avons pas ».

Ce qui est certain, c'est que la route vers les trois pays qui ont obtenu le "statut" de candidats est toute ardue et prendra plusieurs années. Les dirigeants des 27 ont toutefois assuré d'accélérer au maximum le processus d'adhésion : nous verrons!

Candidats à l'adhésion à l'UE : l'Ukraine, la Moldavie et la Macédoine ont surmonté le premier obstacle, maintenant la route est tout en montée