CGIA: Contributions non remboursables: quelques centimes seulement aux petites entreprises

Vues

«Juste quelques centimes. En d'autres termes, avec des subventions, le gouvernement offre à chacun un verre d'eau, mais il n'est pas en mesure d'étancher la soif de ceux qui en ont vraiment besoin "

Il s'agit du premier commentaire brûlant publié par le coordinateur du Bureau des études de la CGIA, Paolo Zabeo, après avoir vu les résultats ressortir des simulations effectuées sur certaines activités économiques qui recevront dans quelques semaines une subvention de l'État. Comme l'exige le "décret de relance" approuvé hier soir.

Le secrétaire de l'ACGI, Renato Mason, a déclaré:

"Il est vrai qu'en plus de la compensation directe, la réduction d'Irap a été introduite, la reprosition de 600 euros, la déduction de 60% des loyers des activités qui ont vu au moins 50% du chiffre d'affaires baisser au cours des 3 derniers mois et réduire les factures, mais tout cela est encore insuffisant pour compenser la chute désastreuse du chiffre d'affaires enregistrée ces derniers mois par de nombreuses petites entreprises ".

La simulation relative aux effets des contributions non remboursables est très modeste. Les sept exemples ont été réalisés sur des micro et petites entreprises qui en avril 2020 ont été contraintes de fermer l'entreprise par décret:

  • un coiffeur avec un chiffre d'affaires annuel moyen de 70 mille euros et une perte, d'avril 2020 à avril 2019, de plus de 5.833 20 euros, recevra, selon les dispositions du «décret de relance», 1.167% de ce déficit. En pratique, il obtiendra XNUMX XNUMX euros;
  • un magasin de vêtements avec un chiffre d'affaires annuel de 180 milliers d'euros affiche une perte en avril 2020 sur le même mois l'an dernier de 15 milliers d'euros. Avec ce chiffre, il recevra 3.000 20 euros de l'État, soit XNUMX% de la perte;
  • une entreprise de construction avec un chiffre d'affaires de 450 milliers d'euros affiche une baisse de chiffre d'affaires de 37.500 5.625 euros. Des dispositions du «décret de relance», vous recevrez 15 XNUMX euros. Montant obtenu en appliquant XNUMX% sur la perte;
  • une entreprise textile avec un chiffre d'affaires annuel de 500 milliers d'euros et un déficit de 41.667 6.250 euros percevra 15 XNUMX euros de l'État, soit XNUMX% de la perte;
  • un concessionnaire automobile avec un chiffre d'affaires annuel de 1,1 million d'euros et un déficit mensuel de 91.667 9.167 euros, en revanche, «rapportera» 10 XNUMX euros à la maison, soit XNUMX% du déficit;
  • une usine de meubles avec un chiffre d'affaires de 1.700.000 141.667 14.167 euros et un déficit de XNUMX XNUMX euros sera compensée à XNUMX XNUMX euros;
  • une entreprise hôtelière avec 5 millions de chiffre d'affaires et une perte en avril 2020 sur avril 2019 de 416.667 41.667 euros, encaissera 10 XNUMX euros, soit XNUMX% de la perte.

CGIA: Contributions non remboursables: quelques centimes seulement aux petites entreprises