Cocer Difesa pour un nouveau modèle avec 170 XNUMX unités et reconnaissance de la « spécificité » des forces armées

Vues

Il COCER croit "Il est nécessaire de revoir la loi 244 dans son ensemble, de l'adapter à la nouvelle réalité internationale et de l'insérer dans un nouveau modèle de Défense. Le modèle qui est prêt dans les tiroirs du ministère de la Défense est le modèle A Lecteur 170.000, qui était considéré comme équilibré avant que la loi "Di Paola" ne prévoie le modèle à 150.000 XNUMX unités, un modèle qui ne permet plus aujourd'hui aux forces armées de relever efficacement les défis internes et internationaux qui nous attendent et qui amènent les militaires à une l'usure et un vieillissement progressif" .

C'est ce qu'a souligné la Section Défense du COCER, présidée par Général de brigade Francesco Maria Ceravolo, dans une résolution sur les dépenses militaires et la défense nationale. "Mais revoir le modèle de Défense, c'est réorganiser les besoins de l'ensemble des Armées, à commencer par des lois qui les reconnaissent effectivement la spécificité et qui permettent son bon fonctionnement en cas de normalité, d'urgence et de guerre, un mot malheureusement revenu avec force en Europe - souligne la Section Défense du COCER - Des lois qui doivent tenir compte de cette spécificité dans les secteurs de la sécurité de l'emploi, de la protection de la famille, du logement, qui facilitent une mobilité réelle des personnels, sans dénaturer le statut des militaires, qui est le seul qui permette à l'organisation de fonctionner en cas d'urgence et guerre ". "Un exemple de lois qui tiennent compte de la spécificité militaire est celle sur les champs de tir et les zones d'entraînement, qui sont absolument nécessaires à la bonne formation du personnel.", continue.

"Le nouveau modèle de la Défense de 170.000 XNUMX unités pourrait résoudre d'autres problèmes de longue date : le vieillissement des militaires, une progression de carrière harmonieuse pour les permanents et la réinsertion dans le monde du travail - la Section Défense du COCER continue - Ce dernier point est d'autant plus significatif que le précariat ne se résout pas seulement par la stabilisation dans le monde militaire, mais aussi par la certitude d'une délocalisation dans le monde du travail public et privé" .

Selon la Section Défense du COCER, il faut «il faut donc mettre en place un système vertueux qui garantisse un juste équilibre entre le nombre constant de bénévoles dans les préétablis, formés et formés de manière optimale - continue - dont seul un pourcentage reste dans les forces armées passant au service permanent, et le reste qui ne peut être absorbé pour des raisons fonctionnelles peut trouver une relocalisation certaine et adéquate dans le monde du travail, en exploitant les compétences et le professionnalisme acquis pendant le service" .

"Le nouveau modèle devrait prévoir une réelle possibilité de réinsertion dans le monde du travail d'une grande partie du personnel hautement qualifié par les Armées, dans des secteurs tels que le cyber, les télécommunications, la mécanique, l'électronique, la connaissance des langues rares, les infrastructures et bien d'autres autres spécialisations à fort contenu technologique. Par conséquent, le personnel militaire doit être considéré comme une valeur ajoutée que les forces armées mettent à la disposition de la société civile. En fait, un aspect qui caractérise le monde militaire est la capacité à effectuer par eux-mêmes une formation dans des secteurs spécialisés ".

"Cette capacité peut être mise à la disposition de tous les secteurs de l'administration publique afin de former des citoyens qui peuvent être facilement dépensés pour opérer dans tous les secteurs productifs du pays. Par conséquent, le modèle devrait rendre ce transfert continu de professionnalisme précieux entre le monde militaire et civil extrêmement commode par la loi. - poursuit la Section Défense du COCER - "Ce modèle devrait s'appliquer aussi bien aux militaires de courte durée qu'aux militaires professionnels, et idéalement, à partir de la vingtième année de service, trop « usés » pour les besoins des armées, ils resteraient une ressource précieuse pour entreprises et établissements publics et privés s'ils demandent à passer par ".

"Par conséquent, un mannequin à 170.000 XNUMX il permettrait une modification des progressions de carrière internes en valorisant le potentiel du personnel et permettant des parcours de carrière verticaux aussi bien qu'horizontaux réels et rentables», ajoute le COCER qui représente «fermement ces idées, voyant le moment venu pour une réforme globale du secteur de la défense, qui, avec l'augmentation des dépenses militaires dans la perspective envisagée, pourrait être une opportunité de croissance et de développement pour l'ensemble du pays, avec des retours sur investissements dans les secteurs stratégiques comme la Défense stricto sensu, le développement technologique et la recherche et, last but not least, le développement du potentiel humain, véritable ressource des sociétés avancées ».

Cocer Difesa pour un nouveau modèle avec 170 XNUMX unités et reconnaissance de la « spécificité » des forces armées