Conférence à Monaco, les USA ne font pas confiance à la Chine et font la paix avec les telebans

Vues

"Il est essentiel que nous, en tant que communauté internationale, prenions conscience des défis posés par la manipulation chinoise", a déclaré le secrétaire américain à la Défense. Marc Esper,  à Munich lors de la conférence internationale sur la sécurité. Esper a ensuite exhorté les dirigeants mondiaux de la sécurité à «se réveiller» et à accorder plus d'attention aux efforts de la Chine pour influencer l'économie mondiale.

L'officier américain de la défense a souligné que les États-Unis ne recherchaient pas de conflits avec la Chine, mais se déclaraient préoccupés par ce que la Chine avait dit, à savoir moderniser ses systèmes militaires d'ici 2035 et dominer l'Asie d'ici 2049.

Esper a ensuite accusé la Chine d'être de plus en plus impliquée dans les affaires en Europe et ailleurs en dehors de ses frontières avec l'intention de rechercher un avantage par tous les moyens et à tout prix.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré en réponse qu'Esper et le secrétaire d'État américain Mike Pompeo avaient menti, accusant la Chine d'utiliser une "stratégie malveillante" concernant, par exemple, la technologie 5G de Huawei.

En effet, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait déclaré: "On ne peut pas laisser passer des informations sur des réseaux auxquels on n'a pas confiance, c'est inacceptable".

Wang a déclaré que "les Etats-Unis ne veulent pas du développement et du rajeunissement rapides de la Chine" et surtout qu'ils n'aiment pas "le succès d'un pays socialiste". Cependant, Wang a déclaré qu'il était "très important" que les deux superpuissances entament des pourparlers pour "trouver un moyen de vivre en harmonie et d'interagir en paix".

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré à la Conférence de Munich sur la sécurité que la Chine présentait à la fois des défis et des opportunités pour l'Occident. Il a déclaré que les États-Unis et l'Europe doivent s'entendre sur une approche unifiée pour faire face à l'influence mondiale croissante de la Chine.

Esper a tenté d'obtenir un soutien européen pour lutter contre la concurrence de Huawei après que la Grande-Bretagne eut décidé il y a quelques semaines d'utiliser la technologie 5G de Huawai. La décision de la Grande-Bretagne a porté un coup dur aux efforts américains pour persuader les alliés d'interdire Huawei de leurs réseaux, arguant que la Chine pourrait utiliser la 5G pour espionner, une allégation que Huawei et les responsables chinois ont constamment démentie.

Nous encourageons les entreprises technologiques alliées et américaines à développer des solutions 5G alternatives et travaillons à leurs côtés pour tester ces technologies sur nos bases militaires. Esper a également évoqué la guerre en Afghanistan, affirmant qu'un accord américain avec les talibans qui pourrait entraîner le retrait des troupes américaines n'est pas sans risque mais "semble très prometteur".

Les remarques d'Esper sont intervenues le jour après qu'un haut responsable américain a déclaré qu'un accord de cessez-le-feu de sept jours avait été conclu avec les talibans.

Conférence à Monaco, les USA ne font pas confiance à la Chine et font la paix avec les telebans