Conte: "Soyez calme"

Vues

(par Andrea Pinto) Le Premier ministre, Giuseppe Conte après avoir rencontré le procureur de Bergame Maria Christine Rota« Je voulais clarifier toutes les étapes en détail". Il a rendu compte des faits, des appels téléphoniques, des réunions et des courriels, de cette fatidique première semaine de mars où il a fallu décider de circonscrire les communes de Alzano Lombardo e Nembro, en les décrétant "zone rouge". Le même après-midi après trois heures d'interview confirmé à la presse, il y avait une collaboration maximale. Le Premier ministre italien a été entendu comme "personne informée des faits ".

La Rota a également entendu le ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese  et le ministre de la Santé, Roberto Espoir qui sur son profil Facebook a commenté: "Je pense que quiconque a eu des responsabilités dans cette situation d'urgence, du chef de l'OMS au maire du plus petit pays, devrait être prêt à rendre compte des choix qui ont été faits. C'est la beauté de la démocratie. Il est juste qu'il en soit ainsi. Pour ma part, il y aura toujours une disponibilité maximale envers ceux qui enquêtent ".

Le point. Le 29 février, le comité technico-scientifique - CTS - a conseillé au gouvernement de fermer les deux municipalités, le 2 mars, l'Institut supérieur de la santé a également accepté de circonscrire ces zones. La décision du gouvernement, seulement le 7 mars, après dix jours avec la mise en place d'une zone orange valable pour l'ensemble de la Lombardie. L'application de la mesure restrictive à partir du 9 mars, près de deux semaines après l'alarme lancée par la CTS. Au cours de ces treize jours, les citoyens d'Alzano Lombardo et de Nembro ont continué de se déplacer librement en Lombardie et dans d'autres parties de l'Italie. 

L'infraction, les infractions alléguées pourraient être  épidémie coupable qui prévoit une peine allant de 1 à 5 ans d'emprisonnement,  épidémie coupable o omission de documents officiels. À ce jour, le président de la Lombardie a également été entendu Attilio Fontana, le conseiller pour le bien-être Julien Galleraet Marco Bonometti, de Lombard Confindustria.

Comme l'écrit La Repubblica dans le Palazzo Chigi, parmi les couloirs, l'article 40 du code pénal est lu et relu qui stipule: «Ne pas empêcher un événement que vous avez l'obligation légale d'empêcher équivaut à le provoquer". Le crime épidémie coupable déclare ainsi à l'article 438: "Quiconque provoque une épidémie par la propagation de germes pathogènes est puni de la réclusion à perpétuité." PERPÉTUITÉ !!!

Désormais, les responsabilités entre la région de Lombardie et le gouvernement central sont en jeu. Le procureur Rotolo, à cet égard, s'est pourtant déjà exprimé après avoir entendu le gouverneur lombard, Fontana: "la fermeture des centres urbains est de la responsabilité de l'Etat ". Ce pouvoir est également inscrit dans une circulaire du ministère de l'Intérieur, concernant l'ordre public, même si de nombreuses Régions, lors de l'urgence, n'ont pas respecté cette réglementation en fermant et ouvrant des quartiers à leur guise. N'oublions pas, cependant, lorsque le ministre des Affaires régionales, Francesco Boccia, lors de la controverse avec le gouverneur de la région de Calabre, Jole Santelli il s'en méfiait de même de suivre les indications de l'Etat, en matière de restrictions - ouvertures, puisque seule Institution responsable - question des tables en dehors des bars.

Ce qui est certain, c'est que pour notre Premier ministre, Giuseppe Conte, ce n'est pas le moment idéal pour entrer et sortir des tribunaux au milieu des «États généraux». Imaginez un "avis de garantie", juste pendant la Villa Panphili kermesse, nous ramènerait aux années où Silvio Berlusconi le 21 novembre 1994, il a reçu un avis de garantie, pour complicité de corruption, au moment où il présidait la Conférence mondiale des Nations Unies sur le crime organisé à Naples.

Compte tenu des éléments disponibles et du sentiment politique qui règne dans les immeubles de Rome, je voudrais dire à notre Premier ministre: "Conte tu es pacifique"!

Conte: "Soyez calme"