Corée du Nord, nous visons nos missiles à Guam, condamnation par l'ONU

Vues

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a condamné le lancement par la Corée du Nord d'un missile balistique, qui a survolé le Japon. A l'issue d'une réunion d'urgence, les 15 membres de l'exécutif onusien ont approuvé une déclaration dans laquelle le test est défini comme une menace «scandaleuse» et demande à Pyongyang de ne plus lancer de missiles et d'abandonner toutes armes et programmes nucléaires. Cependant, le texte ne menace pas de nouvelles sanctions et la Chine, en exprimant sa position, a déclaré que "toute mesure contre la Corée du Nord devrait s'inscrire dans le cadre du Conseil de sécurité de l'ONU", précisant toutefois que les sanctions unilatérales ne sont pas d'accord avec le droit international. Selon des sources diplomatiques, la Chine et la Russie (qui au Conseil ont le droit de veto) ne croient qu'aux essais d'un missile à longue portée ou d'une arme nucléaire, raisons qui peuvent déclencher des sanctions. Depuis Pyongyang, quant à lui, le régime monte encore le ton: «C'est la première étape de l'opération militaire dans le Pacifique et un prélude significatif» pour frapper l'île de Guam, comme on le sait en territoire américain. Plus tôt ce mois-ci, la Corée du Nord a menacé de tirer quatre missiles sur Guam après que le président américain Donald Trump eut déclaré que Pyongyang ferait face à "feu et fureur" s'il menaçait les États-Unis. Le missile testé avec le lancement sur le Japon est un Hwasong-12, le même que Kim Jong-Un a menacé d'utiliser contre Guam, mais le chemin - en fait - avait cette fois une direction différente, d'abord vers l'île japonaise de Hokkaido et puis dans la mer. «Le monde a reçu haut et fort le dernier message de la Corée du Nord: il a signalé son mépris pour ses voisins, pour tous les membres des Nations Unies et pour les normes minimales acceptables de comportement international acceptable», a commenté Trump hier après. le lancement. Et puis il a ajouté que "toutes les options sont sur la table". La version officielle de la Corée du Nord pour motiver le lancement, selon l'agence de presse officielle KCNA, est que le missile balistique à portée intermédiaire (Irbm) est une réponse aux exercices militaires conjoints des États-Unis et de la Corée du Sud. Pyongyang envisage des préparatifs pour une invasion.

Corée du Nord, nous visons nos missiles à Guam, condamnation par l'ONU