Crypto-monnaies, BCE: "notre avis contraignant sur leur problématique"

Vues

Milano Finanza a écrit sur une étape importante de la BCE dans la lutte contre les crypto-monnaies. Il existe un besoin fort de se soumettre à une procédure d'autorisation ainsi qu'à des contrôles dans les différentes phases de ces monnaies numériques. Argument également repris par le président de Consob Paolo Savona. La BCE fait valoir que l'émission incontrôlée de ces devises peut avoir un impact sur l'exercice de la politique monétaire, le fonctionnement régulier du système de paiement, le rôle et le bilan des banques et, en fin de compte, la stabilité monétaire et financière. Pour cette raison, la BCE demande l'introduction de son propre avis contraignant sur les questions en question. L'idéal serait d'intervenir avec des pouvoirs d'autorisation pour entrer sur le marché, mais aussi avec des pouvoirs de surveillance et des contrôles spécifiques accompagnés également d'attributions sanctionnées jusqu'à l'expulsion du marché. Fondamentalement, bien au-delà d'un pouvoir de veto sur le fonctionnement des crypto-monnaies. Il est nécessaire de prévoir un encadrement organique qui couvre toutes les phases: antécédente, concomitante et répressive. En premier lieu, il doit y avoir la protection de l'épargne sous toutes ses formes et l'exactitude des transactions. Ensuite, il y a les problèmes de vie privée et, plus généralement, de confidentialité. Naturellement, une telle législation exige également que des disciplines similaires soient adoptées dans les autres principaux domaines monétaires afin d'éviter les arbitrages réglementaires et prudentiels. Il serait bon que le sujet soit abordé dans les organisations internationales, financières et non financières, à commencer par le G20, dont l'Italie assure désormais la présidence.. L'introduction de systèmes fiscaux devrait être liée à une réglementation générale contextuelle. Une réflexion sur le rôle des banques centrales, surtout maintenant qu'une révision de la politique monétaire a été promue par la BCE, est fondamentale. Ainsi que la nécessité de revoir la structure et les fonctions des autorités européennes en matière bancaire, financière, d'assurance et de marché. Une réforme européenne du secteur serait également souhaitable pour stimuler la révision en Italie des compétences des principales autorités dans le domaine du crédit et de l'épargne, en réarticulant les tâches pour différentes fonctions: stabilité; équité, transparence et diligence; concurrence.

Crypto-monnaies, BCE: "notre avis contraignant sur leur problématique"

| ÉCONOMIE, PREUVE 1 |