https://youtube.com/watch?v=A75C7pywshM%3Fenablejsapi%3D1

Draghi : « Un G20 extraordinaire »

Vues
   

Un G20 extraordinaire, donc le premier ministre Mario Draghi lors de la conférence de presse finale : "Il est facile de suggérer des choses difficiles, difficile est de les réaliser. Ce que le G20 a fait c'est un résultat extraordinaire qui ne pourrait être obtenu que dans un contexte multilatéral. Ce que nous faisons aujourd'hui est un pas en avant dans une situation difficile".

"Si il serait préférable que tous les pays aient confirmé "l'échéance" de 2050 "pour zéro émission" mais à mon avis on y arrivera petit à petit", a souligné le président.

Il a ensuite répondu à quelques questions de la presse internationale. "Il n'a pas été facile de parvenir à cet accord, ce fut un succès. Ce sommet me rend confiant dans la capacité que le G20 semble avoir trouvé pour faire face aux défis existentiels d'époque, du covid au climat. Nous avons jeté les bases d'une reprise plus juste. Sur le climat pour la première fois les pays du G20 se sont engagés à garder à portée de main l'objectif de contenir la surchauffe en dessous de 1,5 degrés avec des actions immédiates et des engagements à moyen terme. Même sur le charbon, les financements publics n'iront pas au-delà de la fin de cette année. Le sentiment d'urgence est là et a été partagé par tous et on le voit dans le fait que l'objectif de 1,5 degré a été reconnu comme scientifiquement valable. Il y avait aussi un engagement à ne pas entreprendre de politiques d'émissions qui vont à l'encontre de la tendance que tout le monde s'est engagé à observer jusqu'en 2030. On peut s'attendre à ce que cet engagement soit maintenu. Après Paris, les émissions ont augmenté, surtout après le Covid. Il y a une certaine inquiétude et il faut maintenant faire preuve de crédibilité en mettant en œuvre les promesses faites ». Le Premier ministre Mario Draghi l'a déclaré lors de la conférence de presse finale du G20. Nous avons jeté les bases d'une reprise plus juste et trouvé de nouvelles façons de soutenir les pays du monde entier, 609 milliards sur la base des droits de tirage spéciaux sont dédiés pour la première fois aux pays les plus vulnérables" . 

"En quoi avons-nous réussi ? C'est un sommet réussi dans le sens de garder nos rêves vivants, de nous engager à aller plus loin, allocations d'argent, nouvelles promesses de réductions. Ces derniers mois, il semblait que les pays émergents n'avaient pas l'intention de prendre d'autres engagements », a expliqué Draghi lors de la conférence de presse finale du G20. « Le succès final se formule alors sur la base de ce que l'on fait et non de ce que l'on dit. Engagement collectif pour être plus concret et sérieux".

À propos du Pape François. "Le Pape François est un allié non seulement du G20 mais pour tout ce qui concerne le climat et la conservation de la Terre".

Chapitre Chine et climat. "À partir de la Chine jusqu'à il y a quelques jours je m'attendais à une attitude plus rigide, il y avait le désir de saisir une langue plus tournée vers l'avenir que le passé ». « La Russie et la Chine ont accepté la preuve scientifique de 1,5 degré, ce qui implique des sacrifices très considérables, ce ne sont pas des engagements faciles à tenir. La Chine produit 50% de l'acier mondial, de nombreuses usines passent au charbon, c'est une transition difficile".

Que fera l'Italie ?

"J'ai le plaisir d'annoncer que l'Italie triplera son engagement financier à 1,4 milliard par an pour les 5 prochaines années"Pour le fonds vert pour le climat, a déclaré Draghi en clôturant le G20. "Lors de ce sommet, nous nous sommes assurés que nos rêves sont toujours vivants, mais maintenant nous devons nous assurer de les transformer en réalités. Je tiens à remercier les militants qui nous maintiennent sur la bonne voie.Beaucoup disent qu'ils sont fatigués du bla bla, je crois que ce sommet était plein de substance. Nous avons rempli les mots de substance" . 

"Nous voulons être jugés sur ce que nous ferons, pas sur ce que nous disons - a déclaré le Premier ministre, concluant le G20 à Rome en souhaitant également au Royaume-Uni "la meilleure COP 26". Ce sommet a rempli nos paroles de substance, notre crédibilité dépend de nos actions ». "Nous sommes fiers" des résultats obtenus au G20 mais "ce n'est que le début"

Nous devons agir « Vite pour éviter des conséquences désastreuses » sur le climat » : ainsi le premier ministre Mario Draghi, a ouvert un événement en marge du G20 sur le « Rôle du secteur privé dans la lutte contre le changement climatique », en présence du prince Charles d'Angleterre. « La lutte contre le climat est le défi de notre temps. Soit nous agissons maintenant et faisons face aux coûts de la transition et parvenons à la rendre plus durable, soit nous la reportons et risquons de payer un prix plus élevé après un échec », a déclaré le Premier ministre. « La présidence italienne du G20 veut pousser la croissance économique et la rendre plus durable : nous le devons aux citoyens, à la planète et aux générations futures », a déclaré le Premier ministre.

"Je suis reconnaissant au Premier ministre Draghi pour avoir reconnu l'importance de certaines questions et les avoir mises au centre de cet événement », a-t-il déclaré prince Charles au G20. "Nous avons une énorme responsabilité envers la génération de ceux qui ne sont pas encore nés". « J'ai consacré les 40 dernières années aux questions environnementales, dernièrement j'ai remarqué un changement dans l'attitude générale », a souligné le fils aîné du reine Elizabeth.

https://youtube.com/watch?v=W5uPvkLwYLo
Le prince Charles au G20
Catégorie: NOUVELLES ", PREUVE 4