Energie: la Russie avec Gazprom maîtresse du monde

Vues

Bientôt #Gazprom annoncera le début des livraisons de gaz liquéfié à la Chine via le gazoduc "Puissance de la Serbie". Avec ces travaux, la Russie s'apprête à conquérir le leadership mondial dans la distribution d'énergie, en particulier de gaz liquéfié. Comme l'écrit Bellomo dans Il Sole 24Ore, la décision russe aura tendance à redéfinir l'échiquier énergétique mondial. Les plus grandes conséquences auront d'abord les États-Unis et les autres distributeurs mondiaux de gaz liquéfié à titre subsidiaire. Le projet a été accéléré par les droits imposés par Trump à la Chine, qui ont conduit Pékin à ralentir les importations en provenance des États-Unis.

Un autre front est celui des relations en Europe, où Moscou est en négociations continues avec Bruxelles pour de nouvelles routes d'approvisionnement afin de pénaliser l'Ukraine et donc, puisque notre gaz passe par là, l'Italie également.

Gazprom continue comme un train et dans quelques jours inaugurera également le #TurkStream, desservir les Balkans via la Turquie et va doubler #NordStream  en Allemagne, grâce au feu vert donné par le Danemark pour quitter son propre territoire.

L'approvisionnement en gaz de la Chine, écrit Il Sole 24Ore, sera limité pour l'instant et proviendra des nouveaux champs «dédiés» de la Sibérie orientale, sans affecter l'approvisionnement des clients existants. Les pays de l'UE achètent des volumes à la Russie presque quarante fois plus élevés que ceux donnés à la Chine aujourd'hui et le #NordStream A lui seul, une fois la capacité doublée, il pourra livrer jusqu'à 110 Gcm par an. La portée de la Puissance de la Sibérie cependant, il est appelé à croître au fur et à mesure du développement des champs qui l'alimentent, jusqu'à atteindre 38 Gmc par an en 2022-23, un montant égal à ce que #Gazprom vend aujourd'hui à l'ensemble de l'Europe centrale-orientale et bien plus à 22,7 Bcm livrés à l'Italie l'année dernière.

Moscou avec 53 milliards de dollars a créé, en vingt ans, une œuvre avec laquelle elle démontre qu'elle peut rompre le cordon ombilical avec le marché européen. Avant le gaz, c'était le pétrole russe, il y a une dizaine d'années, qui ouvrait un accès "sûr" au marché chinois, grâce au pipeline #Espo (Sibérie orientale-océan Pacifique), d'où transitent aujourd'hui plus de 600 1,5 barils de pétrole brut. Aujourd'hui, la Russie a dépassé l'Arabie saoudite pour devenir le premier fournisseur de pétrole de la Chine avec XNUMX million de barils par jour. Moscou espère pouvoir reproduire la stratégie avec le gaz.

Gazprom a donc présenté un plan pour étendre la capacité du Puissance de la Sibérie, mais est en pourparlers pour construire d'autres gazoducs, y compris le soi-disant Western Route ou pipeline #aitai (à partir de 30 Bcm), qui devraient puiser dans les mêmes domaines que ceux utilisés pour approvisionner l'Europe. Gazprom promet de pouvoir satisfaire les deux marchés en devenant le leader mondial de la fourniture de gaz.

 

Energie: la Russie avec Gazprom maîtresse du monde