Eni se lance dans la production de carburants d'aviation durables

Vues

Eni a commencé la production de carburant d'aviation durable (SAF) qui représente un moyen de contribuer de manière significative à la décarbonisation du transport aérien à court et moyen terme. Les SAF Eni sont produits exclusivement à partir de déchets et de résidus, conformément à la décision stratégique de ne pas utiliser d'huile de palme à partir de 2023.

Eni prévoit de doubler, au cours d'une période de quatre ans, la capacité actuelle de bioraffinage de 1.1 million de tonnes / an et son augmentation à 5/6 millions de tonnes / an d'ici 2050 : le biojet jouera un rôle important dans le mix de produits. , en ligne avec les scénarios du secteur et les tendances du marché, et l'objectif est d'atteindre une capacité de production d'au moins 500 mille tonnes/an de biojet d'ici 2030.

Le PDG d'Eni, Claudio Descalzi, a déclaré : « Il s'agit d'un résultat très important dans notre trajectoire de décarbonation, qui comprend des technologies innovantes déjà disponibles et des initiatives industrielles concrètes, et reflète pleinement notre approche pragmatique de la transition énergétique : utiliser la technologie pour réduire les émissions dans secteurs qui, comme l'aviation, ont le plus d'impact sur les émissions mais qui doivent en même temps être alimentés car ils sont essentiels à la croissance et au développement. Nous voulons nous imposer comme un leader technologique dans la transition énergétique, en utilisant également des compétences et des atouts traditionnels, et c'est un nouveau pas dans cette direction, ainsi qu'une contribution importante au niveau du système ».

Les premières productions SAF sont réalisées dans la raffinerie Eni de Tarente, avec une part de 0,5% d'UCO (huiles végétales et de friture usagées), ce qui anticipe la part de 2% de la composante organique proposée dans le cadre du paquet UE « Fit For 55 ». Il s'agit d'une première étape, qui confirme la trajectoire de décarbonation de tous les produits et processus d'Eni d'ici 2050 et pour tous les secteurs concernés, y compris les plus exigeants, tels que l'aviation, les véhicules lourds et la marine.

Le SAF de la raffinerie de Tarente est actuellement produit par un processus de co-alimentation, co-alimentant les usines conventionnelles avec des parts d'UCO égales à 0,5%. La part bio présente dans le produit permet une réduction typique de GES par rapport à la matière première utilisée de plus de 90 % par rapport à la norme de référence du mix fossile, selon la Directive Energies Renouvelables II. Ce produit, déjà disponible dans les réservoirs de la raffinerie de Tarente, sera commercialisé auprès des principales compagnies aériennes, d'abord ITA, également grâce au soutien d'opérateurs leaders du secteur tels que Aeroporti di Roma.

La croissance de la production d'Eni SAF se poursuivra avec une progression qui verra le démarrage de la production de plus de 2022 10 tonnes / an de SAF dans la raffinerie d'Eni à Livourne, grâce à la distillation de bio-composants produits dans les bioraffineries d'Eni à Gela et Porto. Marghera (Venise) grâce à la technologie propriétaire Ecofining™. Les matières premières utilisées seront exclusivement des déchets tels que des UCO ou des graisses animales. Ce produit, appelé "Eni Biojet", contiendra 100% de composant biogénique et peut être utilisé en mélange avec un jet conventionnel jusqu'à 50%.

La croissance se poursuivra avec le démarrage, en 2024, de la production de "Eni Biojet" dans la bioraffinerie de Gela, où un projet est déjà en cours qui permettra la mise sur le marché de 150 mille tonnes / an supplémentaires de 100% SAF à partir de matières premières renouvelables, capable de répondre à l'obligation potentielle du marché italien pour 2025.

Eni se lance dans la production de carburants d'aviation durables