Farnesina se réunit, Ambassadeur de France. "Paroles inacceptables de Macron"

Vues

Après les accusations d'hier et les propos du président français Emmanuel Macron lui-même sur le "cynisme et l'irresponsabilité du gouvernement italien", le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Enzo Moavero Milanesi, a convoqué ce matin l'ambassadeur à la Farnesina de France en Italie, Christian Masset. L'Ambassadeur était déjà occupé à Milan et a envoyé en son nom la Chargée d'Affaires, Claire Anne Raulin. Le ministre des Affaires étrangères a donc annoncé que le gouvernement italien juge inacceptables les mots utilisés dans les déclarations publiques faites hier à Paris, même au niveau gouvernemental, sur l'affaire du navire Aquarius. Le ministre Moavero a clairement indiqué que des déclarations similaires compromettaient les relations entre l'Italie et la France. Les tons utilisés, a déclaré le ministre, sont injustifiables, étant donné que depuis de nombreux mois maintenant notre pays dénonce publiquement le caractère non durable de la situation actuelle d'inaction d'une approche coordonnée et cohésive au niveau européen en matière de gestion des flux migratoires,

Réactions politiques dans les journaux français

L'accueil des 629 migrants à bord du navire Aquarius a soulevé "une question humanitaire" à laquelle l'Espagne "a donné une réponse" en ouvrant ses ports, a déclaré le ministre Belloubet sur Inter France. «Pourquoi pas la France? Au nom d'une règle de droit maritime "selon laquelle" la mer est le port sûr le plus proche qui doit répondre ", a insisté Belloubet, face aux critiques adressées à l'exécutif ces derniers jours, même par la majorité, pour son choix de ne pas ouvrir les ports français. Selon le ministre français de la Justice, «cette réponse humanitaire de l'Espagne ne suffit pas et il est urgent de construire une réponse européenne». «L'Europe a tort, et peut-être nous avec elle, de ne pas avoir pu construire cette réponse.

Vous ne pouvez pas laisser l'Italie tranquille, ce n'est pas acceptable ». Même le président républicain du Sénat français, Gérard Larcher, s'est distancé des déclarations arrivées hier de Paris. "Nous ne pouvons pas donner de leçons" à l'Italie, pays que "toute l'Europe" a "abandonné". "Nous sommes confrontés à une tragédie humaine et à cette obligation de sauvetage en mer et c'est le premier problème", a-t-il déclaré à Europe 1. "Je n'ai aucune sympathie pour le gouvernement italien", a ajouté Larcher, soutenant cependant "que nous n'avons pas leçons à donner à un pays que l'Europe entière a laissé seul pendant 3 ans ». «Fondamentalement, l'Europe ne voulait pas regarder la réalité italienne. Aujourd'hui l'Europe peut se désintégrer sur la crise migratoire et sur celle du terrorisme », a averti le président du Sénat

De son côté, le député Philippe Gosselin de La République en marche s'est déclaré «totalement» en désaccord avec la position exprimée par le parti, définie comme «une attaque contre l'humanité en danger». «La question n'est pas de savoir s'il faut ou non accorder le droit d'asile à ces naufragés à bord d'un navire d'une ONG. La question est de savoir s'ils ont besoin d'aide. Et je pense que ne pas les sauver, ne pas les accueillir, serait une attaque contre l'humanité en danger », a déclaré Gosselin sur Franceinfo. "J'adhère totalement à ce point de vue", a insisté le député. Une position partagée De la part d'une collègue du parti, Sonia Krimi, qui dans une interview au Parisien a accusé la France de ne pas en avoir assez dit et fait. "Il y a des silences qui ressemblent à de la honte", a-t-il souligné. "Le gouvernement refuse de voir la réalité, mais l'indifférence à ce sujet est pire que de prendre position comme Matteo Salvini l'a fait en Italie", a ajouté le député. «Au moins, il prend la responsabilité de ses croyances, et nous ne pouvons pas lui en vouloir.

 

Farnesina se réunit, Ambassadeur de France. "Paroles inacceptables de Macron"