Le général Pasquale Preziosa: "Qui défendra l'Europe de demain?"

Vues

(par Pasquale Preziosa) Qui défendra l'Europe de demain? Il n'y a pas de réponse à cette question, aucun pays européen n'a d'idée précise et toute initiative innovante déclenche le printemps du conservatisme dans les pays européens, créant une stagnation de la pensée. Selon les pères fondateurs, les pays européens devront vivre ensemble pour éviter de nouvelles catastrophes après les deux guerres mondiales.

Le grand message partagé par toutes les nations européennes après la Seconde Guerre mondiale semble avoir été mis de côté, la société européenne semble avoir perdu l'horizon de son avenir. Les 75 ans de paix en Europe garantis par l'alliance militaire de l'OTAN semblent nous avoir fait oublier les désastres et les aspirations européens, juste au moment le plus critique du développement géopolitique mondial. Le monde entier est aujourd'hui à la recherche d'un nouvel ordre international, capable de garantir la paix et la solidarité.

C'est l'équilibre des forces internationales qui garantit la sécurité et donc la paix.

deuxième Jean Techau, quand les États-Unis sont mentalement absents de la demande européenne si l'Union européenne peut assurer la sécurité et la défense, cela devient crucial.

L'OTAN ne compte que s'il y a des Américains: les Européens seuls ne peuvent garantir la sécurité et l'ordre.

Toutes les initiatives de l'Union européenne dans le domaine de la sécurité et de la défense n'ont consolidé aucun pilier européen de la défense, au contraire: elles ont contribué à créer plus de perplexités que de solutions.

Les initiatives européennes de défense comme EDF (Fonds européen de défense) et PESCO (Coopération structurée permanente) semblent plus industrielles que politiques. 

Le Conseil européen de la défense n'est pas là.

Dans l'esprit des pays européens, chacun semble avoir sa propre recette pour résoudre les problèmes de défense de l'Europe, qui n'est presque jamais partagée par les autres. La confusion sur l'avenir de l'Europe augmente et avec elle l'incertitude. 

Les grandes puissances mondiales n'ont qu'un seul objectif: diminuer le nombre de pays en compétition pour le nouvel ordre mondial: l'Union européenne avec son potentiel de 16/18 billions de $ de PIB est un grand concurrent tant pour les USA (20 billions de $ de PIB) que pour La Chine (12 billions de PIB), à la fois pour la Russie mais pas pour le PIB (mieux vaut avoir des pays faibles aux frontières).

Les USA ils ont changé d'attitude envers l'Europe d'aujourd'hui, après la Seconde Guerre mondiale, ils voulaient qu'elle soit unie au marché libéral aujourd'hui ils ne veulent pas qu'elle soit unie et l'encouragent à s'effondrer (Brexit, Italexit).

La désintégration de l'Union européenne apporterait également des avantages en Chine avec son initiative de la nouvelle route de la soie.

Pour les États-Unis, le problème est l'euro qui est la deuxième monnaie la plus utilisée en termes de part des paiements mondiaux.

Selon les données de la Commission européenne, sa part représentait en 2017 environ 36% du marché, tandis que le dollar américain représentait 40% du total.

La part de l'euro, né il y a quelques années, dans les réserves monétaires mondiales s'élève à 20% et augmente car de nombreux pays souhaitent la dédollarisation (la Russie principalement avec Rosneft), alors que le dollar est à 60%.

Les avantages du renforcement du rôle de l'euro posent un problème majeur pour le dollar américain: la monnaie de référence mondiale apporte d'énormes avantages au pays qui l'imprime.

Par conséquent, selon la vision transatlantique, seule une Union européenne faible peut garantir la suprématie du dollar sur le marché mondial.

Les États-Unis sont donc mentalement absents des dispositifs de sécurité de l'Europe, confirmés par la déclaration française que l'OTAN est sans cervelle.

La déclaration allemande de soutien à l'OTAN n'a pas été si pénétrante qu'elle a bouleversé le cadre géopolitique négatif créé, la relation transatlantique de confiance envers le pilier OTAN s'est détériorée et son avenir est désormais incertain.

L'Europe dans son ensemble n'est pas prête à assumer ses responsabilités en matière de défense, elle est également confuse en son sein.

Malgré le caractère unique du commandement dicté par Sun Tzu il y a 2500 ans, l'Union européenne, pour ses petites missions militaires et civiles, a mis en place de nombreux quartiers généraux (OHQ) (Centocelle, Rota, Lárisa, ...) répartis sous la pluie parmi les pays concernés, soulignant l’absence de plans de développement pour les opérations militaires et civiles. 

Les groupements tactiques de l'UE, planifiés et prêts pour quatorze ans sur une base rotationnelle, n'ont jamais été utilisés de manière opérationnelle par l'Union européenne, même lorsqu'ils ont été demandés par un pays européen pour des besoins de sécurité extérieure, ce qui rend cette configuration inutile et coûteuse pour chaque pays. .

En Europe, il existe une réticence générale à investir sur le pilier Défense, accompagnée d'une culture stratégique sous-développée.

Il faut ajouter à cela la méfiance historique entre les différents pays qui ne s'est pas éteinte au cours des 75 années de paix assurées par l'OTAN, dès que les États-Unis ont fait allusion au désengagement de l'Europe, les vieux maux européens ont refait surface.

Pour le dire avec Zhou Enlai, les Européens "ils dorment dans le même lit mais n'ont pas les mêmes rêves. »

Sans relation de confiance, aucun avenir ne se construit.

L'Union européenne doit être complétée selon les indications des pères fondateurs avec les règles qui nous conviennent le mieux. Nous devons penser à notre défense et à notre sécurité, pour nous garantir un avenir pacifique comme nous l'avons déjà vécu avec l'OTAN. Les États-Unis ont souligné à plusieurs reprises que l'Europe, n'étant pas pauvre, ne peut être défendue par les citoyens et le dollar américain. Il est temps de marcher avec nos jambes et de penser avec notre «cerveau».

Pour assumer des responsabilités importantes, il faut comprendre les problèmes arrivés à maturité et rechercher des solutions pouvant ouvrir des processus de changement.

La paix est la valeur à poursuivre, la construction d'une nouvelle forme de défense pour l'Europe peut constituer le début d'un processus innovant capable de se renforcer, sans jamais sous-estimer la nécessité de comprendre les contraintes de la réalité.

L'Europe doit commencer à construire le pilier européen de la défense au sein de l'OTAN afin d'opérer et de tirer parti des structures et procédures existantes.

Au cours des dix prochaines années (2030), Xi Jinping a déclaré que la Chine atteindrait la «domination» de l'intelligence artificielle. Poutine a déclaré que ceux qui atteindront la «domination» de l'intelligence artificielle gagneront la nouvelle révolution industrielle.

Il Général Jack Shanahan, à la National Security Commission on Artificial Intelligence (AI) USA il a dit que les batailles futures seront caractérisées par des "algorithmes contre des algorithmes", et que le meilleur algorithme sera le vainqueur, les anciennes chaînes de commandement et de contrôle ne sont plus suffisantes.

Dans les années à venir, la croissance économique des pays en développement, combinée au facteur démographique, fera disparaître bon nombre des différences entre pays industrialisés et pays non industrialisés.

L'Europe n'a qu'une seule possibilité: s'impliquer et devenir un acteur pertinent, maintenir l'équilibre mondial

Dans le passé, entre les deux guerres, le retrait des États-Unis d'Europe a provoqué de grandes catastrophes.

Il n'y a pas beaucoup de temps et il n'y a pas d'alternative connue pour agir et achever le plan de défense européen, qui est avant tout politique puis industriel.

 

Le général Pasquale Preziosa: "Qui défendra l'Europe de demain?"