Gentiloni, une partie des soldats déjà en Irak vers le Niger

Le gouvernement italien demandera au parlement de déplacer une partie des 1.400 soldats présents en Irak, où l'Italie est la deuxième force après les États-Unis, au Niger dans le but de "consolider ce pays, vaincre la traite des êtres humains et pour vaincre le terrorisme ». C'est ce qu'a dit aujourd'hui le Premier ministre, Paolo Gentiloni, à l'équipage de la Nef Etna, qui opère dans le cadre d'Eunavfor Med Sophia, l'opération militaire lancée par l'Union européenne à la suite des naufrages survenus en avril 2015 qui impliquaient plusieurs bateaux transportant des migrants et des demandeurs d'asile de Libye. «L'Irak tourne la page. Mossoul a été libérée. Les régions d'Anbar se stabilisent. Les conditions sont enfin réunies pour pouvoir contribuer non pas à gagner la guerre contre le terrorisme, mais à consolider ce pays. On peut dire que grâce également à la contribution de l'Italie, un objectif fondamental a été atteint en 2017: Daech a été vaincu, la menace terroriste n'a pas disparu », a déclaré Gentiloni. Comme l'a noté le Premier ministre, «nous devons continuer à travailler, en concentrant notre attention et nos énergies sur ce mélange de menaces du point de vue de la traite des êtres humains et du terrorisme qui se consolide ces dernières années au Sahel, en Afrique. ". C'est donc «l'une des raisons pour lesquelles une partie des forces que nous avons maintenues engagées en Irak sera déployée, ce sera la proposition que le gouvernement fera au parlement dans les mois à venir au Niger; à nouveau avec une mission qui vise à consolider ce pays, à vaincre la traite des êtres humains et à vaincre le terrorisme.

Gentiloni, une partie des soldats déjà en Irak vers le Niger

| défense, MONDE, PRP canal |