Gilets jaunes: les analystes français ne peuvent expliquer la violence et la propagation du mouvement

Les services de renseignement français analysent l'implication possible de la Russie sur les réseaux sociaux et autres plateformes dans la campagne visant à amplifier le mouvement des «gilets jaunes». Connue en français sous le nom de «Le mouvement des gilets jaunes», la campagne a débuté en ligne en mai de cette année en tant que protestation populaire contre la hausse des prix du carburant et le coût de la vie élevé en France. À la mi-novembre, le mouvement a fait sa première apparition publique avec de grandes manifestations qui se sont poursuivies chaque week-end.
Les manifestants disent que les augmentations d'impôts touchent les travailleurs et les classes moyennes de manière disproportionnée et que le coût de la vie est insoutenable en France. Les manifestations ont pris une connotation de violence et au moins huit personnes sont mortes.
La campagne des gilets jaunes était bipartite, les manifestants appartiennent à tout le cadre politique français. De plus, il n'y a pas de leaders ou de coordinateurs identifiés du mouvement.
Vendredi, le Wall Street Journal a déclaré que les agences de sécurité françaises enquêtaient sur l'implication potentielle du Kremlin dans la campagne des gilets jaunes. Le journal a cité un responsable de la cybersécurité du gouvernement français qui aurait déclaré: «Il y a eu une activité suspecte. Nous étudions l'impact ». Le responsable faisait référence à l'activité en ligne de certains grands comptes de médias sociaux impliqués dans les gilets jaunes. Le Journal cite également Ryan Fox, un expert en cybersécurité pour la société texane New Knowledge, qui a déclaré: «plusieurs centaines de comptes Twitter et Facebook» impliqués dans le mouvement des gilets jaunes «pourraient être contrôlés par des entreprises privées près de Moscou». Cependant, les experts en cybersécurité ne sont pas d'accord sur l'étendue de l'implication du Kremlin dans le mouvement des gilets jaunes.
Paris avait précédemment accusé Moscou d'essayer d'influencer la direction de la politique française. En février 2017, la direction générale de la sécurité extérieure de la France a averti que la Russie avait lancé une opération secrète pour tenter d'influencer le résultat des élections présidentielles françaises de cette année en faveur de l'extrême droite. Cependant, cet effort n'a pas réussi à arrêter l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron. Depuis qu'il a assumé la présidence du pays, Macron a été un critique international majeur de la politique intérieure et extérieure de la Russie. Le Kremlin serait donc très motivé pour faire tomber le gouvernement de Macron.
Toutefois, cela ne signifie pas que Moscou est derrière "seul" pour influencer le mouvement des vestes jaunes. En fait, la propagation et la violence du mouvement ont suscité l'intérêt des observateurs politiques français les plus expérimentés.
Le Journal note que de nombreux organes de cybersécurité occidentaux de premier plan, y compris le Digital Forensic Research Lab du Conseil de l'Atlantique, "n'ont trouvé aucune preuve significative d'interférence d'un État étranger" dans le mouvement des gilets jaunes, que ce soit de Russie ou de tout autre gouvernement. . Facebook a également déclaré que les contrôles n'avaient révélé aucune preuve d'une campagne organisée par Moscou pour influencer les gilets jaunes. Le journal a également cité Dimitri Peskov, un porte-parole du Kremlin, qui a catégoriquement nié les allégations selon lesquelles la Russie était d'une manière ou d'une autre impliquée dans la prétendue campagne visant à influencer le mouvement des gilets jaunes.

Gilets jaunes: les analystes français ne peuvent expliquer la violence et la propagation du mouvement

| INTELLIGENCE |