Les Houthis menacent l'Italie : « L'interception de nos missiles conduit à un affrontement direct avec le Yémen »

Éditorial

La mission européenne Aspides sera lancée par le Conseil des Affaires étrangères le 19 février, en attendant la frégate de la Marine italienne "Martinengo"est sur le point de prendre le commandement, en tant qu'unité de pavillon, de la mission anti-piraterie de l'UE"Atalanta». L'Italie assumera le commandement tactique de la mission anti-Houthi Aspides : en ces heures au État-major de la défense ils décident du nom de l'amiral qui aura la délicate tâche de défendre la navigation communautaire en mer Rouge, ciblée depuis des jours par le groupe rebelle yéménite avec des drones et des roquettes, lors de son transit par le canal de Suez et le Détroit de Bab el Mandeb.

La menace des Houthis envers notre pays est immédiate, chargée de mettre «mettre en péril la sécurité de ses navires militaires et commerciaux« . Les affirmations des rebelles yéménites proviennent du chef adjoint de l'Autorité yéménite des médias Ansar Allah (Houtis) Nasr al-Din Amer« Nous frapperons les navires qui attaquent notre pays – dit-il interviewé par AdnKronos – ou qui entravent la décision d'empêcher les navires israéliens de traverser la mer Rouge« . Selon Amer, l'un des visages médiatiques du groupe armé qui contrôle de vastes zones du Yémen, à la tête du «mission qui vise à intercepter des missiles yéménites qui ciblent les navires israéliens ou ceux à destination de l'Etat juif constituent un danger pour l'Italie et la conduisent à un conflit direct avec notre pays".

Le ministère italien de la Défense a renvoyé hier soir les menaces à l'expéditeur, les qualifiant de "une partie de leur guerre hybride» et une tentative de «porter atteinte à la cohésion et à celle de l'Union européenne".

La Défense affirme en effet que «attaquer des navires commerciaux de pays sans rapport avec ce qui se passe à Gaza, diffuser de fausses informations, permettre le libre passage des navires de la Fédération de Russie et de la Chine mais pas des autres, et menacer l'Italie pour avoir assumé le commandement tactique de l'opération Aspides, dont le seul objectif est de la défense de nos navires et la libre navigation, sont des tentatives de porter atteinte à notre cohésion et à celle de l'Union européenne."

"La tentative des Houthis", poursuit la note du ministère de la Défense dirigée par Guido Crosetto, "est de nous convaincre qu'accepter silencieusement le chantage du terrorisme et regarder ailleurs au lieu de défendre la sécurité et la libre navigation est la bonne chose et plus commode pour faire." « L'Union européenne et, avec elle, l'Italie », conclut la note, « revendiquent au contraire le droit et le devoir d'intervenir dans la défense de la sécurité, de la libre circulation des marchandises, de leur propre économie et du droit international. S’ils s’intéressaient réellement au peuple palestinien, ils auraient apprécié l’intervention humanitaire italienne, qui a été l’une des plus significatives et immédiates en faveur du peuple palestinien. » La référence au transfert de 100 enfants palestiniens vers l’Italie, avec leurs familles, pour recevoir des soins médicaux adéquats dans les meilleurs hôpitaux pédiatriques est claire. Même le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, a réitéré l'engagement de l'Italie en déclarant : «Nous ne nous laissons pas intimider. Nous défendrons nos navires car nous sommes un pays où 40 % de notre PIB dépend des exportations. »

Les Houthis menacent l'Italie : « L'interception de nos missiles conduit à un affrontement direct avec le Yémen »