PASS VERT : de nombreux artisans tremblent qui risquent l'arrêt de la production

Vues

De nombreux artisans et autant de petits entrepreneurs sont inquiets et espèrent l'effet d'annonce ; c'est-à-dire que d'ici le 15 octobre prochain, la plupart des 3,7 millions d'employés du secteur privé qui n'ont pas encore été vaccinés le seront. Si cela ne se produit pas, de nombreuses entreprises pourraient se retrouver dans la situation de devoir cesser de travailler, faute de pouvoir profiter de l'apport, notamment, de techniciens et d'ouvriers hautement spécialisés qui constituent l'épine dorsale de ces réalités.

Imaginez si, alors, il était nécessaire de les remplacer, comme le prévoit le décret pour les entreprises de moins de 15 salariés : trouver des personnalités professionnelles, en effet, a longtemps été une entreprise presque impossible, surtout dans certaines régions du pays. Nous vous rappelons également qu'en Italie le nombre moyen d'employés par entreprise est de 4 (un propriétaire et 3 employés). L'impossibilité d'en remplacer ne serait-ce qu'un signifierait que le propriétaire de l'entreprise n'aurait pas un tiers de la main-d'œuvre pendant un certain temps. Bref, pour les entreprises avec peu ou très peu de salariés, l'arrêt pour l'une d'entre elles signifie l'arrêt de la production. Bien entendu, pour obtenir le certificat vert, il est possible que, comme alternative au vaccin, l'employé subisse périodiquement l'écouvillonnage ; mais combien seront prêts à payer un coût mensuel d'au moins 180 euros par mois ?

Selon le Bureau d'études du CGIA, les entreprises les plus à risque pourraient être celles des secteurs de l'ingénierie, du bâtiment, du textile et de la chaussure, où déjà de nombreux emplois sont découverts faute de candidats.

• Les soudeurs, les meuniers, les ferblantiers, les carreleurs et les ourleurs sont presque introuvables

Dans le communiqué de presse du 17 septembre, Unioncamere et Anpal ont présenté les données du bulletin du système d'information Excelsior. Parmi les métiers qui présentent le plus fort pourcentage de difficulté de disponibilité, c'est-à-dire que dans 60% des cas ils peinent à trouver, on retrouve de nombreux techniciens spécialisés qui travaillent dans le secteur de la métallurgie. Elles sont:

  • soudeur;
  • fraiseuse;
  • tourneur;
  • forgeron;
  • entretien et réparation de machines fixes et mobiles;
  • responsable des machines à commande numérique.

Le secteur de la maison / construction est également touché par cette criticité. Les chiffres qui présentent de grandes difficultés à trouver sont :

  • monteur de luminaires;
  • grutier;
  • carreleur;
  • électricien;
  • ferblantier;
  • manteau;
  • peintre;
  • cantonnier.

Comme dans les deux secteurs précédents, les entrepreneurs du textile / habillement et de la chaussure qui, bien que plus que d'autres aient subi les effets de la crise pandémique, déclarent dans environ 60% des cas qu'ils ont du mal à trouver les professionnels suivants :

  • machine à ourler;
  • coupeur;
  • prototypiste;
  • teinturier;
  • tisserand;
  • officier de finition.

Maintenant, on se demande : combien de salariés actuellement embauchés dans ces métiers n'ont pas encore été vaccinés ? Évidemment, on ne sait pas, tout comme on ne sait même pas combien de ces opérateurs, après le 15 octobre prochain, ne se rendront pas dans l'entreprise car ils n'ont pas de laissez-passer. Pourtant, le problème, du moins théoriquement, se pose, puisqu'au milieu de ce mois il y avait 3,7 millions de salariés du privé non encore immunisés. Pour de nombreux petits entrepreneurs, par conséquent, le remplacement de certains de ces chiffres peut ne pas être possible. Un risque que nous devons prendre en considération, même si nous sommes convaincus que pour éviter que la courbe épidémiologique ne s'allonge à nouveau - évitant ainsi de nouvelles fermetures et de nouvelles limitations de mobilité - il est indispensable d'élargir au maximum le nombre de personnes vaccinées.  

• Un salarié du privé sur quatre n'est pas vacciné

Selon les données publiées au milieu de ce mois par le gouvernement Draghi, les employés du secteur privé qui ont été vaccinés s'élèvent à 11 millions, tandis que ceux qui ne l'ont pas encore fait sont 3,7 millions. Par conséquent, le pourcentage de personnes non protégées sur le total de la catégorie est de 25,1 %. Parmi les chômeurs, en revanche, il y a 1,8 million de vaccinés, ceux qui ne l'ont pas encore fait sont un demi-million (21,7% des non vaccinés). Parmi la population inactive, 10,8 millions ont la certification verte, 2,7 millions n'en ont toujours pas (20 pour cent du total). En revanche, les agents publics détenteurs du pass vert sont au nombre de 2,9 millions, dont un peu plus de 400 12,1 (le taux de non vaccinés est de XNUMX %).

• Qui contrôle les travailleurs non déclarés ?

En réitérant que seule l'augmentation du nombre de vaccinés permet de vaincre la pandémie et d'accrocher fermement la reprise économique, le Bureau d'études de la CGIA pointe une autre catégorie que le certificat vert ne pourra pas "intercepter": c'est-à-dire les travailleurs irréguliers. . Eh bien, qui vérifiera le laissez-passer aux centaines et aux centaines de milliers de faux artisans qui chaque jour se rendent illégalement chez des Italiens pour réparer un robinet, changer la serrure, faire un coiffage ou remplacer un volet roulant ? En Italie, rappellent les artisans de Mestre, le nombre de travailleurs clandestins dépasse à peine 3,2 millions. Ce sont des personnes qui arrondissent leurs maigres revenus pour quelques heures ou pour toute la journée en travaillant de manière irrégulière : c'est-à-dire sans payer d'impôts et de cotisations sociales. Plus de 1,2 million se trouvent dans le Sud, près de 781 724 dans le Nord-Ouest, près de 525 504.300 dans le Centre et un peu plus de 421.100 361.200 dans le Nord-Est. Les régions qui comptent le plus sont bien entendu celles qui comptent le plus d'habitants, à savoir la Lombardie avec XNUMX XNUMX unités, le Latium avec XNUMX XNUMX et la Campanie avec XNUMX XNUMX.

PASS VERT : de nombreux artisans tremblent qui risquent l'arrêt de la production

| NOUVELLES " |