Houthis : des câbles sous-marins attaqués

Éditorial

Le groupe rebelle yéménite Houthi a attaqué hier le pétrolier américain Torm Thor naviguant dans le golfe d'Aden, où étaient également présents des navires de guerre étoilés. La nouvelle a été rapportée par le journal Al-Masirah, contrôlé par le groupe chiite. Nous étions maintenant presque habitués aux attaques contre des cargos, maintenant des menaces via les réseaux sociaux visant à compromettre les câbles sous-marins, nous serions passés aux faits, car les miliciens pro-iraniens auraient endommagé quatre câbles sous-marins dans la mer Rouge, entre Djeddah, Arabie Saoudite et Djibouti, en Afrique de l’Est. Le journal économique israélien a rapporté la nouvelle importante Globes, selon lequel les câbles endommagés seraient :

AAE-1, relie l'Asie-Afrique-Europe 1, étendue sur 25 mille kilomètres, de l'Asie du Sud-Est à l'Europe, en passant par l'Égypte, reliant Hong Kong, le Vietnam, le Cambodge, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande, l'Inde, le Pakistan, Oman, les Émirats arabes unis, le Qatar, Yémen, Djibouti, Arabie Saoudite, Égypte, Grèce, Italie et France ;

Seacom, un câble de 17 XNUMX kilomètres qui relie l'Afrique du Sud, le Kenya, la Tanzanie, le Mozambique, Djibouti, la France et l'Inde ;

Passerelle Europe Inde (Eig), câble à fibre optique de 15 mille kilomètres reliant le Royaume-Uni, le Portugal, Gibraltar, Monaco, la France, la Libye, l'Égypte, l'Arabie Saoudite, Djibouti, Oman, les Émirats et l'Inde. Le TGN aurait également été touché.

Les dégâts causés par les Houthis”ils provoquent déjà de graves perturbations dans les communications Internet entre l'Europe et l'Asie, avec des dégâts notamment dans les pays du Golfe et en Inde.», rapporte Globes. Cependant, il n’existe aucune confirmation officielle de la part des autorités locales et des commandements militaires. Les dommages causés aux moyens de communication sont estimés importants, mais pas critiques, car d'autres câbles traversent la même région reliant l'Asie, l'Afrique et l'Europe et n'ont pas été touchés. Selon les estimations, la réparation d’un si grand nombre de câbles sous-marins pourrait prendre au moins huit semaines et impliquerait une exposition à des risques dus aux activités des Houthis. Les sociétés de télécommunications seront obligées de rechercher des sociétés disposées à effectuer les travaux de réparation et probablement de leur payer des frais exorbitants, car les compagnies d'assurance ne fournissent plus de services aux câblodistributeurs opérant dans les eaux yéménites. Il est trop dangereux d'assurer certains navires dont le prix varie entre 80 et 100 millions de dollars.

Houthis : des câbles sous-marins attaqués

| PREUVE 1, MONDE |