L'échec du lancement de la fusée italienne Vega, résultat d'un sabotage. L'arrestation de l'espion russe à Naples pourrait clarifier le contexte

Vues

L'Italie entre Moscou et Pékin, à la base d'un lancement d'un vecteur spatial défaillant, une fusée produite en Italie par l'AVI (groupe Leonardo) de Colleferro (Rome). Pour le rapporter comme rapporté par Il Messaggero, les principales sources des services secrets italiens. #Avio, elle a peut-être été victime de sabotage à cause des intrigues que l'intelligence a reliées entre le manager Aleksandr Korshunov et l'ancien collaborateur d'Avio Aero (groupe General Electrics) faisant l'objet d'une enquête, Maurizio Paolo Bianchi.

L'échec du lancement de la fusée a provoqué l'effondrement de la société italienne en bourse avec de fortes répercussions sur sa réputation. L'arrestation d'Aleksandr Korshunov pourrait mieux clarifier ce qui s'est passé il y a à peine deux mois, à près de 8 XNUMX kilomètres de l'Italie.

Le 10 juillet, l'ESA, l'Agence spatiale européenne, avait prévu le lancement d'un satellite depuis la Guyane française. L'objectif était d'envoyer Falcon Eye 1, un satellite militaire d'observation de la Terre à haute résolution pour l'armée des Émirats arabes unis, en orbite. Le missile, le Vega 15, qui transportait le satellite avait été produit dans les usines de Colleferro dell'Avio. Deux minutes après le lancement de la fusée et la cargaison s'est retrouvée en mer après une anomalie. Il s'agit du premier échec de la société italienne, jugé très anormal dès le départ, après 14 missions réussies. Vega, acronyme de European Advanced Generation Carrier, est un transporteur opérationnel utilisé par Arianespace, développé en collaboration par l'Agence spatiale italienne (ASI) et l'Agence spatiale européenne (ESA) pour le lancement de petits satellites en orbite. L'ESA a immédiatement lancé une commission d'enquête qui a conclu ses travaux jeudi dernier. "Sur la base d'observations relatives aux quelques millisecondes autour de l'anomalie, les analystes européens ont écrit - la Commission a identifié une défaillance thermostructurale dans la zone du dôme avant du moteur Z23 comme la cause la plus probable. D'autres causes possibles, telles que l'activation involontaire du système de neutralisation, ont été jugées improbables ".

De plus, aucune preuve d'un acte malveillant n'a été trouvée. Jusqu'ici les analyses de la commission désignée par l'ESA, mais en Italie le rapport, bien que jugé fiable, n'a pas totalement convaincu car le puzzle reconstruit par la commission peut manquer quelques pièces fondamentales qui pourraient désormais fournir les enquêtes lancées avec l'arrestation du gérant Russe à Naples.

Pour clarifier la situation, il y a eu immédiatement la mobilisation de nos services avec deux délégués militaires qui ont lancé une enquête hautement confidentielle. Les conclusions italiennes n'ont pas encore été dévoilées et les soupçons sont alimentés non seulement par la fusée, mais par la charge qu'elle transportait: ce Falcon Eye, le premier satellite espion des Emirats Arabes Unis.

Avio et General Electric

Avio entretient des relations très intenses avec General Electric à qui elle a vendu Avio Aereo pour 3,3 milliards d'euros, l'entreprise qui, selon le FBI, est au centre des intérêts du dirigeant russe. Derrière ces mouvements russes, on soupçonne qu'il peut y avoir d'autres techniciens infidèles, peut-être économiquement corrompus par les Russes, qui ont causé l'échec de la mission Vega. Le résultat du probable sabotage est cependant «perturbateur»: les objectifs des Émirats arabes unis sont entravés et un fleuron de l'industrie spatiale italienne est mis à genoux.

L'échec du lancement de la fusée italienne Vega, résultat d'un sabotage. L'arrestation de l'espion russe à Naples pourrait clarifier le contexte

| PREUVE 3, INTELLIGENCE |