Le Mali embauche les Russes de Wagner

Vues

Le Niger, le Burkina Faso et le Nigeria ont célébré en 2013 les troupes françaises après l'arrivée dans la ville saharienne de Tombouctou suite à la défaite de certains groupes djihadistes. Aujourd'hui, près de dix ans plus tard, la France a réduit de moitié son contingent à 5000 XNUMX hommes et songe à quitter définitivement le territoire en raison des dépenses énormes engagées et des victimes laissées sur place lors des différents micro-conflits avec les terroristes locaux. 

En juin dernier, le président français Emmanuel Macron a annoncé le retrait des forces de la mission Barkhane en raison d'un certain nombre de problèmes internes. L'armée française, qui a perdu 53 soldats, ne peut plus pallier le "manque d'engagement" de l'Etat malien. La décision est intervenue trois mois après que les Nations Unies ont découvert une frappe aérienne française qui a tué 19 civils, dont des femmes et des enfants, lors d'une fête de mariage dans le centre du Mali. 

La France a alors remis sa base de Tombouctou aux forces maliennes alors qu'à plusieurs centaines de kilomètres, à Bamako, la capitale, la présence française est toujours forte. Depuis quelque temps, cependant, des drapeaux russes ont également commencé à être vus, notamment lors de certaines manifestations populaires. 

Le Mali, en l'absence de forces françaises, se serait tourné vers la Russie pour le sanctionner Mahmoud Ould Mohamed, le ministre du commerce par intérim qui a déclaré publiquement : «La relation avec les Français est rompue en ce moment".

Lors de l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier, le premier ministre Choguel Maïga  a confirmé la ligne en disant que la France avait quitté le Mali, il fallait donc chercher d'autres partenaires.

Le Mali, selon le FT, est en pourparlers pour embaucher des mercenaires appartenant au groupe paramilitaire Wagner, dit lié et financé par le Kremlin. Le groupe Wagner fait partie des groupes interdits par le ministère américain de la Justice et est accusé de crimes de guerre au Tchad, au Sahel, en Érythrée et au Soudan. 

Les pourparlers avec la société Wagner ont toutefois exaspéré Paris, qui soutient le gouvernement malien illégitime depuis qu'il a pris ses fonctions après deux coups d'État. 

A ce jour, le nord du Mali est plus sûr qu'en 2013 et les violences se sont déplacées vers le centre du pays où vivent la plupart des 20 millions d'habitants. La violence extrémiste s'est propagée au Burkina Faso, qui a vu de vastes régions du pays échapper au contrôle du gouvernement, et au Niger, où des centaines de manifestants ont bloqué en novembre un convoi de 100 véhicules de la mission française Barkhane en signe de protestation. 2021 a été la plus violente de la dernière décennie pour les pays du Sahel, en termes d'attentats terroristes et de conflits armés. Il y a 2.426 244 accidents contre 2013 en XNUMX, selon les données du projet Données de localisation et d'événement de conflit armé. En termes de victimes, il s'agissait du deuxième plus meurtrier après 2020, avec 5.317 949 décès dans les trois pays, contre 2013 en 948. Le Mali à lui seul a enregistré 2021 événements violents en 230, contre 2013 en XNUMX.

Le Mali embauche les Russes de Wagner