Le Mali dément la présence de Wagner même face aux preuves

Vendredi dernier, le gouvernement malien a catégoriquement démenti les accusations sans fondement d'un prétendu déploiement d'éléments paramilitaires d'une entreprise privée russe, Wagner.

Le gouvernement du Mali demandant des preuves sur les lourdes accusations a tenu à préciser que certains « instructeurs russes » se trouvaient au Mali dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles des forces de sécurité et de défense nationales.

« Bamako est entrée dans des relations normales de coopération avec la Fédération de Russie, partenaire historique du Mali »a déclaré le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maiga.

Jeudi dernier la condamnation sévère de 15 pays occidentaux sur le déploiement au Mali de mercenaires russes appartenant au controversé groupe Wagner et sur la fourniture d'armes et d'équipements par Moscou : "Nous sommes conscients de l'implication du gouvernement de la Fédération de Russie dans le soutien au déploiement du groupe Wagner au Mali, nous invitons donc la Russie à se comporter de manière responsable et constructive dans la région".

Il y a une inquiétude internationale croissante au Mali suite à la prise du pouvoir par le colonel Assimi Goita à la suite du deuxième coup d'État du pays en moins d'un an. Une conduite qui repousse de plus en plus loin aussi les élections de février prochain.

Une source du renseignement français, citée par F24, a confirmé l'existence d'importants mouvements militaires : «On assiste à des sorties aériennes répétées avec des avions de transport militaire appartenant à l'armée russe et des installations à l'aéroport de Bamako pour permettre l'arrivée d'un nombre important de mercenaires ».

Des visites fréquentes de cadres de Wagner à Bamako et les activités de géologues russes, connus pour leur adhésion à Wagner, ont également été notées.

Malgré le déploiement de mercenaires russes, la déclaration des 15 pays occidentaux indique clairement que personne n'aura quitté le pays africain, « Nous ne renoncerons pas à nos efforts pour répondre aux besoins du peuple malien ». Bien que Paris ait affirmé que le déploiement de Wagner est incompatible avec la présence de troupes françaises.

Le Mali est l'épicentre du soulèvement djihadiste qui a débuté dans le nord du pays en 2012 et s'est étendu trois ans plus tard au Niger et au Burkina Faso voisins.

Le Mali dément la présence de Wagner même face aux preuves

| PREUVE 1, INTELLIGENCE |