Ilva, à l'étude les propositions du gouvernement entre le rétablissement de l'immunité et 2200 dans le fonds de licenciement

Vues

Une lueur peut être vue dans les négociations gouvernementales d'ArcelorMittal. Ilva à un pas de l'abîme commence à entrevoir une faible lueur d'espoir. Les enjeux mis sur la table des négociations sont immobiles: jusqu'à 5 XNUMX licenciements structurels déclarés par ArcelorMittal et le respect des engagements sur le plan industriel et environnemental, avec une poussée sur la transition vers la décarbonation.

Aux points fixes, la contrepartie proposée se concentre sur trois concessions possibles: l'implication des entreprises publiques, la restauration de l'immunité juridique et la révision du loyer. Demain, la rencontre entre le gouvernement et Lakshmi et Aditya Mittal.

Le président du conseil Giuseppe Conte il a commenté la réunion: "J'apporterai à M. Mitrai la détermination d'un Premier ministre qui représente un pays du G7, où les règles sont respectées et où vous ne pouvez pas siéger, signer un contrat après une procédure d'appel d'offres public et après quelques mois commencer l'activité de désinvestissement s'en aller. J'espère qu'il pourra comprendre et adopter une attitude très différente de celle de la réunion précédente" .

L'un des principaux problèmes à résoudre est le retrait de l'unité de déclaration de redondance 5mila e Patuanelli à cet égard, il dit: "si les Mittal veulent revenir à la table, ils doivent faire le premier pas". Un accord pourrait être trouvé pour réduire de moitié les licenciements à couvrir par le fonds de licenciement à 2200 unités. Le gouvernement, à cet égard, écrit Il Sole 24Ore, insiste avant tout sur le fait que ce nombre comprend près de 1400 travailleurs déjà licenciés. Une autre solution pourrait toujours être le recours aux licenciements, de transférer ce personnel à la partie Ilva dans l'administration extraordinaire pour effectuer des activités de réclamation et d'autres services.

En fait, on songerait à créer un fonds extraordinaire de soutien à l'emploi, destiné précisément à la reconversion des travailleurs de l'administration extraordinaire (actuellement déjà 1.700). Au-delà des bonnes intentions, même le chemin pour intéresser certaines filiales étatiques est cependant un parcours du combattant: toute tentative doit être mesurée par le fait qu'il s'agit de sociétés cotées dont le cœur de métier n'est pas vraiment pertinent à celui de l'ex-Ilva. Les propositions seront débattues ce soir au Conseil des ministres, prévu pour 1900.

Ilva, à l'étude les propositions du gouvernement entre le rétablissement de l'immunité et 2200 dans le fonds de licenciement