En semaine, le premier pas vers la vaccination obligatoire

Vues

Cette semaine lors du prochain conseil des ministres (mercredi, à confirmer) le gouvernement envisage de prolonger le passe vert également aux usagers des services publics. Donc non seulement l'obligation envers les employés de l'administration publique mais aussi envers les usagers, comme c'est le cas pour les écoles, où l'utilisation de la carte verte est également prévue pour les parents qui se rendent à l'intérieur des complexes. 

L'obligation, outre tous les agents publics, militaires et policiers inclus, devrait également concerner les particuliers dont les activités nécessitent le document européen d'accès (restaurants, salles de sport, etc.).

En ce qui concerne le transport local le gouvernement travaille à affiner le cadre des règles sur passe vert qui concernera également la définition d'une entreprise publique ou privée, et comment considérer, aux fins des choix sur le pass, les entreprises juridiquement privées mais qui travaillent pour le public (entreprises détenues). 

La date limite / décider si c'est obligatoire un vaccination sans aucune distinction, il est fixé à mi-octobre en fonction de l'évolution des infections.
Pendant ce temps, le premier ministre Mario Draghi, écrit l'Ansa, a donné mandat aux bureaux dirigés par le sous-secrétaire Roberto Garofoli d'étudier tous les aspects de la question, en recueillant également les observations des syndicats et des entreprises, car vous ne pouvez pas vous tromper. Ensuite, l'évaluation finale sera faite à la table politique, avec la convocation d'un salle de contrôle du gouvernement. A table là-bas Alliage pourrait soumettre ses demandes, telles que laextension de la validité des écouvillons à 72 heures et mise en place d'un fonds pour indemniser ceux qui ont subi des dommages dus au vaccin. La salle de contrôle pourrait être précédée d'une réunion du premier ministre avec le secrétaire de la Ligue du Nord. Celui qui croit en la ligne pro-vaccin est le secrétaire du Parti démocrate Enrico Letta, également prêt à soutenir une éventuelle décision gouvernementale d'introduire l'obligation de vaccination. Le ministre de la Santé suit cette ligne Roberto Speranza et le gouverneur du Latium, Nicola Zingaretti, qui annonce le début de la troisième dose du vaccin dans sa région.

En semaine, le premier pas vers la vaccination obligatoire