Kaboul, cauchemar américain : attaque contre un avion cargo décollant ou atterrissant

Vues

Le dernier vol duAeronautica militare pour le pont aérien humanitaire entre l'Afghanistan et l'Italie, avec 110 personnes à bord, dont 58 Afghans. L'ambassadeur est également à bord Pontecorvo, le consul Claudi et carabiniers de Toscane. Pontecorvo a expliqué que 120 XNUMX personnes ont été emmenées du pays et, maintenant que les ponts aériens de l'ouest sont presque tous terminés, ceux qui veulent partir ont peu de choix, mais "Les routes terrestres sont ouvertes, vous pouvez voyager avec un calme relatif". Entre-temps, en effet, l'exode des réfugiés vers le Pakistan s'intensifie. Le nombre quotidien d'Afghans a triplé (de 4 8.000 à environ 24.000 XNUMX) qui traversent la frontière pakistanaise chez Spin Boldak-Chaman. Cependant, le Pakistan ne veut pas permettre aux réfugiés afghans d'atteindre les villes les plus proches et a l'intention d'installer des camps de réfugiés près de la frontière, même à l'intérieur même de l'Afghanistan.

Les évacuations à l'aéroport de Kaboul se poursuivent également ce matin à "un rythme très rapide". Un responsable occidental qui a souhaité garder l'anonymat a déclaré à l'agence de presse Reuters, ajoutant qu'"un passage rapide" sera prévu pour quitter l'Afghanistan "dans les prochaines 48 heures", ou d'ici le 30 août, "à tous les étrangers" qui le voudront.

Ce soir, comme promis par le président Biden lors de sa troisième discours à la nation sur l'Afghanistan, un attaque avec des drones vers les positions de l'Etat islamique K. Le raid dans l'est du pays aurait conduit à l'élimination d'un interprète djihadiste qui préparait de "nouvelles attaques". En effet, de nouveaux attentats dans la capitale sont à craindre et l'ambassade a demandé aux citoyens américains de quitter l'aéroport.

Attaques imminentes et danger pour les avions au départ de l'aéroport de Kaboul

Les analystes du renseignement américain sont convaincus de la possibilité de nouveaux attentats suicides dans la zone de l'aéroport de Kaboul, voire à l'intérieur de celui-ci. Mais le pire cauchemar, c'est qu'un avion chargé de passagers comme celui de l'USAF C-17, surchargé, avec plus de 700 personnes à bord, pourrait être touché au décollage. Cette éventualité n'était pas si évidente que Cremonesi le Corriere della Sera rapporte qu'au Pentagone ils murmurent ce danger à voix basse. Il n'est pas exclu, en effet, qu'un missile sol-air léger, la rafale d'une mitrailleuse lourde, un obus de mortier, ou même un vieux RPG soviétique puissent atteindre l'un de ces cargos lors du décollage ou de l'atterrissage. En effet, les pilotes de la coalition, de plus en plus souvent, décollant et atterrissant, les bornes ont tiré "Fusées" confondre les capteurs de tout missile tiré sur leur avion.

Fusées

Notre armée de l'air aussi elle a connu des moments agités, le jour même des attentats, lorsque le pilote d'un C-130J a dû effectuer, comme l'écrit l'état-major dans une note, une manœuvre d'évitement pour protéger l'avion et les passagers. A cet égard, l'armée de l'air a également précisé qu'aucun tir d'arme à feu n'a touché l'avion. Le chef d'équipage de l'avion, comme l'exigent les procédures opérationnelles et soumis à un entraînement constant, en observant les armes à feu venant du sol et dirigées vers le haut, visibles comme des traceurs, a immédiatement mis en œuvre une manœuvre d'évitement pour protéger l'avion et les passagers et empêcher l'avion de traverser l'espace aérien où des impacts de traceurs ont été observés.

RPG de l'ex-URSS

Il y a de moins en moins de troupes américaines au sol et sans surprise, à ces heures, une passation de pouvoir s'opère entre marines et miliciens talibans pour assurer la sécurité de l'aéroport. Les talibans aux deux postes de contrôle avant l'aéroport renvoient tous les Afghans, n'accordant que très peu de permis à ceux qui ont des documents délivrés par les autorités américaines. Le 31 août, l'évacuation américaine prendra fin tandis que les talibans prendront totalement possession du seul aéroport international du pays. A ce stade, les Américains ont besoin de la sécurité que les talibans peuvent et pourront garantir puisque les derniers vols seront remplis de stars et de galons militaires.

Destitution de Biden ?

Les républicains attaquent l'administration Biden pour la crise afghane : deux députés du Grand Old Party, Ralph Norman et Andy Harris, ont présenté quelques articles de destitution contre le secrétaire d'État Antony Blinken pour sa gestion « infructueuse » des évacuations, l'accusant de ne pas avoir protégé la vie des Les Américains. Il est peu probable qu'ils aient une chance de réussir dans une Chambre contrôlée par le DEM, mais l'initiative risque de ternir l'image du chef de la diplomatie américaine.

Joe Biden, en revanche, ne demandera la démission d'aucun chef militaire après l'attaque d'hier à Kaboul. C'est ce qu'a précisé la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, soulignant à quel point il est "dévastateur pour le président, dévastateur pour les dirigeants des forces armées, de perdre des hommes et des femmes qui travaillent pour vous". Mais Biden ne demandera la démission d'aucun général, a déclaré Psaki qui, lorsqu'on lui a demandé si le président confirme sa confiance au secrétaire d'État Antony Blinken, a répondu par l'affirmative. Et lorsqu'on lui a demandé comment il répondait aux demandes de destitution de certains républicains, il a répondu sèchement : "Je ne réponds pas le jour où nous honorons encore la vie des femmes et des hommes des forces armées qui ont perdu la vie hier ».

https://youtu.be/P1wvPLo8-Ac

Kaboul, cauchemar américain : attaque contre un avion cargo décollant ou atterrissant