La charge des quatre-vingt mille sur la Piazza del Popolo

Vues

(par John Blackeye) Le titre peut être trompeur car il n'y a aucune intention de parler des accusations de police qui ont eu lieu en marge d'une manifestation pacifique tenue sur la Piazza del Popolo à Rome, autant que de la charge morale et de l'énergie personnelle que je vu chez les gens que j'ai rencontrés au cours de cette chaude après-midi de la mi-octobre. Il y avait des groupes de des gens paisibles à partir de Reggio Emilia, Padoue, Mantoue, Brescia, Vérone, Turin, Milan, Bergame, Pesaro Ancona, Florence, Trieste, Bolzano, Modène, Trévise, Rovereto et Arezzo.  

Dans des situations comme celles-ci, il est préférable de prendre le métro alors je suis descendu à l'arrêt "Flaminio" et j'ai pris la sortie vers Piazza del Popolo. La présence de centaines de gens ordinaires marchant avec moi dans la même direction m'a suggéré que peut-être tous ces gens, composés de femmes, personnes âgées e mamme avec enfants qui, dans le métro, discutaient au téléphone ou parlaient avec le sourire avec leur compagnon de voyage, avaient un objectif commun : manifester aujourd'hui contre le "Green Pass" sur la Piazza del Popolo.

Place du Peuple - Rome


En sortant du métro, je vois le Fourgons de police placé à peu près partout alors que le métro continue de produire des centaines de des gens très normaux qui vont rejoindre une place désormais bondée. Je dis très normal car ce ne sont pas des gens organisés comme quand les syndicats descendent dans la rue pour manifester avec mille drapeaux tous de la même couleur. Ce sont des gens qui ont laissé ce qu'ils avaient à faire pour exprimer leur déception face au pass vert et ses limites.

Place du Peuple - Rome

Je me fraye un chemin à travers la foule pour comprendre à quoi ressemble l'air et voir des signes écrits à la main par des gens ordinaires. J'ai été frappé par l'un d'eux qui a lu : "il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu'ils ont été trompés ».

je me dirige vers le "Stade improvisée" et je vois deux groupes de participants agitant leurs banderoles représentant le Vierge Marie et San Michele. Sont également présents les mouvements religieux et je comprends que ce carré hétérogène elle n'y est pas allée pour faire de la violence mais pour être vue par un gouvernement que, comme me le dit une dame à mes côtés, il feint de ne pas voir le grand malaise de près de neuf millions d'Italiens qui ont décidé de ne pas se faire vacciner.

Je m'éloigne de la place où des gens bien habillés se sont "armés" de sifflets pour faire entendre encore plus fort leur protestation et je me dirige vers les marches de l'église voisine pour avoir une image encore plus claire de la situation.
Un rapide coup d'œil à ma droite pour observer une centaine de jeunes étudiants universitaires qui s'embrassent en souriant et en tout cas entrent gaiement sur la place pour rejoindre cette marée de personnes.
Je m'assois à côté d'une femme d'âge moyen qui n'a aucune intention belliqueuse et me dit qu'elle n'aurait jamais imaginé être dans une situation surréaliste comme celle qu'elle vit : "avec un état qui vous fait chanter en vous disant : soit vous vaccinez avec un sérum expérimental, soit vous ne travaillez pas", alors la femme agacée éclate, portant son sifflet à sa bouche puis s'excusant auprès de moi pour le bruit fait.

Place du Peuple - Rome

A ma droite, une autre dame s'approche, très distinguée, avec des lunettes et un sac sous le bras. On dirait qu'elle est sortie faire du shopping dans la via del Corso mais elle est là aussi. Elle non plus n'est pas habituée aux manifestations de rue mais a décidé de se joindre à tout le monde, pour montrer qu'il n'y a pas de chantage de la part d'un État qui du coup, d'un employeur, se transforme en « ennemi ».
Au pied de l'escalier il y a à la place un très vieille dame. Elle a apporté d'énormes tirages photo avec elle et les a placés sur les marches à côté d'elle. Ils représentent un homme de son âge, vraisemblablement son mari, avec des ecchymoses sur tout le corps. Si ce sont les effets secondaires du vaccin on ne le saura jamais aussi car quand la foule a commencé à constiper sur la place, la Dame a tout ramassé et est partie.
Un maman avec deux enfants qui lui ressemblent beaucoup, elle monte les marches et prend un selfie avec ses enfants pour immortaliser une journée qui jusqu'à ce moment a donné satisfaction à tout le monde, ne serait-ce que parce que la participation est énorme.


À ce moment-là, je suis devenu curieux et j'ai cherché sur google quelle était la capacité de la Piazza del Popolo. Il s'avère que le carré peut contenir 65 mille personnes. Alors je lève les yeux, jette un œil sur la place et considérant que les gens ont débordé dans les rues avoisinantes et sont aussi accroupis sur les murs de confinement latéraux ainsi que sur la Piazzale Flaminio, je crois que s'il n'y a pas quatre-vingt mille participants, nous sommes proches.


à partir de "Stade improvisée" - puisqu'il s'agit d'une camionnette découverte - ils parlent à tour de rôle, mais contrairement à la manifestation de la Piazza San Giovanni à Rome, il semble que les intervenants sont un peu moins professionnels que leurs confrères qui se sont relayés sur scène lors de la méga manifestation du 25 septembre.
Le message que tant de bonnes personnes, de travailleurs honnêtes, de mères, d'enfants et de familles voulaient faire passer était clair : pas de pass vert et pas de limitation à la liberté personnelle et pas de limite au droit au travail.

Une dernière ligne m'est adressée par une dame venue manifester avec son petit chien. Il me regarde et me dit que le reste des Italiens ont souffert lavage de cerveau à la télévision. Je ne peux cacher le fait que tout autour il y a eu des applaudissements improvisés envers la dame qui est repartie satisfaite d'avoir donné un sens à sa présence sur la place ce samedi après-midi.

Les infiltrés parmi les bonnes personnes

La la démonstration tournerait bien si ce n'était pas pour certains fauteurs de troubles, moins d'une centaine, équipés de tambours, de drapeaux et de bannières, ont encouragé la place à commencer une procession. devant les palais du pouvoir aurait rendu le message de protestation encore plus fort. Dommage que ce soit un piège, le piège habituel. En fait sur la Piazza San Giovanni, depuis la scène, avec sérieux, ils ont immédiatement dit que la manifestation n'avait prévu aucun cortège donc la mèche s'est éteinte avant de faire exploser la bombe.

Hier, en partie à cause de la colère que nourrissaient tous ces gens du commun à cause de l'impossibilité d'aller travailler librement à partir du 15 octobre, des milliers de personnes se sont impliquées. La manifestation pacifique est restée sur la place et il semble, comme le rapportent aujourd'hui certains sites FB, qu'elle ait été déplacée par la police avec des moyens peu orthodoxes. Le reste, composé de quelques milliers de ces quatre-vingt mille qui sont arrivés à la réunion, ils suivaient naïvement le cortège qui se heurtait alors aux pauvres policiers qui auraient sûrement aimé passer un dimanche paisible en famille au lieu de porter casques et combinaisons anti-émeute.

Cependant, un doute légitime surgit, à supposer que la violence soit toujours déplorable et que les responsables doivent être poursuivis. S'il y avait eu le même nombre de manifestants sur la Piazza San Giovanni et que les journaux télévisés parlaient au lieu d'environ deux cents présents rassemblés en signe de protestation, s'il n'y avait pas eu ces actes extrêmes de violence déplorable, les journaux en auraient parlé ou même ces quatre-vingt mille se seraient miraculeusement transformés en « quelques centaines de manifestants ?


Jamais, jamais de violence, et aucun des quatre-vingt mille présents n'est descendu dans la rue pour tout casser. Sans parler du fait que j'ai vu des personnes âgées, des enfants, des mères et des pères avec de jeunes étudiants universitaires qui sont descendus dans la rue avec honnêteté et colère mais incapables de commettre des actes de violence.
Un petit groupe de fauteurs de troubles a gâché la journée de tout le monde... mais je pose à nouveau la question : sans eux, l'actualité aurait parlé du grand malaise que vivent neuf millions d'Italiens qui n'entendent pas céder au chantage d'un État ?

Le procureur a ouvert un dossier sur le terrorisme

Un magistrat antiterroriste enquêtera également sur les affrontements qui ont eu lieu hier après-midi à la manifestation No-Vax et no Green pass dans le centre de Rome : un siège des palais du pouvoir, manœuvré par des groupes d'ultra-droite prêts à faire monter la tension et injecter de la violence sur la place à moins d'une semaine de l'entrée en vigueur de l'obligation du laissez-passer vert sur le lieu de travail.

Ce sont les numéros des bulletins de guerre qui le rendent encore plus évident ce qui s'est passé en marge de l'événement sans laissez-passer vert qui s'est tenu sur la Piazza del Popolo. Selon le bulletin connu de la préfecture de police de Rome, 38 membres de la police ont été blessés lors des affrontements d'hier à Rome. Il s'agit notamment d'un policier qui s'est fracturé une côte et d'un officier de police judiciaire qui s'est fracturé une pommette. Ce qui s'est passé à l'hôpital d'Umerto I a également été très grave, où un groupe de manifestants a fait irruption dans les urgences pour libérer un homme hospitalisé en garde à vue : quatre blessés parmi des agents de santé et des policiers.

Quant aux services de contrôle, 600 manifestants ont été recensés dans différentes régions d'Italie. 

Les arrêtés

Six personnes ont été interpellées en parfumerie : les délits pour lesquels elles sont dénoncées sont nombreuses, notamment dégradations aggravées, dévastation et pillage, violences et résistance à un agent public. Des activités d'enquête et de vérification supplémentaires sont en cours sur les vidéos enregistrées par le personnel de la police scientifique, afin d'évaluer d'autres comportements criminels pertinents aux faits qui se sont produits.  

À l'heure actuelle, 12 personnes ont été arrêtées, dont les dirigeants historiques de Forza Nuova Giuliano Castellino et Roberto Fiore, ainsi que le promoteur de l'événement Pamela Testa, 39 ans, et Luigi Aronica, 65 ans, "er pantera di Monteverde" ex appartenant à le Nar et déjà condamné à 18 ans en 1985 précisément à cause de son militantisme dans les noyaux armés révolutionnaires. Parmi les personnes arrêtées figurait également le restaurateur Biagio Passaro, leader du mouvement « IoApro », présent lors de l'assaut contre le siège de la CGIL à Rome.

 

 

La charge des quatre-vingt mille sur la Piazza del Popolo