La crise afghane inquiète la stabilité et la sécurité mondiales…. et européennes ?

Vues

La très délicate question afghane a une nouvelle fois mis en évidence l'importance pour l'Europe de parvenir à une autonomie stratégique réelle et évidente dans tous les secteurs afin de pouvoir intervenir et prendre position, devenant ainsi "une partie de la solution et non le problème"En parfaite autonomie sans attendre ni être conditionné par les choix"résolutif " des grandes superpuissances telles que les États-Unis, la Russie, la Chine.

Les raisons qui nécessitent cet objectif important et nécessaire sont clarifiées dans un article publié sur vision-gt.eu écrit par Général de Pasquale Preziosa, aujourd'hui président de l'Observatoire permanent de la sécurité d'Eurispes.

Air Force Général Pasquale Preziosa, chef d'état-major de l'armée de l'air jusqu'en 2016

Réfléchir immédiatement à la crise qui a eu lieu en Afghanistan est important car il sera très décisif pour les développements de l'Ordre international.

Les crises nécessitent la prise de décisions immédiates et les alternatives entre catastrophe et salut dépendront de ces décisions.

Les crises font immédiatement ressortir les problèmes d'ordre politique, presque toujours cachés en temps normal, mettent en évidence à la fois le degré résiduel d'efficacité des institutions et l'insuffisance des langues utilisées pour leur gestion.

La crise afghane a ses origines en 2003, l'année où la focalisation américaine sur le terrorisme sunnite radical du 11 septembre s'est estompée pour chasser les fantômes irakiens.

L'incohérence stratégique des États-Unis au cours des 20 années passées en Afghanistan a fait perdre aux États-Unis et à leurs alliés la « guerre mondiale contre le terrorisme » déclarée après l'attentat des Twin Towers et la crédibilité de savoir tenir les engagements pris aux yeux des monde.

Cependant, la crédibilité internationale des États-Unis avait déjà été minée auparavant à la fois par l'abandon des Kurdes aux mains des Turcs en Syrie et par le retrait déclaré du président Trump de l'accord sur le nucléaire iranien signé par le président Barack Obama, son prédécesseur.

Pour les récents événements en Afghanistan, le président Biden, dans son dernier discours sur le retrait des forces militaires américaines (d'Afghanistan), n'a malheureusement pas mentionné les alliés européens, donnant ainsi un signal inconfortable de solidarité transatlantique, il a plutôt confirmé la perte d'intérêt primaire dans la lutte contre la contre-insurrection, tout en restant en quelque sorte intéressé par la lutte contre le terrorisme, sans préciser comment. Dans de nombreux pays, malheureusement, il est difficile de séparer l'insurrection du terrorisme et de toute façon la stratégie en Afghanistan a été dictée par les USA en 20 ans de séjour.

En fait, les accords de Doha n'ont commencé qu'après la libération par les Afghans à la demande des États-Unis de 5000 XNUMX prisonniers talibans, dont beaucoup étaient accusés d'avoir commis des crimes de guerre.

Le président américain a également souligné que des milliards de dollars ont été dépensés pour construire les AF afghanes qui étaient au nombre de 300.000 XNUMX, malheureusement l'AF est un outil entre les mains d'un gouvernement qui doit fournir des objectifs éthiques et moraux et un soutien pour maintenir la cohésion des troupes.

Les gouvernements afghans n'ont jamais brillé par la transparence mais seulement par la corruption et de fait ils ont fui en exil aux premiers signes de l'arrivée possible des talibans à Kaboul, laissant la FA sans directives.

Les conséquences immédiates de ces nouvelles décisions américaines seront doubles : sur le front extérieur, les autres pays, notamment européens mais aussi asiatiques, devront recalibrer leurs stratégies tant de défense que de lutte contre le terrorisme international, tandis que sur le front intérieur, en revanche, il semble y avoir une recrudescence du consensus interne pour avoir mis fin aux guerres interminables accompagnée toutefois d'une nouvelle campagne de délégitimation des méthodes de retrait mises en œuvre par le président.

Forts de ces prémisses difficiles, les États-Unis s'apprêtent à renforcer leur rôle dans la compétition internationale face à la Chine et la Russie.

Le nouveau nom de l'Afghanistan dans « l'Émirat islamique en Afghanistan » n'a pas surpris les analystes car il est déjà signalé dans les accords de Doha, bien qu'avec la spécification de la non-reconnaissance officielle par les États-Unis.

Cette ouverture ouvre la voie aux islamistes radicaux résidant dans d'autres pays aujourd'hui théâtres d'opérations antiterroristes (États défaillants) Corne de l'Afrique, Sahel, qui renforceront leur confiance dans l'objectif d'établir l'émirat islamique dans ces pays également.

La crise afghane actuelle pourrait avoir un effet domino quasi immédiat sur les crises irakienne, syrienne, palestinienne, yéménite et africaine. L'Afrique du Nord est le talon d'Achille de l'Europe pour la clandestinité de l'immigration et des trafics illégaux.

L'Afghanistan a toujours joué un rôle international de premier plan dans le trafic illicite de drogues.

Avec l'avènement de l'Emirat islamique, ce rôle va s'accentuer pour favoriser le remplissage, avec 10 % (la dîme), des caisses de l'Etat drainées par le gouvernement précédent.

Les conséquences de l'augmentation du trafic de drogue seront principalement ressenties par l'Europe.

La fuite des États-Unis, de l'OTAN et d'autres pays de Kaboul ouvrira la voie à l'islam radical à l'échelle mondiale et mettra fin à l'expérience d'ingénierie sociale menée par l'administration Bush d'abord en Irak avec l'effondrement de l'État irakien et maintenant en Afghanistan avec l'échec de l'expérience qui a duré 18 ans.

Les échecs enregistrés en Libye, en Irak, en Afghanistan, en Syrie, au Yémen sont à l'exact opposé de ce qu'indiquent les plans des architectes du nouvel ordre mondial.

Les interventions hors zone menées jusqu'à présent principalement dans la région du Moyen-Orient ont provoqué la chute des Etats et le déclenchement de guerres civiles.

Au cours des vingt dernières années, donc, l'ordre mondial préexistant a été alimenté par un désordre constant qui a fait perdre aux États-Unis leur rôle de leader ou le rôle de « nation nécessaire » comme l'a déclaré le président Clinton.

Le niveau actuel de crise est très élevé car les crises internationales se sont ajoutées aux crises internes de certains pays de nature financière, économique et pandémique.

Le niveau de crise totale est si élevé que les États-Unis ont aujourd'hui dû choisir entre soutenir leur crédibilité internationale et les exigences de la masse de la population pour mettre fin à une guerre qui semblait sans fin.

La boîte de Pandore a été ouverte et les conséquences se feront sentir sous peu.

L'Europe devra désormais penser davantage à fonctionner seule, devra atteindre son autonomie stratégique pour gérer les nouvelles crises qui se profileront bientôt à l'horizon.

La crise afghane inquiète la stabilité et la sécurité mondiales…. et européennes ?