La défense qui n'est pas là des missiles hypersoniques de Poutine

(par Andrea Pinto) Moscou a annoncé qu'il a utilisé je Kinzhal, missile balistique hypersonique à capacité nucléaire ou conventionnelle lancé par un Mig-31 modifié. C'est l'une des six armes de "nouvelle génération" citées par Poutine dans son discours du 1er mars 2018. Une démonstration au monde que la technologie hypersonique russe est mature et utilisable sur les changements de bataille. Une claque tactique face aux superpuissances occidentales qui, à ce jour, non seulement n'ont pas développé de capacités similaires, mais ne disposent même pas de défenses antimissiles adaptées pour parer à une éventuelle menace. Un écart capacitif difficile à remplir à court terme.

Le Kinzhal a une autonomie déclarée de 1.500 2.000 à 480 XNUMX km avec une charge utile nucléaire ou conventionnelle de XNUMX kg. Il mesure 8 mètres de long, avec un diamètre d'un et un poids au lancement d'environ 4.300 XNUMX kg. De taille similaire au missile balistique à courte portée 9M723 Iskander, il présente néanmoins des caractéristiques distinctives, notamment une section de queue redessinée et des gouvernails réduits.

Après le lancement, le Kinzhal accélère rapidement jusqu'à Mach 4 et peut atteindre des vitesses allant jusqu'à Mach 10 (12.350 XNUMX km/h). Cette vitesse, combinée à la trajectoire de vol erratique du missile et à sa grande maniabilité, peut compliquer son interception.

LES AUTRES ARMES DE POUTINE. Il y a environ deux ans, Poutine a dit à la nation : « nous sommes invincibles ». La référence était due au succès des tests militaires sur de nouvelles armes développées ces dernières années avec la technologie hypersonique. Parlons, comme le Général Pasquale Preziosa su ants.net, de missiles intercontinentaux à capacités hypersoniques Avangard (HGV- Hypersonic Glide Vehicle) et des systèmes de combat basés sur le Laser « Peresvet » pour la défense aérienne et la défense antimissile. Les ICBM balistiques super-lourds seront opérationnels cette année, Sarmat, capable d'échapper aux défenses ABM américaines et capable de transporter jusqu'à 24 ogives HGV. Le nombre d'avions de combat équipés de missiles hypersoniques Kinzhal (deux mille kilomètres de portée, avec des vitesses allant jusqu'à Mach 10) augmentera, tout comme le déploiement de missiles de croisière Kalibr (subsonique-supersonique) sur les navires de combat. Le missile hypersonique Zircon (mille kilomètres, Mach 8-9) anti-navire (invisible au radar) entrera en service sous peu.

La Russie a mis au point un système plus moderne de grosses torpilles de combat pour sous-marins, le Poséidon ( "torpille tsunami apocalypse”) Capable de frapper des cibles côtières avec des armes thermonucléaires (2 mégatonnes) et le système nommé Burevestnik (Petrel), missile de croisière à propulsion nucléaire.

Défense contre la menace des missiles hypersoniques

La Agence de défense antimissile (Mda) en 2019, il écrit À l'intérieur, a montré avec une vidéo de démonstration comment identifier, suivre et intercepter des véhicules de rentrée hypersoniques ou Poids lourd (Véhicule de glisse hypersonique). La vidéo montre quelle est la solution de États-Unis protéger une cible de la menace d'un missile balistique à ogive hypersonique grâce à une "solution multicouche".

Le document MDA, intitulé "Concept Mda pour la défense antimissile hypersonique régionale : une technologie pour vaincre la menace", Décrit les plans de la Pentagone pour protéger les États-Unis, ses forces et ses alliés contre les menaces hypersoniques régionales en utilisant une solution multicouche pour se défendre contre la prochaine génération de véhicules hypersoniques planeurs. Ce n'est pas un système multicouche comme celui qui défend les États-Unis contre les missiles balistiques et emploie le GMD, le Thaad, les Patriots et l'Aegis, mais il est basé sur un concept bidimensionnel (surface et espace) utilisant les systèmes de missiles embarqués sur les destroyers de classe Arleigh Burke. Il s'articule donc, en ce qui concerne les véhicules d'interception, sur le système Égide à bord et sur deux types de porteurs : le missile Sm-6 Norme et la Gpi (Intercepteur de phase de glissement), une arme encore en développement visant à frapper les ogives des poids lourds lors de la phase de plané de leur trajectoire. La norme 6, en revanche, est utilisée pour toucher des cibles dans leur phase terminale.

L'Aegis Combat System embarqué, donc, oui il s'intégrera aux systèmes de capteurs spatiaux et au sol à son tour lié à divers réseaux et capteurs de contrôle de tir intégrés pour avoir la capacité d'étendre le bras d'Arleigh Burke au-delà de la portée de leurs radars embarqués. Chose qui a déjà été vue récemment mise en pratique parU.S. Navy, mais avec un autre objectif qu'un porte-missiles.

Au cours du didacticiel officiellement connu sous le nom de Problème de combat intégré sans pilote 21 (UxS IBP 21) retenu au large de la Californie en avril 2021, toute une série d'actifs habité e sans équipage (dont des ballons) a été mis en place pour permettre à un missile Sm-6 lancé par le destroyer Uss John Finn de toucher sa cible de surface bien au-delà de son "champ de vision" constitué des capteurs de l'unité navale. . Un lancement "aveugle" guidé par des moyens spatiaux et des avions intégrés qui a démontré la possibilité d'engager une cible bien au-delà de la portée radar d'une unité navale.

Un fait qui trouve une application particulière précisément en ce qui concerne les ogives de poids lourds. Ces véhicules, en effet, en plus de se déplacer à des vitesses très élevées (supérieures à Mach 5), peuvent effectuer des manœuvres pour échapper aux bulles radar des unités navales (ou systèmes terrestres). Une particularité qui, combinée au profil de vol inférieur à celui d'un missile balistique normal, rend difficile sa découverte, sa poursuite et donc la possibilité d'interception. le profil de vol bas, en effet, il réduit fortement les temps de découverte : les radars doivent obligatoirement suivre la courbure de la Terre et un missile qui vole "bas" et très vite rentre dans le cône d'ondes radio bien plus tard qu'un autre dans une trajectoire balistique.

La vidéo décrit un scénario dans lequel ils sont lancés quatre vecteurs hypersonique à l'adresse d'un porte-avions, et il est montré en gros comment le système "multiniveaux" identifie les lancements, les suit et intervient pour commander l'interception.

On voit en effet que deux satellites de la constellation Capteur spatial de suivi hypersonique et balistique (Hbtss) ils détectent les lancements et suivent les poids lourds alors qu'ils sont encore attachés à leurs boosters et volent selon une trajectoire balistique typique de la phase initiale. Ces capteurs spatiaux continuent ensuite à suivre les véhicules après leur séparation des boosters, fournissant un suivi pour les systèmes de contrôle de tir qui s'activeront dans les étapes ultérieures pour une interception réelle.

En 2019, comme indiqué La zone de guerre, Mda a lancé un appel d'offres pour la construction de ces satellites de défense antimissile en attribuant des premiers contrats de développement à quatre sociétés : Northrop Grumman, Raytheon, Leidos et L3Harris. En janvier 2021, il a choisi Northrop Grumman et L3Harris pour passer à l'étape suivante. L'objectif est de déployer le premier satellite HBTSS en 2023. On ne sait pas combien de satellites au total devraient former la constellation Hbtss, qui n'est qu'une parmi tant d'autres dans la chaîne de alerte précoce que la défense antimissile mettra en service dans un proche avenir. Mda indique que les informations de suivi et de ciblage des capteurs HBTSS fourniront des informations au Architecture infrarouge persistante aérienne de défense antimissile balistique (Boa), une architecture de différents capteurs intégrés. Ces données, mises à jour en continu presque en temps réel, sont ensuite utilisées pour suivre les ogives des poids lourds. Les informations de suivi sont ensuite relayées aux destroyers via le système Boa, ainsi que via le réseau séparé Commandement et contrôle, gestion de combat et communications (C2Bmc), en utilisant les communications par satellite.

Avec toutes ces informations, un ou plusieurs Arleigh Burke peuvent alors initier les soi-disant écoutes téléphoniques"Interagissez à distance"(EoR), qui n'utilisent que des données de localisation et ciblage externe, plutôt que ses propres radars pour diriger l'intercepteur vers la cible comme nous avons déjà eu l'occasion de le mentionner. Ils peuvent également procéder à des soi-disant écoutes téléphoniques "Lancer à distance”, Où des intercepteurs anti-hypersoniques sont lancés sur la base d'informations provenant de ciblage provenant de capteurs externes, mais les radars du navire fournissent des mises à jour de l'engagement tardif.

On s'attend également à ce que le HBTSS soit en mesure de cibler les radars directement sur les navires équipés du système Aegis pour leur permettre de pointer dans la direction d'une menace entrante qui se trouve en dehors de leur portée de balayage. Cela les aidera à voir une cible immédiatement lorsqu'elle se trouve à portée.

Ce que nous avons vu, qui semble tout à fait fonctionnel même si la capacité d'un Sm-6 à intercepter un véhicule hypersonique en phase terminale reste à établir, a une particularité notable : il repose beaucoup sur des composants, notamment le réseau dense de capteurs spatiaux capables d'identifier et de suivre de manière fiable les vecteurs poids lourds, qui n'ont pas encore été mis en service. De même le missile "tueur« Main, le Gpi, est encore en développement et on ne sait pas quand il entrera en service (il n'y a même pas de lancements de test).

Ce système de défense antimissile innovant semble cependant n'avoir été étudié que pour les poids lourds, qui sont notamment des missiles hypersoniques, mais on ne sait pas s'il est également valable pour ces missiles de croisière hypersoniques comme le Zircon ou Kinzhal Des Russes, qui opèrent, comme on le voit en Ukraine, avec un concept très différent et qui roulent toujours à des vitesses très élevées.

La défense qui n'est pas là des missiles hypersoniques de Poutine