La Farnesina rejette les accusations de l'ONU

Vues

La Farnesina répond aux déclarations de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme qui, dans une note, considère les accusations de Michelle Bachelet, qui a dénoncé les prétendues violations italiennes du respect des droits de l'homme des migrants, inappropriées et infondées.

«Depuis des années, l'Italie s'est engagée dans des opérations de sauvetage et de sauvetage pour les personnes en Méditerranée, qui ont été suivies par des politiques onéreuses et complexes de premier accueil sur le territoire national. De ces opérations, l'Italie a assumé le coût dominant, en termes d'utilisation des ressources humaines, des moyens, des finances et surtout, de l'impact social et de la perception de ceux-ci. En outre, l'Italie a mis en place des actions concrètes en faveur des pays d'origine et de transit des migrants, avec des projets de coopération et d'assistance dans divers secteurs: du contrôle aux frontières à la formation, l'éducation, la sécurité, les urgences sanitaires. et la nourriture, à l'amélioration des conditions de vie dans les camps d'accueil. De vastes couches de la société civile italienne ont été et sont engagées dans diverses initiatives, caractérisées par une approche d'aide aux migrants et visant à protéger les droits et les intérêts de ceux qui entreprennent de terribles voyages et deviennent victimes d'exploiteurs et de trafiquants d'êtres humains avec la l'espoir d'une vie meilleure, loin des guerres, de la destruction, de la pauvreté et de la famine ».

«L'Italie - souligne la Farnesina - a exhorté les organisations internationales auxquelles elle appartient à partager l'effort dans un esprit de solidarité juste et concrète. À plusieurs reprises, la tragédie de la migration et son impact en Europe ont été portés à l'attention de l'Union européenne, car nous pensons qu'elle devrait agir avec beaucoup plus d'efficacité et de partage réel qu'elle ne l'a fait jusqu'à présent. Les Nations Unies ont également été sensibilisées: en particulier, nous avons contribué à faire entrer la question prioritaire de la migration dans le débat de l'Assemblée générale des Nations Unies. Nous avons essayé de pousser les institutions spécialisées des Nations Unies - le HCR, l'OIM avant tout - à intensifier leur mobilisation et à rendre leur présence et leur travail nécessaires dans les pays d'origine des migrants, en Libye voisine, plus efficaces, systématiques et généralisés. ceux de transit et enfin ceux d'où arrivent les migrants en Europe ».

«L'Italie est prête à discuter des résultats réels de l'action des Nations Unies et de son impact effectif proportionnellement à l'ampleur des flux migratoires d'époque. Certaines données peuvent - peut-être - aider le Haut Commissaire nouvellement élu à mieux comprendre. L'Italie a sauvé des dizaines de milliers de personnes en Méditerranée, souvent seule, comme cela a été reconnu à maintes reprises, entre autres au plus haut niveau de l'Union européenne. Grâce à notre contribution décisive, il y a eu une réduction de 52% des naufrages en Méditerranée, depuis début 2018, par rapport à la même période en 2017. Nous en sommes fiers. Et nous sommes fiers que nos efforts - humanitaires, politiques, diplomatiques, financiers, matériels - aient conduit à une diminution de 80% des débarquements de migrants sur les côtes italiennes et donc européennes au cours des 12 derniers mois ».

La Farnesina rejette les accusations de l'ONU