La situation se complique au Sahel avec 5 coups d'Etat, le Mali à couteaux tirés avec les pays européens

Vues

(par Andrea Pinto) La semaine dernière, le ministre français de la Défense Florence Parley il avait dit, lors d'une interview à la radio, que La France n'est pas obligée de maintenir à tout prix sa propre présence militaire au Mali. Des sources ouvertes affirment que la décision du gouvernement transalpin de se retirer du Mali pourrait être prise dès les deux prochaines semaines.

La nouvelle ligne d'action française, suite aux tensions entre le Mali et ses partenaires internationaux, dont les instances régionales et l'Union européenne, qui ont sanctionné le pays africain parce que la junte militaire, malgré les promesses, n'a pas encore organisé d'élections libres.

Mais l'affrontement politique entre la junte militaire et la France a atteint un niveau de tension très élevé lorsque, l'autre jour, le gouvernement putschiste de Bamako a décidé d'expulser l'ambassadeur de France du pays. L'annonce a été faite dans un communiqué lu à la télévision d'État Ortm: "Le Gouvernement de la République du Mali informe l'opinion nationale et internationale que l'ambassadeur de France à Bamako, Joël Meyer, a été convoqué ce jour par le ministre des Affaires étrangères et qu'il a été notifié de la décision l'invitant à quitter le territoire national sous 72 heures".

La présence encombrante au Mali de mercenaires russes du groupe privé a également été très discutée Wagner, très proche du Kremlin et mis à l'index par la communauté internationale en raison de lourdes allégations de violations des droits de l'homme.

En attendant, le Danemark il a commencé à retirer ses troupes du Mali après que le gouvernement de la junte de transition ait insisté pour un retrait immédiat la semaine dernière.

La décision de la junte de demander officiellement au Danemark de partir a également des répercussions sur d'autres parties qui avaient donné leur volonté d'intégrer les efforts de l'opération internationale dirigée par la France. Takuba. la La Norvège, en effet,  annoncé de retirer sa disponibilité alors que Hongrie, Portugal, Roumanie et Lituanie ils envisagent soigneusement d'envoyer leurs propres troupes, à la lumière des développements de ces derniers jours. 

La junte militaire malienne, pour lever tout doute, à travers les médias locaux a fait savoir que tous les engagements des ressortissants étrangers dans le Force opérationnelle Takuba  ils ne peuvent être autorisés qu'après invitation écrite du Président de la République et après approbation du Gouvernement de la République du Mali. Il n'est pas encore clair s'il s'agit d'une condition uniquement pour les futures adhésions nationales, ou s'il s'adresse également aux nations présentes aujourd'hui sur le théâtre opérationnel, Comme l'Italie. 

L'Italie au Sahel

Notre pays est présent sur ce territoire avec la « Mission bilatérale d'appui à la République de Niger MISIN"(Avec la zone géographique d'intervention étendue également à la Mauritanie, le Nigeria et le Bénin) afin d'augmenter les capacités visant à lutter contre le phénomène des trafics illicites et les menaces sécuritaires, dans le cadre d'un effort conjoint européen et américain pour la stabilisation de zone et le renforcement des capacités de contrôle territorial par les autorités nigérianes et les pays du G5 Sahel.

La mission, commandé par le colonel pilote de l'Armée de l'Air, Davide Cipelletti, outre le contrôle des frontières et du territoire, elle accompagne les autorités nigérianes et les pays du G5 Sahel (Niger, Mali, Mauritanie, Tchad et Burkina Faso), pour développer les capacités des forces de sécurité nigérianes (Forces armées, Gendarmerie nationale, Guardia National et Forces Spéciales de la République du Niger).

Vers 200 militaire Les Italiens, en revanche, opéraient au sein de la TF Takuba, garantissant les capacités d'évacuation sanitaire des personnels de la coalition en opération grâce à l'utilisation des 3 avions de transport CH 47 F de laArmée, en configuration d'évacuation médicale qui utilisent le cadre de sécurité nécessaire assuré par les 3 hélicoptères d'exploration et d'escorte AH - 129D "Mangusta", des 5e et 7e régiments de la Brigade Aéronautique de l'Armée, encadrés dans le Groupe de travail "Jacana ».

Mission d'appui bilatéral en République du Niger - MISIN

Sahel territoire des putschs

Plus de 114 millions de personnes dirigées par l'armée ont pris le pouvoir illégalement. Il y a eu quatre coups d'État réussis en Afrique en 2021 - il n'y en a pas eu autant en une seule année civile depuis 1999. Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres l'a qualifié d'« épidémie de coups d'État ».

Au cours des 18 derniers mois, l'armée a renversé les gouvernements des Malidu Tchadle Guinée, de la Soudan et maintenant le Burkina Faso. Vendredi, les dirigeants ouest-africains ont convoqué un sommet d'urgence sur la situation au Burkina Faso, où le nouveau chef militaire, le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, a déclaré à la nation dans son premier discours public qu'il ramènerait le pays à la constitution ordinaire "uniquement lorsque les conditions étaient favorables" .

La résurgence des coups d'État a alarmé les quelques dirigeants civils restants dans la région. Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo a dit vendredi : « La situation actuelle constitue une menace pour la paix, la sécurité et la stabilité en Afrique de l'Ouest ».

Ces cinq nations qui ont récemment connu des coups d'État militaires forment une ligne brisée s'étendant de la Guinée sur la côte ouest au Soudan à l'est. Le premier coup d'État est venu du Mali, en août 2020, tandis qu'un coup d'État inhabituel a eu lieu au Tchad en avril 2021, lorsque le président qui avait régné pendant trois décennies a été tué sur le champ de bataille et a été immédiatement remplacé par son fils, en pleine violation du Constitution actuelle.

En mars 2021, il y a eu une tentative de coup d'État ratée au Niger, puis en septembre 2021, c'est au tour de la Guinée : un officier supérieur, formé par les États-Unis, a renversé le président régent. Puis, en octobre, le Soudan : les généraux du pays ont pris le contrôle du pays, par le biais d'un accord de partage du pouvoir qui devait conduire à des élections.

Un terrain fertile pour les putschistes. Les gens en ont assez de leurs gouvernements pour de nombreuses raisons : le manque de sécurité, une succession de catastrophes humanitaires et l'incertitude d'un avenir meilleur pour des millions de jeunes. Ensuite, les trois pays sahéliens avec des coups d'État récents - le Mali, le Burkina Faso et le Tchad - sont aux prises avec des insurrections islamistes qui continuent de se propager, exploitant les tensions locales et l'adversité générale contre les élites politiques. En fait, le coup d'État au Mali s'est également produit en raison de l'incapacité du gouvernement à endiguer la propagation des groupes alliés de Al-Qaïda et État islamique.

Des sanctions comme des boomerangs 

Le bloc économique régional, CEDEAO, a imposé de lourdes sanctions économiques dans le but de pousser les Maliens à se révolter contre la junte et de faire pression sur les chefs militaires pour qu'ils s'engagent à organiser des élections libres.

"Ce qui se passe est exactement le contraire"il a dit Ornella Modéran, responsable du programme Sahel de l'Institut d'études de sécurité de Pretoria. Les sanctions ont eu l'effet inverse en suscitant la colère, contre la CEDEAO et non contre la junte militaire.

Même en Guinée et au Burkina Faso voisins, la population a salué les putschistes comme des libérateurs. Les coups d'État au Mali ont donc inspiré les autres pays environnants grâce au nouveau récit savamment diffusé : "Celui qui prend le pouvoir maintenant doit suivre l'exemple du Mali, c'est-à-dire évincer la France et commencer à prendre des décisions nationales de manière autonome."

La situation se complique au Sahel avec 5 coups d'Etat, le Mali à couteaux tirés avec les pays européens