L'alarme de l'industrie de Varèse : "Le gouvernement devrait se dépêcher sur l'énergie"

Vues

Le ralentissement de la reprise, le risque d'arrêt de certaines chaînes de production, les secteurs les plus énergivores mis à genoux : le portrait de la situation dans le domaine qui s'est dégagé lors du dernier conseil général de l'Univa

« La hausse des prix de l'énergie nous met en crise. Le phénomène atteint des niveaux tels que nous courons le risque sérieux d'une inondation du moteur de la reprise que les entreprises de Varese ont pu démarrer en 2021 après le déclenchement de la pandémie. Ce que nous lançons est plus qu'une alarme. Le ralentissement de notre croissance devient de plus en plus concret, avec des conséquences économiques et sociales également sur notre territoire ». C'est ainsi que le président de l'Union des industriels de la province de Varèse, Roberto Grassi, commente la situation qui se crée dans le système manufacturier de Varese en raison de l'augmentation constante des prix du gaz et de l'électricité. Le sujet a été placé au centre de la dernière réunion du Conseil général de l'Univa à laquelle Aurelio Regina, délégué du président de Confindustria per l'Energia, a participé à distance. La discussion au sein du parlement de l'association patronale des industriels de Varese a permis de faire le point sur les conséquences de la crise énergétique dans les entreprises et de faire le point sur les propositions faites au gouvernement par le système Confindustria. « Le risque d'un retour à une augmentation de l'utilisation des filets sociaux est également bien réel dans la province de Varèse. Nous voulons donner à nos entreprises un sentiment d'alarme afin d'encourager la politique de Varese, à travers ses représentants, à intervenir avec force et décision sur le problème énergétique », déclare le président d'Univa, Roberto Grassi.

Sur le territoire le scénario se traduit par :

  • Des entreprises de filières entières, aussi bien de produits industriels que de grande consommation, qui n'ont pas les conditions pour répercuter les hausses de coûts sur les prix de vente et qui courent donc le risque d'arrêter les chaînes de production.
  • Une volatilité des prix sans précédent, fortement soutenue par la spéculation financière, qui ne permet pas aux entreprises de se projeter ni à court ni à moyen terme.
  • Re-discussion des contrats bloqués du fait de surtaxes excessives et demandes des fournisseurs d'ajuster le forfait avec des ajustements pouvant aller jusqu'à + 150%.
  • Une autre situation critique dans les secteurs à forte incidence du coût de l'énergie sur le produit : finissage textile, moulage de matières plastiques, verreries, fonderies et activités sidérurgiques, production de gaz techniques, tous ancrés dans la région de Varese. A ces niveaux de prix, dans certains cas, le coût des matières premières en est venu à dépasser celui de la main-d'œuvre. Avec un risque accru de blocs de production.

"La situation - explique la photo Roberto Grassi - est de plus en plus paradoxal. Le carnet de commandes de nos entreprises est plein, dans de nombreux cas, la grande partie, en augmentation. Mais dans certains secteurs, notamment les plus énergivores, avec ces coûts énergétiques il devient peu rentable de produire ».

Une situation transversale que Varèse partage avec l'Italie et que l'Italie partage avec les autres partenaires du continent, mais jusqu'à un certain point seulement, explique le président d'Univa : « Ce n'est pas vrai qu'en Europe nous sommes tous dans le même bateau. Certains pays agissent plus rapidement, plus efficacement et avec plus de ressources pour protéger leurs entreprises des hausses de prix. Il suffit de prendre l'exemple français où le gouvernement a alloué des quantités d'énergie aux consommateurs industriels, garantissant des prix d'approvisionnement égaux à la moitié des prix du marché. L'Allemagne intervient en défense des entreprises avec une forte réduction des composantes parafiscales. Nous payons le prix de l'absence d'une politique énergétique nationale depuis des années. Nous sommes favorables à une refonte du nucléaire, nous sommes d'accord pour revoir les forages en mer Adriatique pour augmenter la production nationale, nous sommes également favorables à l'investissement dans de nouvelles sources alternatives qui, à terme, diminuent notre dépendance au gaz. Il est juste de commencer immédiatement à définir une stratégie italienne et européenne sur ces questions, mais ce sont des processus longs. Ici, il faut intervenir avec des mesures d'urgence pour faire face à la crise actuelle".

L'appel de Roberto Grassi prend la forme d'un soutien au paquet de 7,5 milliards proposé par Confindustria, qu'Univa demande également au gouvernement d'adopter. Ce sont les trois points principaux :

  • Vente de la production nationale de gaz aux filières industrielles pendant 10 ans avec anticipation de retombées financières pour l'année 2022 ;
  • Prolongation de l'abattement des charges parafiscales pour les engagements de puissance supérieurs à 16,5 KW dans le secteur de l'électricité ;
  • Augmentation des taux de subvention des composantes parafiscales de la facture d'électricité dans les limites fixées par la législation européenne.

L'alarme de l'industrie de Varèse : "Le gouvernement devrait se dépêcher sur l'énergie"

| ÉCONOMIE |