Loi de finances : plus de 2 milliards d'euros pour l'agriculture, la pêche et l'agroalimentaire

Vues

Plus de 2 milliards d'euros destinés à soutenir et relancer la filière agricole, renforcer la compétitivité des filières et encourager les agriculteurs de moins de 40 ans. Le Green Bonus a été renouvelé pour les trois prochaines années : ce sont les chiffres de la loi de finances transmis aujourd'hui au Sénat .

Comme fortement souhaité par le ministre Stefano Patuanelli, pour le secteur agroalimentaire, les mesures et les chiffres sont bien plus élevés que par le passé. Les mesures les plus importantes concernent la mise en place de la Mutuelle nationale de couverture des risques catastrophes pour mieux accompagner la gestion des risques par les exploitations agricoles, l'extension de l'exonération IRPEF des revenus fonciers et agricoles, le soutien à la compétitivité des filières, la déduction pour frais agricoles entrepreneurs et producteurs directs de moins de 40 ans, le renouvellement du Bonus Vert, auquel s'ajoutent des interventions pour l'élevage et des dotations importantes pour poursuivre la mise en œuvre de la Stratégie Forestière Nationale.

En particulier, les allocations suivantes ont été faites :

  • plus de 690 millions d'euros jusqu'en 2027 pour la mise en place d'une mutuelle nationale de couverture des risques catastrophes, une innovation significative parmi les outils de gestion des risques en agriculture ;
  • 237 millions d'euros à partir de 2023 pour l'exonération IRPEF des revenus fonciers et agricoles relatifs aux agriculteurs directs et entrepreneurs professionnels agricoles inscrits à la pension agricole ;
  • 250 millions d'euros pour l'assurance subventionnée ;
  • 8,3 millions pour l'extension de la décontribution des entrepreneurs agricoles et des agriculteurs directs de moins de 40 ans (54,30 millions d'euros prévus pour la période de trois ans) ;
  • 160 millions d'euros jusqu'en 2023 pour le Fonds de développement et de soutien aux filières agricole, halieutique et aquacole ;
  • 10 millions d'euros pour la dotation du Fonds pour la compétitivité des filières agricoles ;
  • 10 millions d'euros pour le renforcement de la filière blé-pâtes ;
  • 120 millions d'euros pour le soutien des districts alimentaires ;
  • 74,5 millions d'euros pour le soutien à l'élevage en confirmant également en 2022 les pourcentages de compensation de TVA applicables aux ventes de bovins et de porcs vivants ;
  • 16 millions d'euros sur deux ans pour le plan triennal de la pêche (8 millions) et pour le fonds national de solidarité pêche (8 millions). Par ailleurs, à compter de 2022, 4 millions d'euros par an sont alloués aux Autorités Portuaires pour l'exercice des activités menées dans le cadre de la dépendance fonctionnelle vis-à-vis de la MIPAAF. Par ailleurs, l'indemnité d'arrêt de pêche a été reconduite et la CISOA étendue aux pêcheurs ;
  • 80,5 millions d'euros alloués aux activités d'Ismea pour l'octroi de prêts, les opérations de financements structurés et l'octroi de garanties de prêts en faveur des entrepreneurs agricoles et de la pêche, et des mesures pour l'entrepreneuriat féminin et des jeunes ;
  • 30 millions d'euros pour le financement de la Stratégie nationale forestière (420 millions jusqu'en 2032) ;
  • Le Green Bonus a été prolongé pour les trois prochaines années, ce qui prévoit la déduction pour l'Irpef à hauteur de 36% des frais engagés pour l'aménagement paysager ;
  • Par ailleurs, 50 millions d'euros ont été alloués à allouer aux Régions pour couvrir les avances sur le prêt secours.

Loi de finances : plus de 2 milliards d'euros pour l'agriculture, la pêche et l'agroalimentaire

| ÉCONOMIE |