Libye: faillite italienne. Eni se défend

Vues

L'Italie a perdu la Libye en 2011 lorsque Kadhafi a été déposé de force aux mains de la France de Sarkozy. La France n'a jamais digéré notre pertinence, notre voie privilégiée en Libye. La dernière impulsion pour l'Italie est la signature, le 27 novembre dernier, du traité turco-libyen sur les zones juridictionnelles de la Méditerranée, dont Serraj a annoncé l'entrée en vigueur le 8 décembre. La Turquie et la Libye ont ainsi transformé les six cent kilomètres et plus de Méditerranée qui séparent la côte turque de Bodrum et Marmara de la côte libyenne de Derna et Tobrouk en une zone économique exclusive, ignorant la présence de la Crète et des îles grecques du Dodécanèse.

L'accord accorde à la Turquie des droits presque exclusifs de prospection de gaz et de pétrole, mettant ainsi en danger les concessions offshore d'Eni. Et la menace ne s'arrête pas à la Libye. L'accord met également indirectement en péril la prospection d'Eni dans les eaux chypriotes, bloquant de fait l'éventuelle construction des gazoducs essentiels pour acheminer le gaz de nouveaux champs vers l'Europe. Outre le gigantesque puits Zohr, découvert par Eni devant l'Egypte, et l'Aphrodite, Léviathan et Tamar déjà actifs dans les eaux de Chypre et d'Israël selon certaines estimations, cette partie de la Méditerranée cache des réserves de gaz de plus de 3 500 XNUMX milliards de mètres cubes. Mais pour les identifier, nous devons traiter avec la Turquie qui s'est engagée depuis des années à contester les zones économiques exclusives convenues par Chypre, l'Égypte et Israël afin de répartir ses droits de recherche. Des droits qu'Erdogan voudrait partager avec la République du Nord de Chypre, l'Etat fictif non reconnu par l'ONU, créé dans les territoires occupés militairement par Ankara en 1974 ".

Perdre la Libye est un échec historique de la politique étrangère italienne

L'échange entre les deux pays est en danger, qui s'élevait à 2018 milliards d'euros en 5,4, selon Quotidiano Energia, dont 88,8% dans le secteur de l'énergie pour un montant de plus de 4,1 milliards Des euros qui font du pays nord-africain le cinquième fournisseur de notre péninsule.

La Libye possède, en fait, les neuvième plus grandes réserves de pétrole au monde, environ 48 milliards de barils, selon les estimations de la US Energy Information Administration. Les données 2018 de Noc, la National Oil Corporation qui contrôle toutes les réserves du pays, ont enregistré une production moyenne de 1,107 million de barils par jour en 2018 et un chiffre d'affaires moyen de 24,4 milliards de dollars avec une augmentation de 78% sur base annuelle, selon une note de la même entreprise. Il s'agit du plus haut niveau de production et de revenus depuis 2013, comme le rappelle le président du Noc Mustafa Sanalla.

A partir de cette année, cependant, il y a un certain ralentissement: en janvier, selon le site officiel de la Noc, les recettes générales provenant de la vente de pétrole et de produits dérivés, en plus des taxes et redevances perçues des concessions, étaient légèrement plus élevées à 1,6 milliard de dollars, en baisse de plus de 680 millions par rapport au mois précédent (-30%). Même constat en février: les revenus se sont élevés à 1,26 milliard de dollars, soit plus de 330 millions de dollars en moins d'un mois sur l'autre (-21%). "La baisse des revenus pétroliers est attribuée aux conditions météorologiques défavorables qui ont affecté les exportations du port d'Es Sider, en plus du récent blocus des milices armées et du cas de force majeure à Sharara jusqu'au 4 mars 2019", admet Noc en soulignant, à travers les paroles du président Sanalla, la possibilité de augmenter la production cette année «à 1,4 million de barils» en cas de stabilisation de la situation. Et en fait, selon l'agence Nova, la production de pétrole brut en Libye "augmenterait à 1,2 million de barils par jour en avril", selon le président Sanallah lui-même. Ce dernier a noté que l'augmentation de la production est liée précisément à la reprise des activités dans le complexe al Sharara, dans le sud de la Libye, "qui représentait 280 XNUMX barils de pétrole par jour".

ENI en Libye

Bien entendu, l'Italie s'intéresse aussi de près au rôle qu'Eni joue dans le pays, présent depuis 1959 et en tandem avec la société nationale Noc, il représente 70% de la production nationale libyenne. Les derniers chiffres de production d'Eni en Libye parlent de 270 à 280 2017 barils par jour, alors qu'en 384 le record était atteint de XNUMX milliers de barils par jour. Sans oublier la tâche fondamentale du gazoduc Greenstream qui recueille le gaz des deux gisements de Bahr Essalam et Wafa puis atterrit à Gela, en Sicile.

La production libyenne d'Eni «représente environ 15% de la production du groupe italien. Environ un tiers du gaz naturel du groupe est libyen ». Comme expliqué par le groupe dirigé par le PDG, Claudio Descalzi, l'activité se déroule en mer Méditerranée face à Tripoli et dans le désert libyen pour une superficie totale développée et non développée de 24.673 kilomètres carrés (12.336 kilomètres carrés à l'altitude d'Eni) . L'activité d'exploration et de développement est regroupée en 6 contrats. Au niveau terrestre, nous avons la zone A, y compris l'ancienne concession 82 (participation d'Eni à 50%); Zone B, ex-concession 100 (Bu Attifel) et bloc NC 125 (participation d'Eni 50%); Zone E, avec le champ El Feel (Elephant) (participation d'Eni 33,3%); Zone F, avec le bloc 118 (participation d'Eni à 50%); et la zone D, avec le bloc NC 169, dans le cadre du projet gazier de la Libye occidentale (participation d'Eni à 50%).

L'ENI Offshore en Libye

Dans l'offshore, Eni est présent dans la zone C, avec le champ pétrolifère de Bouri (participation d'Eni à 50%) et dans la zone D, avec le bloc NC 41, qui fait partie du Western Libyan Gas Project. En phase exploratoire, Eni est plutôt opérateur dans les zones contractuelles Onshore A et B et offshore D.

Le pipeline GREENSTREAM

Comme mentionné, la Libye est aussi du gaz. Comme le souligne ENI sur son site, «le gazoduc, constitué d'une ligne de 520 kilomètres, traverse la mer Méditerranée en reliant la station d'épuration de Mellitah sur la côte libyenne à Gela en Sicile, point d'entrée du réseau national de gazoducs. La capacité du pipeline s'élève à environ 8 milliards de mètres cubes / an. L'offre de gaz naturel en Libye en 2017 était égale à 4,76 milliards de mètres cubes ". Eni a confirmé que les activités à Mellitah se poursuivent régulièrement. Les actions militaires qui ont eu lieu autour de la zone ont eu lieu "à plus de 25 kilomètres des structures opérationnelles et ont été dirigées vers une ancienne caserne de la milice de Zwara", a rapporté la même société italienne qu'Eni gère dans une coentreprise à 50 % avec la société nationale libyenne du pétrole (NOC) est situé à environ 22 km à l'est de Zuwara et se compose d'usines de traitement de pétrole et de gaz.

Avant les derniers affrontements dans le pays, Eni était également actif dans les activités d'exploration en Libye (prolongées jusqu'en 2019). La même entreprise s'en souvient sur son site Internet, mettant en évidence, entre autres, un résultat positif des explorations "dans la zone contractuelle D avec une nouvelle découverte de gaz et de condensats" situées à proximité des champs de production de Bouri et Bahr Essalam.

ENI se défend en Libye

Les usines sont gérées et protégées par du personnel local (souvent des entrepreneurs étrangers) en coordination avec celui italien. Et là où l'homme n'arrive pas, il y a la possibilité de suivre la situation avec les nouvelles technologies, l'utilisation de drones et de robots qui fournissent aux centres de commandement et de contrôle une image toujours complète et réelle de la situation des puits de pétrole. Eni est à la pointe de cette transformation grâce à son nouveau super ordinateur HPC4, l'ordinateur industriel le plus puissant au monde, permettant des techniques d'exploration plus raffinées grâce à des analyses de nouvelle génération. Mais il existe également de nouvelles techniques pour simplifier le processus de forage des réservoirs. Ce modèle parvient à réduire le besoin d'intrants humains, en augmentant la sécurité et en réduisant considérablement les coûts jusqu'à 50 pour cent, ainsi qu'en assurant une plus grande sécurité dans les territoires difficiles ou là où des conflits ont lieu, comme en Libye.

 

Libye: faillite italienne. Eni se défend