Libye, réunion des délégations militaires à Genève alors qu'en Italie il s'agit de renouveler l'accord sur les migrants

Vues

La Commission militaire mixte libyenne s'est réunie à Genève, modérateur: l'envoyé spécial Ghassam Salamé directement. Cinq représentants du gouvernement d'accord national (GNA) et cinq de l'Armée nationale libyenne (ANL).

Le commentaire du président du Conseil supérieur d'État a été positif Khaled al-Meshri : "Lchoisi par le Conseil présidentiel pour participer aux travaux ne représente pas un échec à "repousser l'agression", mais une tentative d'arrêter l'effusion de sang et de trouver une solution pacifique à la crise libyenne, clarifiant que l'option d'une confrontation militaire est toujours sur la table, au cas où le général Haftar, décrit comme "l'agresseur", poursuit son offensive et refuse de se retirer et d'arrêter ses opérations militaires" .

En attendant, en Italie, nous parlons de l'accord avec la Libye sur les migrants

Hier à la Viminale la rencontre entre la délégation italienne, conduite par le ministre de l'Intérieur Luciana Lamorgese et le Ministre de l’intérieur du Gouvernement d’accord national de la Libye, Fathi Bashagha.

Lamorgese a réitéré la volonté de l'Italie de collaborer mais a renvoyé les questions politiques aux compétences du ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio et du Premier ministre Giuseppe Conte. Parmi les problèmes présentés par la délégation libyenne, celui de la déplacés pour la guerre, environ 300 mille. Après le démantèlement de cinq camps de migrants, la nécessité de réactiver de nouveaux camps est apparue et une aide matérielle à l'Italie a été demandée sur ce front, bien que les Nations Unies aient déjà demandé la fermeture de tous les centres pendant leur séjour. Rassemblement des départs et des installations (GDF) Les activités du HCR restent suspendues pour des raisons de sécurité.

Sans surprise, sur ce point, le ministre Lamorgese a réitéré la nécessité d'impliquer et de coordonner avec les organisations internationales. Un engagement accru envers l'Italie et l'Europe a également été demandé concernant frontière sud, celle avec le Tchad et le Niger, où se pose un problème de contrôle du territoire.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio, a confirmé l'intention du gouvernement italien de présenter une série d'amendements au protocole d'accord signé avec le gouvernement de l'accord national en février 2017 sur la lutte contre l'immigration illégale et illégale, visant à améliorer le contenu de l'accord.

Di Maio a confirmé le soutien du gouvernement italien au GNA, le gouvernement libyen reconnu par les résolutions de l'ONU. Di Maio réitéré "iLe plus grand engagement de l'Italie en faveur d'une solution politique à la crise libyenne, à commencer par la pleine mise en œuvre des résultats de la conférence de Berlin. Nous réitérons notre appel pour que la trêve soit effectivement respectée et pour que les parties s'engagent sur la voie politique tracée à Berlin. L'Italie participera à la première réunion ministérielle du Comité international de suivi à Munich et est prêt à faire sa part et à accueillir la prochaine réunion au niveau technique ».

Le ministre italien des Affaires étrangères a annoncé la participation de son pays à la première réunion ministérielle du Comité international de suivi de la Conférence de Berlin, qui se tiendra à Munich, en Allemagne, à la mi-mars prochain, exprimant la disponibilité du L'Italie "jouera son rôle et accueillera la prochaine réunion au niveau technique".

Libye, réunion des délégations militaires à Genève alors qu'en Italie il s'agit de renouveler l'accord sur les migrants