Libye, des histoires d'esclaves à la lumière du jour. Indifférence occidentale

Vues

L'Union européenne travaille avec les garde-côtes libyens pour réduire le nombre de migrants traversant la mer Méditerranée. Mais beaucoup de ces personnes interceptées se retrouvent dans des centres de détention en Libye, où certains migrants disent être utilisés comme esclaves, comme l'a découvert Stephanie Hegarty de la BBC lorsqu'elle s'est entretenue avec des Nigérians qui viennent de rentrer chez eux.

Alors que le soir tombe à Benin City, à l'extérieur du bloc moisi des années 60 de l'un des nombreux hôtels de la ville, un groupe d'hommes et de femmes est assis sur un ensemble de chaises en plastique, sous une pancarte annonçant «des cocktails exotiques». "Et" nuit groovy ".

Mais je ne suis pas ici pour boire ou danser, ils sont sur le point de commencer le dur labeur pour reconstruire leur vie.

Ils venaient de Libye, où la plupart d'entre eux étaient détenus dans des centres de détention par les autorités libyennes. Et ils sont revenus avec des histoires d'abus horribles, notamment d'avoir été loués ou vendus comme esclaves. «Ils nous ont donné à leurs amis.

Agen Akhere a un visage de bébé, mais ses petits yeux brûlent en rouge. Il renifle alors qu'il parle et semble pleurer.

Il a été détenu pendant deux mois dans un centre de détention dans un endroit appelé Gharyan. Il a été enregistré par l'agence des Nations Unies pour les migrations (OIM), libéré du centre de détention et ramené chez lui - mais son ami n'a pas réussi. «C'est à cause de l'argent», dit-il, suppliant et tendant le cou de se rapprocher du micro. «Mon ami, il est toujours là, il s'appelle Samson, il est toujours là, à Gharyan. «Gharyan est une prison dans les montagnes à environ 100 km au sud de Tripoli. Et c'est un endroit où tous les migrants à qui nous avons parlé ont été récupérés avant de rentrer chez eux. À maintes reprises, ils racontent la même histoire, de détenus horriblement maltraités par les gardiens de prison, affamés, battus, violés et échangés comme esclaves. «Ils viennent à nos remorques [cellules], ils choisissent six personnes pour faire leur sale boulot pour faire de l'agriculture, des travaux de briquetage», explique Lucky Akhanene. Il est retourné dans le même groupe que M. Akhere et a été détenu à Gharyan pendant quatre mois.

"Ils nous envoient avec leurs amis, ils ne nous paient pas, c'est juste un travail difficile, si vous n'êtes pas rapide avec votre travail, vous êtes vaincu."

Trois personnes ont entendu distinctement parlé d'être loué de prison pour le travail quotidien, d'autres ont dit qu'ils ont été vendus.

Jackson Uwumarogie et Felix Efe ont été arrêtés "au-dessus de la mer" au large des côtes libyennes et emmenés à Gharyan.

Ils ont dit qu'une nuit, un gardien de prison est arrivé et a compté des hommes 20, les a sortis et leur a bandé les yeux.

M. Uwumarogie a entendu les hommes parler d'un prix: 1.000 dinari ($ 735, £ 550). Ils ont été mis dans une camionnette et emmenés dans une ferme.

Uwumarogie et Efe ont été forcés de ramasser des oignons et de nourrir le bétail. Ils dormaient dans une hutte de contreplaqué et étaient gardés jour et nuit par des hommes armés.

Ils n'ont jamais été payés.

Le pantalon en molleton de M. Uwumarogie pend à sa taille fine et son col en laine moulant souligne sa carrure élancée et ses joues légèrement enflées.

Bien sûr, ce n'est pas bon. Il a dit que la ferme ne recevait de la nourriture que tous les quelques jours, et parfois il buvait de l'eau de mer pour étancher sa soif.

Après six mois, ils ont été chargés avec cinq autres personnes dans une camionnette et emmenés dans le désert.

«Ils nous ont jetés là-bas», a déclaré Uwumarogie.

"C'est avec l'aide de Dieu que nous avons trouvé l'homme qui nous a sauvés." L'homme les a emmenés chez lui et les a ensuite emmenés à Tripoli pour rencontrer l'OIM.

Les histoires d'esclavage noir en Libye existent depuis deux ans. Mais le nombre de témoins que nous avons entendus de récents rapatriés semble suggérer qu'il est devenu endémique dans le système de détention.

Et c'est lié à quelque chose qui dure depuis bien plus longtemps: une industrie sombre mais florissante où les migrants sont vendus pour de l'argent par des trafiquants et des gardiens de prison.

Poignets attachés avec du fil de fer barbelé

"Il y avait un homme de liaison qui a généralement un lien avec les Mudeen, qui est le directeur de la prison: il les appelait et les faisait sortir de prison", a déclaré Mac Agheyere.

Il est parti pour l'Europe en 2015 et a été arrêté et conduit en prison dans la ville libyenne de Zawiya.

"Je n'avais personne pour me sauver."

Il a expliqué que le courtier facturera jusqu'à 250.000 695 nairas (520 $, XNUMX £) par personne.

M. Aghayere a emprunté de l'argent à sa famille au Nigeria pour payer sa libération, mais a de nouveau été arrêté. Cette fois il ne pouvait pas se permettre de payer, mais un jour un homme vint le payer.

«Je pensais qu'il était mon Messie», a déclaré Aghayere. "Je n'ai jamais su qu'il était une personne perverse."

L'homme possédait un lave-auto et quelques cabanes de plage près de la mer. Il a dit que M. Aghayere devrait travailler pendant un mois pour rembourser l’argent de libération.

Après cela, ils ont convenu d'un salaire. Mais deux mois plus tard, il a refusé de payer. Un autre mois a passé et il a refusé de travailler à nouveau.

"Il m'a battu avec une barre de fer." «Ils ont pris les barbelés et m'ont attaché les mains et les pieds, m'ont jeté dans une voiture et m'ont ramené en prison.

Aghayere a été informé qu'il avait été renvoyé au Nigéria mais avait été transféré à la prison de Gharyan et y avait passé sept mois avant d'être rapatrié par l'OIM. Il a dit avoir vu 20 personnes mourir quand il était là-bas.

Chacun des migrants nigérians que nous avons rencontrés séparément nous a dit qu'ils avaient reçu très peu de nourriture - un morceau de pain plus petit que la paume de la main le matin et des pâtes aqueuses le soir. Certains ont dit avoir bu de l'eau des toilettes. Ils étaient régulièrement arrêtés et battus.

«Ils ont battu les garçons», a déclaré Fatima Atewe. Elle était l'une des seules femmes à avoir accepté de nous raconter ce qui s'était passé à Gharyan.

«Même en prison au Nigéria, ils ne battent pas la population nigériane comme ils battent les Nigérians là-bas».

«De nombreuses personnes meurent jour et nuit.

Il a passé un peu plus de 10 jours à Gharyan avant d'être rapatrié. Elle avait été arrêtée avec un ami et après trois jours de prison, elle a dit que son ami avait été vendu.

L'Office des Nations Unies pour les migrations, en collaboration avec divers gouvernements africains, s'efforce de ramener les migrants chez eux. Mais les délégués de chaque pays doivent arriver dans les centres de détention avant de pouvoir identifier leurs citoyens.

La Libye est au milieu d'une guerre civile. Avec de nombreux groupes de miliciens luttant pour le pouvoir, voyager au-delà de Tripoli est dangereux.

Pourquoi la Libye est-elle si anarchique?

La prison de Gharyan est gérée par le ministère libyen de l'Intérieur, lui-même dirigé par deux milices.

Le ministère de l'Intérieur est nominalement seulement sous le gouvernement reconnu par les Nations Unies à Tripoli. Jusqu'à présent, le ministère de l'Intérieur libyen n'a pas répondu aux demandes d'interview.

Ces derniers mois, la situation est devenue de plus en plus anarchique, mais le nombre de migrants détenus dans ces prisons augmente également.

L'UE encourage la Libye à empêcher les migrants de traverser la Méditerranée. Il a formé les garde-côtes libyens à intercepter les bateaux quittant les eaux libyennes.

Les arrivées en Italie ont diminué de 70%. Mais beaucoup de migrants arrêtés se retrouvent dans des centres de détention comme Gharyan.

Selon l'organisation médicale Médecins Sans Frontières, le nombre de migrants dans les centres de détention libyens auxquels ils ont accès a décuplé depuis juillet, date à laquelle ces politiques ont commencé.

Le chef des droits de l'homme de l'ONU, Zeid Ra'ad Hussein, a qualifié cette politique d '"inhumaine".

Comme de plus en plus de migrants s'accumulent dans ces centres, les conditions s'aggraveront. Les histoires d'abus continueront d'arriver. Ceux qui reviennent, je veux juste dire que la Libye n'est pas un endroit où aller.

Libye, des histoires d'esclaves à la lumière du jour. Indifférence occidentale

| MONDE, PRP canal |