INPS à l'occasion de la fête du travail 2022

Vues

La collaboration avec des consultants pour de meilleurs services aux citoyens et aux entreprises a été renforcée

L'INPS apporte sa contribution de propositions et d'innovation à la Fête du Travail 2022, l'événement organisé par le Conseil National de l'Ordre et la Fondation des Études de Consultants du Travail qui se déroule ces jours-ci au Palazzo della Cultura e dei Congressi de Bologne. L'événement, qui en est à sa treizième édition, a accueilli aujourd'hui le président de l'INPS, Pasquale Tridico, appelé à intervenir sur les nouveaux modèles de travail et sur les répercussions sur le système de sécurité sociale.

Tridico a remercié les organisateurs de l'événement, notant que la présence de l'Institut au Festival témoigne « de la collaboration renforcée qui s'est désormais établie entre les consultants et l'INPS, dans le but commun de rendre service au pays et aux entreprises ».

Le président s'est ensuite concentré sur le marché du travail, caractérisé par la discontinuité des relations. « Avoir une continuité de revenu et de pension dans un marché du travail de plus en plus fragmenté est le défi du futur. On pense à la Gig economy, aux cavaliers, aux intermittents auxquels il faut garantir une traçabilité continue en période de non-emploi. L'Institut s'est équipé pour répondre à ce besoin. Jusqu'en 2021 - a poursuivi Tridico - pour accumuler les exigences et avoir droit à des prestations telles que NASpI, Dis-COLL, maternité, 30 jours de cotisations étaient nécessaires. Aujourd'hui, vous bénéficiez d'une couverture sociale même avec une seule journée de travail, ayant 13 semaines au cours des 4 dernières années ".

Tridico s'est ensuite attaqué à la question du rachat gratuit des diplômes, déjà expérimenté en Allemagne : "Aujourd'hui, nous avons le rachat allégé, mais un pas de plus dans ce sens reviendrait à encourager les jeunes à étudier et à anticiper l'âge de la retraite, à compenser l'entrée différée sur le marché du travail". en raison des périodes d'études. En Allemagne, pour contrer l'abandon des études, une fois le diplôme obtenu, il est également possible de racheter les deux dernières années du lycée. Il serait souhaitable d'aller dans ce sens ».

Dans l'après-midi, le directeur général, Vincenzo Caridi, a participé aux travaux, illustrant les trois objectifs de l'agenda de l'INPS pour les prochaines années : « innovation, intégration, inclusion. Trois objectifs qui ont un impact énorme sur l'organisation et sur le service". Pour innover, a déclaré Caridi, "nous devons passer d'une organisation comprise comme une machine, c'est-à-dire comme une réalité constituée de structures en silos, à une logique d'organisation des projets, transversale et visant à atteindre des objectifs spécifiques".

Selon le directeur général, le PNR rouvre la question des compétences du capital humain : « C'est pourquoi nous sommes engagés dans une politique d'embauche massive, avec un concours de 1850 5000 fonctionnaires dont nous espérons obtenir XNUMX XNUMX ressources, achevant le défilement des classements. ; et pour cette raison, nous avons activé un projet de conduite du changement à grande échelle, dans le but de développer des politiques de gestion de la diversité, de l'égalité des chances et d'un moindre impact du chiffre d'affaires sur le service ".

Caridi a précisé que l'Institut travaille à une régulation du travail agile, qui sera intégrée à un système d'évaluation individuelle adapté à la valorisation des talents et du professionnalisme : "Nous voulons développer un bien-être d'entreprise de pointe, car la modernité de l'INPS ne mesure pas seulement dans le service numérique qu'il rend, mais aussi dans l'accompagnement qu'il est en mesure d'apporter à ses collaborateurs ». Et se référant au rôle que joue l'Institut sur chaque territoire, Caridi a rappelé l'importance d'un partenariat stratégique avec les parties prenantes : intermédiaires, start-ups, particuliers, mais aussi Administrations Publiques En ce sens, compte tenu de la valeur de la proximité avec le Citoyen, le directeur constate à quel point le PNRR impose un changement de paradigme culturel : « on passe d'une approche réactive de la saisie des utilisateurs à une approche proactive de stimulation et de pré-remplissage des questions, en fonction des informations en notre possession. Un pas de plus s'impose : il faut développer la troisième dimension du service, celle de l'interopérabilité, basée sur le partage des données pour élaborer de manière précise et opportune des politiques sociales sur le territoire ».

INPS à l'occasion de la fête du travail 2022