Merkel: "embargo allemand sur les armes contre l'Arabie saoudite". Industriels de la défense: "nous poursuivons le gouvernement pour dommages-intérêts"

Le mois dernier, le gouvernement allemand a annoncé un embargo total sur les exportations d'armes vers l'Arabie saoudite. Pertes importantes pour l'industrie allemande de la défense, qui a l'intention de poursuivre l'exécutif de Merkel pour dommages et intérêts. Cela a été rapporté par l'agence de presse italienne Nova.

Dans un entretien avec l'agence de presse allemande "Dpa", Hans Cristoph Atzpodien, président de l'Association fédérale des entreprises allemandes de sécurité et de défense (BDSV), a exhorté le gouvernement à ne pas blâmer les entreprises du secteur " purement politique ".

La suspension complète des ventes d'armes allemandes à l'Arabie saoudite a en effet été décidée par le gouvernement allemand à la suite de l'assassinat du journaliste et opposant saoudien Jamal Khashoggi, qui a eu lieu le 2 octobre au consulat de la monarchie Al Saoud à Istanbul.

Dans ce contexte, a averti Atzpodien, "une demande de dommages et intérêts est envisageable" par l'industrie de défense allemande contre le gouvernement dirigé par Merkel.

En mars dernier, dans le pacte qui a formé la Grande Coalition depuis lors au gouvernement en Allemagne, il était prévu que les exportations d'armes produites en Allemagne vers toutes les parties directement impliquées dans le conflit en cours au Yémen, comme l'Arabie saoudite, soient bloquées. Cependant, le bloc ne concernait que les ventes suite à l'accord gouvernemental entre l'Union chrétienne-démocrate (CDU), l'Union chrétienne-sociale (CSU) et le Parti social-démocrate allemand (SPD).

Après le meurtre de Khashoggi, l'embargo sur les livraisons d'armes allemandes à l'Arabie saoudite est devenu complet, s'étendant aux exportations actuelles et à celles déjà approuvées "jusqu'à nouvel ordre". Dans une interview accordée au "Dpa", Atzpodien demande maintenant au gouvernement allemand "une déclaration sur la manière dont les ventes d'armes produites en Allemagne à l'Arabie saoudite se poursuivront".

Selon le président du BDSV, la politique du gouvernement allemand en matière d'exportation d'armes est "imprévisible" et "souvent incompréhensible en raison de changements surprenants pour les clients et les pays partenaires". Ce contexte, a souligné Atzpodien, a provoqué «une irritation considérable, notamment chez les partenaires européens» de l'Allemagne. Pour le président du BDSV, la situation «doit changer» puisque «les manières particulières de l'Allemagne» d'exporter des armes «vers des États ou groupes de pays spécifiques risquent de compliquer voire d'empêcher les projets européens» dans le domaine de la défense.

Les critiques acerbes d'Atzpodien contre le gouvernement allemand interviennent le même jour que le ministère de l'Économie a publié les dernières données pour 2018 sur les exportations d'armes fabriquées en Allemagne, mises à jour au 13 décembre dernier.

Les données montrent qu'au cours de l'année qui s'achève, l'industrie allemande de la défense a subi une forte baisse de ses ventes à l'étranger, d'une valeur de 4,62 milliards d'euros. En 2017, ce chiffre était de 6,24 milliards d'euros. 2018 a été la troisième année consécutive de baisse des exportations d'armes allemandes.

La dernière croissance du secteur remonte à 2015 avec une valeur de 7,86 milliards d'euros. Le premier acheteur d'armes allemandes est l'Algérie (802 millions d'euros), suivie des États-Unis (506 millions d'euros), de l'Australie (432 millions d'euros) et de l'Arabie saoudite (416 millions d'euros). L'embargo sur les exportations vers l'Arabie saoudite a largement contribué à la baisse des ventes à l'étranger d'armes produites en Allemagne, note l'hebdomadaire allemand «Die Zeit».

Merkel: "embargo allemand sur les armes contre l'Arabie saoudite". Industriels de la défense: "nous poursuivons le gouvernement pour dommages-intérêts"