Vues

L'amiral de division (rés.) Nicola De Felice, du conseil d'administration de la Ligue de la région du Latium, a organisé demain une manifestation devant l'ambassade d'Allemagne à Rome pour représenter la dissidence des Italiens au soutien du gouvernement allemand en tant qu'Etat du pavillon pour les navires de l'ONG allemande Sea Watch 3, 4, Alan Kurdi et Louise Michel Bansky.

Ainsi dans une note reçue à la rédaction: "Je vais remettre à l'ambassadeur d'Allemagne, Victor Elbling, une lettre ouverte adressée au peuple allemand" .

Amiral Nicola De Felice


Chers frères allemands,

"Dites à votre gouvernement d'empêcher les ONG allemandes de promouvoir activement le trafic d'esclaves du XXIe siècle à travers la mer Méditerranée. Demandez à votre gouvernement, à vos représentants, de ne pas en faire partie.
Ce trafic lucratif est mené par de puissantes organisations criminelles internationales avec des terminaux des deux côtés de ce commerce honteux: l'Afrique et l'Europe. Des centaines de milliers de jeunes Africains et Asiatiques ont été amenés en Europe où un avenir de crime, de trafic de drogue, de prostitution, d'esclavage et de misère les attend. Tout cela est-il humain? Cela peut-il ramener la paix dans la conscience de ceux qui financent ces missions? La réalité fait mal.
Rappelez à votre gouvernement où se situe le problème. C'est là que le trafic commence. Et c'est là que vos ONG doivent être présentes: en Afrique, en Libye, en Tunisie, au Bangladesh. Connaître les camps de concentration dirigés par des gouvernements hors-la-loi, prouver la cruauté des enchères du marché aux esclaves. Dites aux dirigeants de votre gouvernement et de vos églises que l'envoi de navires en fait des complices et des promoteurs de la mort en mer, pas des sauveteurs.
Chers frères Tedeschi, prenez conscience et affrontez avec nous, Italiens, avec jugement et bon sens, le phénomène de la migration clandestine, ensemble nous pouvons faire beaucoup et mieux. Faisons-le pour le bien de l'Afrique et pour l'amour que nous avons pour nos enfants.
Les peuples sont toujours là, et ils savent que le marché n'est pas tout et ne contient pas tout et en tout cas il ne contient pas les choses les plus importantes de la vie.
"

Migrants: Lettre au peuple allemand, De Felice (Lega) la remet à l'ambassadeur d'Allemagne en Italie