🎤MIPAAF: approuvé au Conseil des ministres AGEA réorganisation et de nouvelles règles sur les plantes officinales

Vues

Le Conseil des ministres, sur proposition du Président Paolo Gentiloni en tant que ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des forêts, approuvé en examen final, deux décrets qui, en application de la loi sur la simplification, la rationalisation et la compétitivité de l'agriculture et l'agro-industrie (loi Juillet 28 2016, n. 154) introduisent des règles concernant la réorganisation des responsabilités dans le système de distribution de l'aide européenne qui sont en charge de l'Agence pour le décaissement de l'agriculture (AGEA) et le système des organismes payeurs agréés, ainsi que la culture, la récolte et la première transformation de plantes médicinales.

Voici les principales dispositions des deux décrets.

  1. Réorganisation de l'Agence pour les décaissements en agriculture (AGEA)

Réorganisation de l'Agence pour les décaissements dans l'agriculture (AGEA) et réorganisation du système de contrôle dans le secteur agro-alimentaire, en application de l'article 15 28 loi Juillet 2016, n. 154

Le décret d'application de l'article 15 de la loi d'habilitation et conformément à la nouvelle politique agricole commune 2014-2020, prévoit la réorganisation de l'Agence pour le décaissement de l'agriculture (AGEA), pour le rendre plus adapté aux besoins spécifiques de secteur et assurer la réalisation de différents objectifs:

  • amĂ©liorer la qualitĂ© des services fournis aux entreprises agricoles;
  • rationaliser et contenir les dĂ©penses;
  • augmenter l'efficacitĂ© du système de paiement;
  • examiner et optimiser le modèle des organismes payeurs coordonnateurs au niveau rĂ©gional;
  • examiner le système de gestion actuel du SIAN (Système national d'information agricole);
  • optimiser l'accès Ă  l'information, Ă  travers la crĂ©ation d'une plateforme informatique permettant une intĂ©gration plus forte entre les structures rĂ©gionales et la structure centrale.

Enfin, le décret vise à assurer de manière plus structurée et plus claire la séparation entre les fonctions de l'organe de coordination et de l'organisme payeur affecté à l'AGEA.

  1. Plantes médicinales

Texte consolidé sur la culture, la récolte et le traitement initial des plantes médicinales conformément à l'article 5 de la loi 28 Juillet 2016, n. 154

Le décret, conformément à l'article 5 de la loi déléguée, constitue la nouvelle loi consolidée sur la culture, la récolte et la première transformation des plantes médicinales.

Le texte reprend les conclusions du tableau de la chaîne d'approvisionnement des plantes médicinales, établi dans 2013, et, en tenant compte de la réglementation européenne, adapte la législation actuelle donnant une nouvelle structure au secteur, afin d'encourager la croissance et le développement productions nationales, tout en assurant une plus grande transparence et connaissance au consommateur final.

En particulier, le décret:

  • fournit une nouvelle dĂ©finition des plantes officinales, prĂ©voyant Ă©galement l'Ă©tablissement de registres variĂ©taux des espèces de plantes mĂ©dicinales, dans lesquelles les plantes officinales inscrites Ă  la commercialisation sont rĂ©pertoriĂ©es et les mĂ©thodes et conditions pour la certification des semences sont Ă©tablies;
  • clarifie sans Ă©quivoque que la culture, la rĂ©colte et la première transformation des plantes mĂ©dicinales sont considĂ©rĂ©es Ă  tous les effets des activitĂ©s agricoles;
  • rĂ©gule la collecte spontanĂ©e, afin d'Ă©viter l'Ă©puisement des zones destinĂ©es Ă  cela et d'encourager une meilleure connaissance des zones, des plantes et de l'environnement dans lequel elles se dĂ©veloppent;
  • Elle indique que, par dĂ©cret du ministre des politiques alimentaires et agricoles et sylvicoles, en accord avec la ConfĂ©rence permanente des relations entre l'Etat, les rĂ©gions et les provinces autonomes de Trente et de Bolzano, doit ĂŞtre adoptĂ© par le plan sectoriel de l'industrie plantes mĂ©dicinales, ce qui constitue l'outil stratĂ©gique directe programmatique pour identifier les interventions prioritaires pour amĂ©liorer les conditions de production et de première transformation des plantes mĂ©dicinales, afin de stimuler le dĂ©veloppement d'une chaĂ®ne d'approvisionnement intĂ©grĂ©e du point de vue environnemental, afin de dĂ©finir les formes d'agrĂ©gation professionnel et interprofessionnel capable de crĂ©er des conditions de rentabilitĂ© pour l'entreprise agricole et de coordonner la recherche dans le secteur;
  • prĂ©voit, pour les rĂ©gions, la possibilitĂ© d'Ă©tablir, conformĂ©ment Ă  la lĂ©gislation de l'Union europĂ©enne, des marques visant Ă  certifier le respect des normes de qualitĂ© dans la chaĂ®ne d'approvisionnement des plantes mĂ©dicinales.

Le projet a reçu un avis favorable du Conseil d'Etat, reconnaît et prend en compte les indications des commissions parlementaires compétentes et les observations Conférence commune, ainsi que, pour la partie liée à la mise en place de « marques d'identification collective des plantes médicinales » visant à certifier le respect des normes de qualité dans la chaîne d'approvisionnement des plantes médicinales, qui est un règlement technique car il contient des dispositions dont le respect est obligatoire de jure, de l'avis de la Commission européenne.

🎤MIPAAF: approuvé au Conseil des ministres AGEA réorganisation et de nouvelles règles sur les plantes officinales

| Environnement, Ă©conomie, PRP canal |