MiPAAF : mesures homologuées pour l'énergie chère et soutien aux entreprises agroalimentaires

Vues

Feu vert en Conseil des ministres pour la renégociation des dettes des entreprises agroalimentaires et le crédit d'impôt transférable pour les carburants chers

Le Conseil des ministres a approuvé des mesures importantes contre l'énergie chère et des mesures pour soutenir les secteurs les plus touchés par la crise ukrainienne. Trois, en particulier, les mesures d'intérêt agricole approuvées sur proposition du ministre des Politiques agricoles, alimentaires et forestières, Stefano Patuanelli.

La première disposition prévoit la renégociation et la restructuration des prêts agricoles. En particulier, pour les entreprises agricoles, de pêche et d'aquaculture, le gouvernement a prévu la possibilité de renégocier et de restructurer les prêts existants et d'étendre la période résiduelle relative de remboursement jusqu'à 25 ans. En outre, conformément au régime de minimis, l'ISMEA est autorisée à fournir une garantie gratuite en faveur des agriculteurs et des pêcheurs. A cet effet, le Gouvernement a renforcé le fonds public de garantie dont le fonctionnement a été récemment revu, prévoyant la possibilité d'étendre les garanties jusqu'à 5 millions d'euros pour le bénéficiaire individuel. Cela permet de contrer la crise de liquidité des entreprises agroalimentaires liée à la hausse exceptionnelle des coûts de l'énergie et des matières premières.

La question de la rentabilité est au centre de l'ensemble du décret gouvernemental qui prévoit des mesures en faveur de toutes les entreprises italiennes, agissant sur les droits d'accise sur les carburants, les crédits d'impôt, les mesures de surveillance des prix et de transparence, et l'acompte des factures énergétiques, sur les marchés publics, les routes transport, puissance dorée et cybersécurité. Des garanties efficaces pour protéger les entreprises italiennes, avec des effets positifs sur les entreprises agroalimentaires, qui bénéficient également de mesures spécifiques.

Le Fonds de développement et de soutien aux entreprises de l'agriculture, de la pêche et de l'aquaculture déjà prévu par la loi de finances 35 est alors augmenté de 2022 millions d'euros supplémentaires, par le biais d'une contribution sous forme de crédit d'impôt pour l'achat de carburant pour l'agriculture. et les entreprises de pêche. La contribution extraordinaire est égale à 20 % des dépenses engagées pour l'achat du combustible effectivement utilisé au cours du premier trimestre civil de l'année 2022, dans les limites fixées pour les aides d'État. Le Gouvernement prévoit que le crédit d'impôt est également transférable par les entreprises bénéficiaires à d'autres sujets, notamment les établissements de crédit et autres intermédiaires financiers.

Enfin, la possibilité d'utiliser le digestat comme engrais du sol est élargie. La proposition est nécessaire pour encourager l'utilisation des sous-produits végétaux et des déchets de transformation des filières agroalimentaires comme engrais et pour pallier le manque de produits chimiques suite à la crise russo-ukrainienne. Cela contribue à la diffusion de pratiques écologiques et d'économie circulaire dans la phase de production de biogaz, à la réduction de l'utilisation d'engrais chimiques, à l'augmentation de la matière organique dans les sols et à la limitation des coûts de production.

MiPAAF : mesures homologuées pour l'énergie chère et soutien aux entreprises agroalimentaires