🎤MIPAAF: approuvé en CDM définitivement décret discipline d'élevage

Vues

Le Ministère des Politiques Agricoles, Alimentaires et Forestières annonce que le décret législatif sur la régulation de l'élevage a finalement été approuvé par le Conseil des Ministres.

La disposition vise à réorganiser l'assistance technique aux éleveurs, à travers la révision de la loi 15 Janvier 1991, n. 30, en ce qui concerne la réglementation de l'élevage, afin de rendre les services offerts dans le secteur plus efficaces. Le décret identifie les principes fondamentaux liés aux secteurs de la reproduction, de la sélection, de la reconstitution, de la création de nouvelles races et de la conservation de la biodiversité zootechnique et, en particulier:

  1. la reconnaissance des «organismes de sélection» en tant que sujets responsables de la création et de la gestion de programmes génétiques s'ils répondent à certaines exigences;
  2. la reconnaissance du principe selon lequel la gestion des livres généalogiques et des registres d'enregistrement est un outil nécessaire pour la conservation de la biodiversité animale et pour la valorisation des races indigènes;
  3. la spécialisation des activités et la possibilité de la séparation des fonctions entre la collecte des données zootechniques dans les entreprises et leur traitement pour la sélection par les organismes de sélection;
  4. la création d'un Comité national zootechnique (CNZ), chargé de réglementer, standardiser et orienter l'activité de collecte de données sur les exploitations agricoles;
  5. la création d'une banque de données zootechniques uniques au niveau national et la définition par le ministère de la manière d'accéder aux données pertinentes.

Il convient de signaler que le Ministère des politiques agricoles, alimentaires et forestières est l'autorité nationale compétente pour la reconnaissance des obtenteurs et des organismes d'hybridation. Aux fins de la reconnaissance, ces organismes doivent répondre à des exigences spécifiques, qui deviennent plus strictes s'ils ont l'intention d'utiliser le soutien financier public. En outre, il est envisagé que ces agences se regroupent également dans les secteurs de production afin de rendre plus efficace la planification des politiques d'appui au secteur.

La disposition proposée incorpore le concept de programme génétique en tant qu'instrument poursuivant les objectifs liés à l'amélioration, la conservation, la création, la reconstitution d'une race et, pour les espèces porcines, l'hybridation, identifiant l'inscription aux livres généalogiques faisant partie des programmes génétiques, seul élément fondamental pour l'identification de la race et sa certification.

L'objectif du décret en question est également de favoriser la spécialisation de différents services, tels que: l'amélioration génétique et la biodiversité, distinctes de la collecte de données et d'informations d'intérêt zootechnique; la valorisation des données collectées (multifonctionnalité des données) également avec la création de procédures informatiques ouvertes, consultables par accréditation préalable par les opérateurs du secteur; l'expansion des services offerts par les associations d'éleveurs, avec l'obligation d'utiliser tout revenu, pour des activités institutionnelles.

Il est également envisagé la création au Ministère des Politiques Agricoles, Alimentaires et Forestières - Direction Générale du Développement Rural, d'un Comité National Zootechnique, qui peut s'articuler par aptitude productive, avec des tâches de régulation, de normalisation et de direction de l'activité de collecte de données. dans les fermes. Ce Comité se substitue aux actuels Comités de Contrôle Technique (CTC) du secteur «Lait» et «Viande», respectivement visés par les décrets directeurs no. 4392 du 7 mars 2013 et no. 16989 du 28 août 2013.

Un autre objectif clé est de développer une seule donnée Banque parachimie au niveau national, notamment par l'adaptation de ceux qui existent déjà, afin de promouvoir l'organisation et l'harmonisation des données recueillies dans les exploitations agricoles, une responsabilité nationale, et les rendre disponible pour consultation en agriculture, de compétence régionale. Enfin, conformément au cadre réglementaire de la loi actuelle n. 30 de 1991, qui prévoit, dans des articles de 9 et 9-bis, des amendes pour violation des dispositions sur la reproduction des animaux et à l'achèvement de la nouvelle formulation du texte, le décret prévoit un système de sanctions visant à punir par des actes administratifs ne avec pertinence du point de vue pénal. Ce sont en fait les mêmes sanctions déjà prévues par la loi n. 30 1991, entièrement abrogé, et rapporté dans le texte comme une conséquence punitive de la violation des nouveaux préceptes introduits par le présent décret.

🎤MIPAAF: approuvé en CDM définitivement décret discipline d'élevage