MIPAAF: la ministre Bellanova rencontre les régions. "Nous travaillons ensemble pour des réponses concrètes aux agriculteurs"

PAC: maintenant une comparaison sur l'architecture verte. Durabilité environnementale et économique vont de pair. Les régions indiquent une proposition unique sur le plan stratégique.

Bug asiatique: urgence nationale et européenne. Nous en discuterons également à Bruxelles "

Campagne de donsVolonté absolue de travailler ensemble dans le respect de l'autonomie mutuelle; réunions mensuelles pour optimiser la discussion sur les problèmes; faire appel à la logique d’urgence pour définir des plans d’action concrets et rigoureux.

La réunion tenue ce matin au Mipaaf de la ministre Bellanova a débuté par une référence à la méthode de travail avec les conseillers régionaux pour l'agriculture et à l'ordre du jour: politique agricole commune, révision du cadre financier pluriannuel pour la période post-2020, urgence bug asiatique.

"De la qualité des choix que nous pourrons faire", a poursuivi la ministre Bellanova avant d'entrer dans le vif du sujet, "cela ne dépend pas de notre fortune personnelle, mais de la qualité de la vie des entreprises, des travailleurs, des citoyens. C'est pourquoi je demande à chacun d'entre nous de laisser la controverse de côté pour se concentrer sur le travail à accomplir.

C'est beaucoup et cela demande des solutions. Et évidemment, nous ne partons pas de zéro ».

Au sujet du budget post-2020, Bellanova a donc déclaré: «Nos priorités sont au nombre de deux: récupérer les coupes assumées notamment sur le développement rural; désamorcer la «mine» de la convergence externe, ce qui entraînerait de nouvelles réductions des paiements directs. Nous avons déjà vu des signes positifs également dans l’informel d’Helsinki, confirmation que nous devrions avoir dans les semaines à venir en vue du sommet de mi-octobre. La PAC post-2020 doit pouvoir reconnaître les différences dans l'agriculture européenne, territoire par territoire. C'est pourquoi je veux agir à Bruxelles pour que l'agriculture méditerranéenne soit non seulement respectée mais valorisée. Je suis convaincu que la durabilité environnementale et économique doit aller de pair, d’autant plus que l’agriculture joue un rôle dans la lutte contre l’urgence climatique. Ma pensée est bien connue, nous ne pouvons pas penser à pénaliser l'agriculture et les agriculteurs si nous voulons en faire un secteur vraiment attractif et porteur d'avenir. Le thème auquel la labellisation est liée: insister pour promouvoir de plus en plus et mieux au niveau commercial les produits agricoles obtenus avec des règles de production plus rigoureuses. Enfin, le plan stratégique national envisagé par le projet de réforme doit être une opportunité à construire ensemble ». Sur ce, le ministre a appelé à une proposition unifiée: «s'il est clair pour tout le monde qu'il n'y a pas de retour en arrière, il est nécessaire de définir le point d'équilibre; nous ne pouvons continuer à dire non sans contre-proposition, ni risquer une négociation où notre position et les solutions que nous proposons ne sont pas claires ».

D'un point de vue technique sur la négociation, d'importants progrès ont été mis en évidence sur des questions stratégiques: agriculteur actif, simplification, soutien redistributif, plafonnement, petits agriculteurs, discipline financière et interventions sectorielles, en particulier sur l'huile d'olive. Des questions clés restent à résoudre, telles que la nouvelle architecture verte, sur laquelle l'attention politique ne cesse de croître.

Par conséquent, une urgence liée à un virus asiatique: "Nous avons une idée claire", a conclu la ministre Bellanova, "de la gravité du problème et des dégâts qu’il implique. Nos installations sont disponibles pour construire les actions communes nécessaires. Il ne s’agit pas d’une urgence régionale mais nationale et européenne. J’ai l’intention d’en discuter également à Bruxelles. Je garantis une grande attention et un engagement maximum en ce moment ".

MIPAAF: la ministre Bellanova rencontre les régions. "Nous travaillons ensemble pour des réponses concrètes aux agriculteurs"

| NOUVELLES ", ITALIE |