En 2021, la charge fiscale la plus élevée de tous les temps : cette année, elle tombe et la journée de la liberté fiscale commence le 7 juin

Vues

Si l'année dernière, la pression fiscale en Italie a atteint un niveau record de 43,5 % du PIB, en 2022, en revanche, elle est destinée à tomber à 43,1 %. En vertu de cela, ce n'est que le 7 juin (un jour avant ce qui s'est passé en 2021) que les Italiens célébreront le jour tant attendu de la libération fiscale (ou "journée de la liberté fiscale").

En d'autres termes, après plus de 5 mois à compter du début de 2022 (soit 157 jours ouvrables y compris les samedis et dimanches), le contribuable italien moyen cessera de travailler pour payer toutes les obligations fiscales de l'année (Irpef, Imu, TVA , Tari , diverses taxes supplémentaires, IRAP, IRES, cotisations sociales, etc.) et à partir du 7 juin, il commencera à gagner sa vie pour lui et pour sa famille.

Du bureau d'études du CGIA, ils ont fait savoir que l'élaboration de ce « compteur » est un pur exercice théorique ; cependant, cette analyse est intéressante car elle donne la dimension, par rapport aux résultats d'autres pays européens, de l'ampleur effroyable du prélèvement fiscal et des cotisations sur les contribuables italiens.

En regardant la série historique qui a été reconstituée jusqu'en 1995, le jour "le plus précoce" de la libération fiscale était en 2005. À cette occasion, la charge fiscale s'élevait à 39 % et les contribuables italiens n'avaient qu'à atteindre le 23 mai (142 jours ouvrables) pour secouer toutes les échéances fiscales. En observant toujours le calendrier, le plus "tardif", comme nous l'avons dit plus haut, a été enregistré en 2021, car la pression fiscale a atteint un record historique de 43,5% et, par conséquent, la "journée de libération des impôts" a été reportée au 8 juin.

Parmi les grands acteurs de l'UE, seule la France a un impôt plus lourd que le nôtre

Un résultat particulièrement excitant ne ressort pas de la comparaison avec d'autres pays européens. En 2020 (dernière année où il est possible de faire une comparaison avec les pays de l'UE), les contribuables italiens ont travaillé pour l'administration fiscale jusqu'au 5 juin (près de 157 jours ouvrables), soit 4 jours de plus que la moyenne enregistrée dans les pays de l'UE. zone euro et 6 si, d'autre part, la comparaison est faite avec la moyenne des 27 pays qui composent l'Union européenne.

Si l'on compare la "journée de libération fiscale" italienne à celle de nos principaux concurrents économiques, seule la France a un nombre de jours ouvrables bien plus élevé pour payer ses impôts (+19), alors que tous les autres ont pu célébrer la libération fiscale à l'avance . En Allemagne, par exemple, cela s'est produit 5 jours plus tôt qu'en Italie, en Hollande 11 et en Espagne 20. Le pays le plus vertueux est l'Irlande ; avec une charge fiscale de 20,7 %, les contribuables irlandais remplissent leurs obligations fiscales en seulement 76 jours ouvrables, commençant à travailler pour eux-mêmes le 16 mars : 81 jours avant notre journée de liberté fiscale.

En 2022 l'Etat encaissera près de 40 milliards de plus : cet argent doit être restitué en réintroduisant le frein fiscal

Le niveau record de la pression fiscale atteint en 2021 n'est pas imputable à une hausse du prélèvement imposé l'an dernier aux ménages et aux entreprises, mais à la forte croissance enregistrée par le PIB (+6,6%) qui, après la chute verticale enregistrée en 2020 (-9 pour cent), a contribué à augmenter considérablement les revenus. En 2022, en revanche, la pression fiscale, alors que la croissance économique devrait se situer autour de 3 %, devrait diminuer de 0,4 point de pourcentage. Cela se fera également grâce à la réduction des impôts et des cotisations décidée par le gouvernement Draghi. Les principales mesures approuvées l'année dernière sont :

  • réforme de l'IRPEF (-6,4 milliards d'euros de ressources) ;
  • exonération de cotisations de 0,8 point pour les salariés dont le salaire mensuel brut est inférieur à 2.692 1,1 € (- XNUMX milliard €) ;
  • exonération du versement de l'IRAP aux particuliers (-1 milliard d'euros).

Si l'on prend également en compte l'amélioration des principales variables économiques qui se reflète dans l'évolution des recettes, selon la DEF, l'Etat percevra 2022 milliards de plus d'impôts et de cotisations en 39,7 qu'en 2021. Précisons qu'une partie de cette L'augmentation des revenus est certainement aussi attribuable à la forte augmentation de l'inflation qui, selon les prévisions, pourrait être proche de 6 % cette année. Ainsi, à l'heure où les ménages subissent des hausses effrayantes qui risquent de faire s'effondrer la consommation intérieure, il serait souhaitable que le gouvernement restitue une partie de ces revenus supplémentaires avec des mécanismes de frein fiscal. Une mesure qui renforcerait le pouvoir d'achat des retraités et des salariés, apportant un soulagement significatif notamment à ceux qui se trouvent actuellement dans de graves difficultés économiques.

En 2021, la charge fiscale la plus élevée de tous les temps : cette année, elle tombe et la journée de la liberté fiscale commence le 7 juin

| ÉCONOMIE |