Dans le chaos Afghanistan 007 Pakistanais aux côtés des talibans, pris le Panshir. Milley : « Situation de guerre civile »

Les talibans sont prêts à annoncer le nouveau gouvernement après trois semaines de pourparlers. C'est ce qu'a déclaré un membre de la commission culturelle cité par Tolo News. Selon un analyste afghan cité par le diffuseur, il y aura des dizaines de ministères techniques. Tolo News a également signalé la présence du chef du renseignement pakistanais à Kaboul. 

Le directeur de la puissante agence de renseignement pakistanaise, Renseignement interservices (ISI), lieutenant Général Faiz Hameed, a effectué une visite surprise à Kaboul hier pour tenter de servir de médiateur entre les factions rivales des talibans. Une équipe de télévision britannique qui lui a demandé la raison de sa visite dans le pays meurtri l'a intercepté dans un hôtel de la capitale : "Je suis ici pour une rencontre avec l'ambassadeur du Pakistan en Afghanistan". Il n'a pas répondu sur la possibilité de rencontrer la direction des talibans, avec lesquels l'ISI entretient traditionnellement des relations étroites.

Au cours de la journée, certains détails de la visite ont émergé. Hameed rencontré Gulbuddin Hekmatyar, le leader pachtoune soutenu par le Pakistan et fondateur du parti afghan Hezb-e-Islami Gulbuddin. On dit qu'à Hekmatyar, qui a été deux fois Premier ministre d'Afghanistan dans les années 90, les talibans demanderont à rejoindre un gouvernement de coalition. Islamabad ferait également pression sur les talibans pour qu'ils incluent des personnalités non talibanes dans leur cabinet et forment ainsi un partenariat gouvernemental avec des éléments non talibans.

Cependant, de vives discussions persistent entre les deux factions les plus influentes des talibans sur les nominations du gouvernement naissant. 

Une faction est dirigée par le cofondateur du groupe, le mollah Abdul Ghani Baradar, et l'autre par le chef adjoint des talibans, Anas Haqqani. Ce dernier est le frère de Sirajuddin Haqqani, qui dirige le puissant Réseau Haqqani, un groupe militant qui travaille en étroite collaboration avec les talibans mais a maintenu son indépendance opérationnelle. Il a également été rapporté que certains membres de la milice Haqqani ont échangé des coups de feu avec des unités talibanes à Kaboul vendredi dernier.

En résumé, le chef pakistanais de 007 Hameed se serait rendu à Kaboul pour aider les factions à trouver un terrain d'entente, soutenir l'organisation de l'armée afghane et accélérer l'ouverture de l'aéroport de la capitale. Il a également été découvert plus tard dans la journée que les services de renseignement pakistanais avaient aidé les talibans à vaincre la dernière poche de résistance du Panshir.

Chapitre Panshir

Les talibans ont annoncé il y a quelques heures avoir pris le contrôle « total » de la vallée du Panshir, peuplée de rebelles dirigés par Ahmed Massoud. "Avec cette victoire, notre pays est désormais complètement sorti du chaos de la guerre", a déclaré le principal porte-parole des talibans dans un communiqué Zabihullah Mujahid. Certains des insurgés ont été vaincus tandis que les autres ont fui la vallée. Mujahid, dans la note, assure aux habitants du Panshir qu'il n'y aura aucune discrimination à leur encontre : "Vous êtes tous nos frères ; nous servirons ensemble pour un but et une nation" . Ahmed Massoud, le leader du Front de résistance nationale (NFR) d'Afghanistan, a annoncé hier que son groupe était prêt à arrêter les combats si les talibans s'arrêtaient"leurs attaques et le mouvement militaire au Panjshir et à Andarab". La NRF a également annoncé le meurtre de son haut commandant Fahim Dashtay dans l'attaque des talibans. Un porte-parole de la NRF a déclaré dans un message Twitter : "Nous sommes bombardés par des drones pakistanais, nous sommes sous l'invasion directe de l'ISI (agence d'espionnage pakistanaise)".

Le secrétaire d'État américain au Qatar

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken est parti hier soir pour le Qatar pour son premier voyage depuis la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan, à la recherche d'un front uni avec les alliés. Le riche émirat du Golfe est un centre de diplomatie sur l'Afghanistan (L'Italie transférera également ses bureaux consulaires à Doha).

Après le Qatar, Blinken visitera mercredi la base aérienne de Ramstein en Allemagne, qui accueille temporairement des milliers d'Afghans en route pour les États-Unis. Le secrétaire d'État tiendra une réunion ministérielle virtuelle sur la crise avec des responsables de 20 pays. Blinken, pour l'instant, n'a pas l'intention de rencontrer les talibans, qui ont également fait de Doha une base pour leur diplomatie et d'où ils ont négocié le retrait américain avec l'ancienne administration américaine de Donald Trump. 

Chaos Afghanistan

C'est un Afghanistan très proche du chaos et très loin du "sécurité et de l'inclusivité "promis par le mollah Abdul Ghani Baradar. La répression se poursuit avec violence, hier une policière enceinte de huit mois a été abattue à son domicile devant sa famille. La femme, qui travaillait dans la prison locale et était enceinte de huit mois, a été abattue à son domicile devant ses proches par des hommes qui, selon un témoin, parlaient arabe et non pashtoune. Les membres de la famille de la victime ont pointé du doigt les talibans et fourni des photos montrant des éclaboussures de sang sur le mur dans un coin de la pièce et un cadavre au visage défiguré, mais la reconstruction de la dynamique est compliquée par la peur qui pousse les gens au silence. membres de la famille. Une tuerie qui marque une escalade de la violence contre les femmes après la répression, samedi, avec des gaz lacrymogènes et des cartouches de fusil lors d'une manifestation à Kaboul. Un décret interdit les cours mixtes dans les universités et impose le niqab aux étudiantes. Et il n'y a aucune mention des femmes au gouvernement. 

Selon Milley, une situation de guerre civile

Une situation que le chef d'état-major de l'armée américaine, le général Mark Milley, a qualifiée de « guerre civile », évoquant le risque d'une reprise du terrorisme. « Je ne sais pas si les talibans sauront gouverner, consolider leur pouvoir - c'est noté -, mais je vois de bonnes chances pour une guerre civile prolongée qui pourrait conduire à une reconstitution d'Al-Qaïda ou à une croissance d'ISIS ou d'autres groupes terroristes" . 

Dans le chaos Afghanistan 007 Pakistanais aux côtés des talibans, pris le Panshir. Milley : « Situation de guerre civile »